Novembre 2018 - n° 814

Centenaire de la Grande Guerre

« Vous avez gagné la plus grande bataille de l’histoire et sauvé la cause la plus sacrée, la liberté du monde »

Ferdinand Foch

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Novembre 2018 - n° 814

Centenaire de la Grande Guerre

« Toute personne qui n’aura pas vu ces champs de carnage, ne s’en fera jamais une idée. Quand l’on arrive les obus pleuvent de partout à chaque pas et il faut malgré tout avancer. » Cette citation tirée d’une lettre d’un Poilu en juillet 1916 illustre combien la Der des Ders a été la matrice tragique d’une Europe déchirée et que ses conséquences-cicatrices demeurent encore aujourd’hui une réalité tangible, si l’on pense aux Balkans avec ses peuples mosaïques en mal de réconciliation ou aussi au Moyen-Orient, dont les frontières n’ont pas su créer de véritables Nations, par exemple.

Ce traumatisme fut bien sûr amplifié à une échelle inhumaine par la Seconde Guerre mondiale puis par la guerre froide, conséquences d’une Paix ratée en 1919.

Le centenaire de la Grande Guerre est bien plus qu’une étape mémorielle, il est un devoir de nécessité, d’exigence et de lucidité à la fois envers ceux d’Hier, les Poilus, le peuple français – dans toutes ses composantes – avec aussi tous ceux de tous les pays impliqués, soldats, civils et victimes, mais également envers notre jeunesse – celle d’aujourd’hui – qui prépare l’Europe de demain. Car le risque est réel d’être à nouveau un siècle plus tard des « Somnambules » sourds et aveugles dans un monde de plus en plus incertain et tragique, privilégiant le rapport de force et où les progrès de la civilisation payés par le sang des guerres semblent trop souvent balayés par les égoïsmes nationaux et les populismes démagogiques et revendicatifs.

Il convient aussi de voir que « 14-18 » a été également une mutation totale dans tous les champs : celui de la conduite de la guerre bien sûr avec ses évolutions tactiques et doctrinales, mais aussi celui des sciences, des techniques et de l’industrie ; il faut y rajouter la société elle-même, mobilisée dans toute sa diversité avec le rôle des femmes notamment. Sans oublier le champ culturel et intellectuel bouleversé par le Front. C’est aussi un ébranlement politique avec les effondrements des Empires, la dislocation de nombreuses monarchies et l’émergence – non consolidée hélas – de régimes démocratiques, sans oublier le début de l’expérience totalitaire qu’allait constituer l’URSS avec toutes ses suites, y compris de nos jours.

Les leçons du conflit restent donc plus que d’actualité et doivent être relues avec attention, non pas pour les reproduire mais bien pour appréhender ces risques de dérapage, à l’image d’un assassinat politique un 28 juin 1914 qui entraîna, tel un jeu de dominos en raison des alliances, l’abîme.

C’est aussi une exigence de responsabilité pour notre Défense que de réfléchir aux menaces et risques de demain pour pouvoir y répondre et défendre ainsi l’héritage de nos Anciens qui, avec une abnégation totale, ont défendu par le sang versé l’idée qu’ils se faisaient – individuellement et collectivement – de la France.

Jérôme Pellistrandi

Tribune

15 février 2019

Stratégies du Smart Power russe dans les États non-reconnus par la communauté internationale (T 1073)

Michael Eric Lambert

Après la Seconde Guerre mondiale et durant la guerre froide, les dirigeants de l'URSS ont créé des situations géopolitiques pour affaiblir les revendications nationales des pays sous leur tutelle. Aujourd'hui, pour maintenir l'équilibre face à l'Occident (Europe et États-Unis), la Russie de Vladimir Poutine use subtilement divers moyens  d'influence afin d'entretenir des minorités qui pourraient durablement déstabiliser leur pays (Géorgie, Ukraine, Moldavie, Azerbaïdjan…) : une solution efficace et à moindre coût.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 15 mars 2019

Florilège historique

Semaine 07

« La Défense nationale et la Banque » (juillet 1953) par Henry Germain-Martin

Financer la guerre a toujours été une difficulté. La France avait mis au point après la guerre de 1870 des mécanismes particuliers avec la Banque de France. Les banques ont ainsi contribué au soutien de l’effort de défense pendant les deux guerres mondiales et ont dû adapter leurs principes de fonctionnement dans une économie toujours plus globalisée pour soutenir le poids financier des conflits. Lire la suite

e-Recensions

Miloslav Samardjic : Tragiques Pâques 1944 - Pourquoi Belgrade a vu tomber plus de bombes alliées que nazies (traduit en français par Slobodan Kostadinovic)  ; Éditions Pogledi, 2017 ; 152 pages.

Le titre original en serbe est différent : Pâques de sang 1944 - Bombardements alliés des villes serbes (Krvavi Vaskrs 1944 - Saveznicka bombardovanja srpskih gradova). Avant de présenter le livre et de le commenter, il est nécessaire de donner aux lecteurs de la RDN quelques indications préliminaires. Lire la suite

Ivo Paparella

Les cahiers de la RDN

Autonomie et létalité en robotique militaire - Déc. 2018

Euronaval 2018 - Octobre 2018

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères

 

Février 2019
n° 817

Formation et commandement

Actualités

16-02-2019

Article « La bataille d’Hajin »

12-02-2019

Marine nationale : le renouvellement de la flotte logistique – New Logistic Support Ships (LSS) for the French Navy

06-02-2019

Le renouvellement de la batellerie de la Marine nationale – New Landing Craft Assault for the French Navy

30-01-2019

Point de situation des livraisons du JSF F-35 - F-35 international deliveries

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...