Nos coordonnées

Contactez-nous

* champs obligatoires

Cahier des charges pour les auteurs et règles typographiques essentielles

Le Comité d'études de défense nationale qui édite la RDN sollicite des articles rédigés en français, inédits, en rapport avec sa ligne éditoriale. Deux modèles de maquette ont été adoptés.

Le modèle "Thématique" s'applique au dossier du mois. Il est employé également pour les articles "Préambule", "Avant-propos", "Approches régionales" et "Contrepoint". Les textes comprendront de 13 000 à 15 000 signes.

Le modèle "Opinions/Repères" et "Tribune Internet" se limitera à des textes entre 8 000 et 12 000 signes.

Pour ces deux modèles, les notes sont ainsi définies. Les notes faisant références à des ouvrages sont renvoyées en fin d'article dans un encadré " éléments de bibliographie " en conservant le rappel de source dans le texte ; les autres notes, si elles sont courtes et peu nombreuses, sont réintégrées dans l'article ; les plus longues font l'objet d'un encadré titré référencé par un astérisque *. Au cas où les notes sont nombreuses, elles sont toutes placées en bas de page.

Pour les "Chroniques" et les "Recensions", les textes doivent être compris entre 2 500 et 5 000 signes.

Le contenu du texte et les références restent de la responsabilité exclusive des auteurs et les opinions émises n'engagent pas la RDN. Les droits de traduction, reproduction et d'adaptation sont réservés pour tous pays. Les articles soumis à publication doivent être envoyés pour évaluation par courrier électronique à la rédaction (redac@defnat.com). Tous les textes qui ne correspondraient pas d'emblée aux formats, aux critères linguistiques standards et aux exigences de rigueur critique seront renvoyés aux auteurs pour adaptation avant leur évaluation. La rédaction oriente les textes retenus vers la RDN imprimée ou la RDN en ligne (www.defnat.com) selon la ligne éditoriale qui est diffusée par ailleurs. La publication des textes évalués reste subordonnée à des ajustements éven-tuels de forme ou de fond et à la signature d'un contrat d'auteur. À l'issue du processus d'approbation, un résumé en français est établi par la RDN. L'auteur d'un article en réserve l'exclusivité à la RDN et s'engage à ne le développer ou le résumer que si la mention de son origine apparaît. Les auteurs francophones, doctorants, jeunes cher-cheurs en affaires stratégiques, officiers de l'enseignement militaire supérieur français ou étranger font l'objet d'une attention particulière. Les règles de rédaction et de référencement sont celles du code typographique à l’usage de la presse.

Le « bon à tirer » vaut cession de droit et autorise le CEDN à publier un article sur supports papier ou sur l'Internet. En contrepartie, l'auteur bénéficie d'un abonnement de 1 an numérique (PDF par courriel) à la RDN à compter du mois de la parution de son article (1 exemplaire justificatif papier est accordé, tout numéro papier supplémentaire lui sera facturé). Une épreuve numérique de son article peut lui être envoyée par courriel sur simple demande. L'auteur devient également, sauf avis contraire, membre titulaire du CEDN pendant 1 an et est invité à ses manifestations.

REGLES TYPOGRAPHIQUES ESSENTIELLES

Dans les notes de bas de page, Op. cit. s'utilise pour un ouvrage déjà cité ; Ibidem pour renvoyer au même passage d'un livre déjà cité, Ibid si on renouvelle la référence.

Sigles : un sigle qui se prononce comme un nom propre s’écrit en bas de casse avec une capitale initiale (Otan, Unesco...).
Emploi de l’Italique : On écrira en italique les locutions latines non francisées (ad hoc, ad libitum, a fortiori, a posteriori, a priori, bis, grosso modo, ibidem ou ibid., idem ou id., in extenso, in extremis, in fine, infra, locus citatum ou loc. cit., statu quo, modus vivendi quater, opus citatum ou op. cit., passim, quater, sic, supra, Ter, via, vice-versa), mais elles passent en romain quand elles sont francisées : à fortiori, à posteriori, à priori, méa-culpa, sui généris.
Certaines expressions latines passées dans le langage se composent en romain (critérium, desiderata, duo, intérim, duplicata, erratum, mémorandum, maximum, mémento, tollé, post-scriptum, requiem, visa, vade-mecum, veto).
On notera que les abréviations « cf. » (confer : « comparez avec ») et « etc. » (et cætera : « et toutes autres choses ») se composent en romain.

L’italique s’applique au titre de l’ouvrage ou du média (livre, revue et journal papier ou en ligne), mais pas au titre d’un article ou d’un document, même pour les parutions étrangères.

Les organismes, institutions, entreprises français et étrangers ne prennent pas l’italique.

Pour les modèles français et étrangers de bâtiments, seuls les noms de baptême doivent s’écrire en italique, les marques, les gammes, les modèles, les systèmes, les projets et les termes de navigation sont en romain (sauf quand ils se suivent, le modèle prend alors des guillemets), le type, la classe et la famille prennent les guillemets.

Les noms des missiles se composent en romain, tandis que les noms des engins spatiaux (uniques ou de séries) se composent en italique.

Le nom des missions, des exercices, des programmes, des opérations (Vigipirate, Licorne, KFor, EUPol...) et des traités et accords étrangers prennent l’italique.
Capitale initiale : pour les points cardinaux lorsqu’ils désignent une région et non une direction (il habite dans le Nord, il est parti vers le nord).
Pas de capitale initiale : aux titres et qualités des chefs d’État et des membres du gouvernement (président de la République, ministre de la Défense...).
Nombres en chiffres romains : numéros de siècle (XXe siècle), nombre suivant un nom de souverain (Louis XIV), numéros des armées et régions militaires (IIIe armée...).
Abréviations : M. pour Monsieur (MM. pour Messieurs) ; Mme pour Madame (Mmes pour Mesdames) ; Me pour Maître ; etc. ou ... pour et cetera.
Guillemets des citations » : « guillemets français » ; quand une seconde citation est incluse dans la première, elle se place entre des ‘‘guillemets anglais’’. Nous avons adopté le point final après les guillemets de fin de citation.
Les anglicismes : à éviter. Ainsi, « opportunité » est employé correctement quand il signifie « qui arrive au bon moment » ou « caractère de ce qui est opportun (qui vient à propos, qui convient...) ; il devient anglicisme et est mal employé quand on l’utilise dans le sens d’« occasion favorable » ou « possibilité ».

ILLUSTRATIONS

Le format de la RDN, pleine page, est de 170 mm de large x 245 mm de haut. Les cartes, graphiques, photos, doivent être fournis en noir (fichier JPEG 300 dpi).

Décembre 2017
n° 805

Les enjeux de la Revue stratégique

Brèves

15-12-2017

Lire et télécharger le dernier cahier de la RDN : Le soldat augmenté - les besoins et les perspectives de l’augmentation des capacités du combattant.

14-12-2017

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...