Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Janvier 1978 - n° 373

Les transports maritimes sont un domaine où l'enjeu n'est rien moins que notre prospérité et notre indépendance. Dans ce secteur, essentiel à notre défense nationale au sens le plus large, les Nations s'affrontent et se livrent à une « guerre économique » sans merci. Quelles agressions notre pays y subit-il et quels moyens met-il en œuvre pour y faire face ? C'est à ces questions que l'auteur répond en deux parties : après une évaluation de l'enjeu et une analyse des agressions qui le visent, l'auteur définit la politique de transports maritimes de la France et le nécessaire développement de ses moyens dans le cadre du VIIe Plan.

 

La circulation de l'énergie à travers le monde, sous forme de pétrole brut ou de produits raffinés, constitue l'un des systèmes les plus complexes des transports maritimes. Elle tient une place essentielle dans les affaires de défense, et il n 'est pas de problème stratégique, de nos jours, qui n'ait à en tenir compte. Les oléoducs et les superpétroliers constituent les pièces de cet ensemble ; tantôt ils se complètent, tantôt ils sont en concurrence. L'auteur donne le meilleur rôle aux superpétroliers, et il est hors de doute que leur développement technique est fondamental pour l'accomplissement de leur mission de transport et pour la limitation des risques que la circulation de ces mastodontes fait courir aux océans et aux pays maritimes.

 

Avec la réorganisation de l'Armée de terre qui est en cours et qui vise, entre autres objectifs, à constituer des forces polyvalentes et mieux réparties sur le territoire, la spécialisation exclusive de certaines unités d'active – hormis les unités de gendarmerie – dans la Défense opérationnelle du territoire est abolie. Mais la mission de DOT subsiste.  L'auteur expose ici ses nouvelles modalités d'exécution qui vont de pair avec cette évolution des forces terrestres. Lire la suite

 

Cette étude est suvie d'une seconde partie, « Les chemins de l'indépendance », publiée en février 1978.

 

Cet essai résume l'un des thèmes essentiels de l'ouvrage La guerre civile mondiale (Calmann-Lévy) que l'auteur a coécrit avec le commandant Jean-Bernard Pinatel, à savoir le danger que font courir à la paix, dans un monde surarmé et en voie de déstabilisation, des exportations d'armement inconsidérées dans la mesure où elles sont plus inspirées par des soucis immédiats de balance commerciale que par des impératifs de sécurité à long terme. Lire la suite

 

Le progrès technique permettra d'organiser, demain, l’aéromobilité à la manière des armées de cavalerie légère de jadis. L'atome, surtout, confère à ce système de forces la puissance qui lui manque et garantira la sécurité de ses arrières en rétablissant la fortification. Telle est en tout cas la thèse que défend l'auteur qui a récemment publié L'armée de l'atome. Ces deux essais qui se nourrissent de la même inspiration n'engagent nullement le commandement. Le tandem hélicoptère-atome implique en effet l'acceptation de la bataille nucléaire tactique à un degré qui parait contraire aux intérêts de la France. La doctrine stratégique actuelle, telle qu'elle apparaît à travers les déclarations des responsables de notre défense, n'admet pas une telle bataille nucléaire. De leur côté, les partisans d'une stratégie et d'une organisation comme celle que prône l'auteur pensent qu'elles seraient plus dissuasives pour un agresseur. C'est ici un vaste débat dans lequel il faudrait nécessairement faire intervenir, outre la question capitale du contrôle politique sur un tel système, les capacités industrielles et financières, ainsi que les ressources et les formes de service qu'impliquerait sa réalisation. Ce serait en tout cas une remise en cause fondamentale de notre politique actuelle de défense.

 

Le problème noir est aussi vieux que les États-Unis dont on vient de célébrer le deuxième centenaire de l'Indépendance, mais jamais il n'aura été aussi lancinant et aussi présent à l'esprit de la population américaine. Il suffit de penser au succès extraordinaire qu'a obtenu un livre – Roots (Racines) – dont l'auteur, Alex Haley, est un noir qui est remonté à la source de l'histoire de sa famille et en a suivi les étapes. Une série de programmes télévisés concernant l'évolution de la présence noire aux États-Unis depuis l'esclavage jusqu'à nos jours a été suivie par des dizaines de millions de spectateurs. Depuis la retransmission des premiers pas de l'homme sur la lune aucune émission n'avait eu une audience comparable. Lire la suite

 
 
 
 

Chroniques

 
 
 
 
 
 
 

* « Nos forces, aussi bien nucléaires que conventionnelles seront maintenues qualitativement et quantitativement à un niveau qui dissuade tout agresseur éventuel de menacer notre territoire ou nos intérêts vitaux. Nul ne peut en douter. Je crois que nul ne doute de notre résolution sur ce point ». Lire la suite

 

Bibliographie

Pour un stratège oublié de l’Enseignement militaire supérieur depuis des décennies, c’est brusquement beaucoup d’honneur que ce tiercé de l’édition qui lui est consacré. L’affaire mérite un mot d’explication. C’est en fait au général Ménard que revient le mérite d’avoir tiré les œuvres de Guibert des rayons des bibliothèques où elles s’empoussièraient et d’en avoir signalé, dans un article de notre revue en février 1969, qu’elles pourraient bien inspirer la réflexion de nos faiseurs de systèmes de défense. L’Enseignement militaire supérieur redécouvrit alors l’actualité permanente du stratège de l’époque des Lumières. Le général Ménard suggéra alors à notre regretté confrère Dominique de Roux de préparer cette réédition de ses œuvres. L’affaire échoua à ce moment-là faute d’une subvention ministérielle qui s’avérait nécessaire. Depuis lors, les choses ont heureusement évolué : les problèmes de défense font l’objet d’un enseignement dans maintes universités et grandes écoles, tandis qu’une structure d’accueil a vu le jour avec la Fondation pour les études de défense nationale qui a vocation d’aider les chercheurs et de soutenir leurs publications. C’est grâce à ce soutien ainsi qu’à celui du CNRS que Jean-Paul Charnay a pu faire éditer ce monument imposant que constitue l’œuvre de Guibert dont il a regroupé les fragments sous le titre de Stratégiques. À ce livre le général Poirier donne en quelque sorte une préface avec ses Voix de la stratégie. Entre-temps le général Ménard, au moment où il partait à la retraite après avoir commandé l’École d’état-major, avait enfin réussi à trouver dans les Éditions Copernic-Nation Armée un éditeur compréhensif. Lire la suite

 

Dans Au nom de quoi ? Fondements d’une morale politique (Seuil, 1969), celui de ses livres auquel il est le plus attaché, Alfred Grosser avait déjà un peu évoqué son histoire personnelle, ses choix et leurs justifications. D’une lecture plus facile, ce nouvel ouvrage constitue une sorte d’autoportrait intellectuel et spirituel, accompagné de réflexions sur le rôle de médiateur et d’observations sur certains problèmes de notre temps. Au fil des pages se révèlent les multiples aspects d’une personnalité attachante qui se livre avec une rare franchise. Lire la suite

 

Rares sont de nos jours les ambassadeurs qui ont eu, comme M. François Seydoux, l’insigne honneur de représenter la France à deux reprises dans le même poste. En le nommant une seconde fois à Bonn en 1965, à un moment critique des relations franco-allemandes, le général de Gaulle témoignait ainsi de l’estime en laquelle il le tenait et de la confiance qu’il plaçait en lui pour sauvegarder les liens privilégiés noués avec nos voisins à la suite de la réconciliation franco-allemande à laquelle François Seydoux avait œuvré lors de sa première mission de 1958 à 1962. Lire la suite

 

Henri Frenay : Henri Frenay : L'énigme Jean Moulin ; Éditions Robert Laffond, 1977 ; 307 pages  ; Éditions Robert Laffond, 1977 ; 307 pages - André Nolde

Dans son précédent ouvrage sur la Résistance : La nuit finira (dont il a été rendu compte dans le numéro d’octobre 1973 de notre revue) Henri Frenay avait déjà soulevé le problème que posaient pour lui les opinions politiques de Jean Moulin ; celui-ci, se demande l’ancien chef de Libération Nationale, n’aurait-il pas été un « compagnon de route » des communistes ? Cette interrogation, malgré toutes les précautions prises par l’auteur pour expliquer qu’elle découlait d’un cas de conscience personnel, avait soulevé en son temps de très vives polémiques. Dans « l’énigme Jean Moulin », Henri Frenay a voulu à la fois présenter au lecteur un dossier susceptible d’étayer ses doutes et expliciter les raisons qui lui faisaient attacher tant d’importance au problème. Lire la suite

 

Lilly Marcou : Lilly Marcou : Le Kominform ; Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977 ; 344 pages  ; Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977 ; 344 pages - André Nolde

Les non spécialistes ont tendance à confondre quelque peu le Komintern et le Kominform. De notables différences existent cependant entre la IIIe Internationale, disparue en 1943, après avoir joué le rôle que l’on sait dans l’organisation du mouvement communiste mondial, et le Bureau d’information des partis communistes, créé en 1947, un peu comme une réplique à la doctrine Truman et au plan Marshall. Beaucoup moins structuré que son prédécesseur, n’ayant de permanent que le journal d’idées et de doctrines dont il assurait la publication (Pour une paix durable, pour une démocratie populaire), plus européen qu’international, le Kominform a cependant joué, jusqu’à sa disparition en 1956, un rôle primordial comme maître à penser des tenants de l’idéologie communiste. C’est par son intermédiaire que le PC de l’Union soviétique, en formulant et en imposant ses orientations aux pays frères, a réussi à maintenir dans son obédience la quasi-totalité des PC européens (la dissidence titiste lui donnant paradoxalement les moyens de renforcer encore son emprise). Lire la suite

 

Parmi l’abondante littérature suscitée par la guerre du Vietnam, le livre de M. Schandler tranche par son ton dépassionné et le souci d’apporter une contribution impartiale à la connaissance de cette période tragique de l’histoire des États-Unis. Les fonctions exercées par l’auteur au Pentagone sous l’Administration Johnson le prédisposaient sans doute à traiter ce sujet avec un « regard froid » mais il convient d’ajouter que les contraintes universitaires (le livre procède d’une thèse de doctorat soutenue près l’Université de Harvard) l’enfermaient dans un cadre qui ne se prête guère aux jugements manichéens et aux effusions personnelles. Au demeurant, le propos du livre est limité à l’analyse du mécanisme de la prise de décision pendant les mois cruciaux de 1968 où le gouvernement américain fut amené à réduire son engagement militaire en Indochine et à amorcer une négociation avec l’adversaire en vue d’un règlement pacifique. Lire la suite

 

Revue Défense Nationale - Janvier 1978 - n° 373

Revue Défense Nationale - Janvier 1978 - n° 373

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Mai 2019
n° 820

L'intelligence artificielle et ses enjeux pour la Défense

Actualités

10-05-2019

« Les MT Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, du commando Hubert, sont morts cette nuit au combat dans une opération de libération d’otages [au Bénin]. J’admire leur courage, je partage la peine de leurs familles et de leurs proches. » Amiral Christophe Prazuck, Chef d'état-major de la Marine, 10 mai 2019.

02-05-2019

Incendie à bord du porte-aéronefs turc L408 Anadolu - Turkish first aircraft carrier on fire

30-04-2019

La Roumanie se dote de nouveaux avions de combat - Aditional F-16 Fighter for Romania

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...