Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Janvier 1979 - n° 384

Ce rapport essaie de proposer une analyse théorique à caractère général de la fonction d'intégration à la société globale qu'exerce l'institution militaire. Il propose de distinguer deux aspects de cette fonction : « externe » et « interne ». La fonction d'intégration « externe » est celle que l'institution militaire exerce sur l'ensemble des éléments constitutifs de la société globale qui lui demeurent extérieurs, c'est-à-dire sur les secteurs non-militaires de la société globale. La fonction d'intégration dite « interne » est la fonction d'intégration à la société globale que l'armée exerce à l'égard des éléments constitutifs de cette société qui sont aussi des éléments constitutifs de l'institution militaire ; c'est la fonction d'intégration à la société globale qu'elle exerce en son sein. À partir de cette distinction, ce rapport tente de recenser les formes que peut prendre l'exercice de cette fonction, concrètes ou symboliques, manifestes ou latentes, etc. et envisage en conclusion les facteurs susceptibles de la mettre en cause. L'auteur a présenté sur le même sujet un rapport au Colloque de Manchester (British Inter Universitv Seminar, avril 1976).

 

La disparition des armées de masse, la restriction des missions outremer et l’éloignement d'une menace directe de conflit européen, autant de données qui affectent le nombre des candidats officiers et les facteurs psychologiques intervenant dans leur vocation. Une politique de mobilité des cadres et de reconversion possible ne s'impose pas seulement pour des motifs de gestion mais parce qu'elle est l'un des éléments d'une meilleure insertion sociale des cadres militaires dans le tissu social de la nation. Les mesures existant déjà et les facilités offertes à cet égard méritent d'être mieux connues et mieux appréciées.

 

Les Nouvelles-Hébrides doivent accéder à l'indépendance dans quelques mois. Ce territoire, dont le statut de condominium franco-britannique est une curiosité juridique, unique en droit international, connaît une situation économique précaire et une vie politique confuse ; d'où les incertitudes pesant sur son avenir, d'autant plus que sa situation géographique pourrait le prédisposer à être un enjeu de la rivalité des superpuissances. L'auteur s'intéresse de longue date à l'évolution des Nouvelles-Hébrides. Nous lui laissons la responsabilité des jugements qu'il porte sur l'action de la France à leur égard et des suggestions qu'il formule pour leur avenir.

 

Selon leurs options politiques, les Européens – les Français en particulier – ont tendance à voir les États-Unis sous les traits de la puissance tantôt généreuse et tutélaire, tantôt impérialiste et égoïste. Ces stéréotypes viennent d'une ignorance de l'histoire et notamment d'une conception erronée du phénomène historique de l'isolationnisme américain. Revoyant à grands traits l'histoire de la politique américaine, l'auteure montre que l'engagement américain procède à la fois d'une croyance en la « destinée manifeste » des États-Unis et d'une interprétation réaliste des rapports de force dans le monde tendant avant tout à préserver leur liberté de décision.

 

Si la politique extérieure de M. Carter ne tient pas les promesses du candidat démocrate à la présidence, faut-il en rechercher les causes dans les entraves que lui opposerait le Congrès ou dans une opinion publique mal informée, tandis qu'une Union Soviétique agressive, agissant sans retenue, obligerait le président à abandonner ses desseins de paix ? Répondre à ces questions revient à rechercher, à travers les élections, les débats et les votes du Congrès et l'action des mass media, les liens entre la politique extérieure et les réalités intérieures américaines. L'auteure vient de passer six mois à l'Iowa University, dans le centre Nord-Ouest des États-Unis.

 

Les traités de septembre 1977 qui doivent rendre à brève échéance aux Panaméens leur pleine souveraineté sur le canal et à sa zone marquent-ils réellement un tournant dans la politique américaine à l'égard de l'Amérique Latine ? Ne viennent-ils pas trop tard et dans des conditions qui dévalorisent quelque peu le mérite dont l'administration Carter veut les parer ?

 

C'est un militaire américain éminent, le président Eisenhower, qui le premier employa l'expression de « complexe militaro-industriel » et mit en garde ses concitoyens contre son extension abusive. Qu'en est-il aujourd'hui ? Quels sont les éléments de cet ensemble, quelle est l'extension géographique de cet empire à l'intérieur des États-Unis et de quel poids pèse-t-il sur le Congrès et sur l'Exécutif américains ?

 
 
 
 

Chroniques

 
 
 
 
 
 
 
 

* Il n’y a plus de fatalité de la guerre pour la France dès lors qu’elle assure elle-même sa défense, à travers un peuple et son armée, qu’elle contribue activement aux tâches de la paix, de la détente et du désarmement et qu’elle est à la pointe de l’effort par une coopération juste et fraternelle entre les peuples du monde. Lire la suite

 
 

Bibliographie

Hélène Carrère d’Encausse : Hélène Carrère d’Encausse : L’Empire éclaté ; Éditions Flammarion, 1978 ; 314 pages ; Éditions Flammarion, 1978 ; 314 pages - Georges Bouteiller (de)

L’URSS : de l’extérieur, un des supergrands du monde contemporain. On sait le développement de sa puissance militaire, son conflit avec la Chine, son expansion dans le Tiers-Monde – une vue globale et unitaire. Mais l’Union des républiques socialistes soviétiques, c’est aussi le plus extraordinaire rassemblement de peuples divers que tout sépare, histoire, races, langues, traditions et croyances. Des « nations » et « nationalités » – 261 millions d’hommes, une centaine de peuples – que Lénine avait libérés de la prison des Tsars, en lançant son appel : « Peuples opprimés… soulevez-vous ! ». Et pourtant, tous les grands ensembles multiethniques, du moins ceux constitués par la colonisation européenne, se sont effondrés, tandis que l’Union formée en 1922 à Moscou est toujours intacte en 1978. Après un demi-siècle de progrès économique et social, Khrouchtchev et Brejnev ont cru à l’avènement de l’ère du « peuple soviétique », finalité de la politique nationale des dirigeants du Kremlin, l’« État des nations » n’étant qu’une étape vers l’effacement des différences nationales, grâce à une idéologie unique, le communisme. Dans quelle mesure ce résultat a-t-il été atteint après soixante ans d’éducation socialiste en soixante-dix langues différentes ? C’est ce que se demande l’auteur du livre qui analyse soigneusement le jeu complexe des forces d’intégration et des facteurs de différenciation au sein de l’« Empire ». Lire la suite

 

Aussi curieux que cela puisse paraître, le sigle CIA, désignant l’Agence centrale de renseignement des États-Unis, jadis connu des seuls spécialistes des services secrets est devenu presque familier au grand public dans le monde entier au cours des cinq à dix dernières années. La plupart des gens ignorent cependant que l’immense pouvoir que les États-Unis exercent dans leur pays, pouvoir dont ils ont vaguement conscience sans le localiser avec précision, avait pour principal rouage précisément cette Agence, dont la mission n’est pas seulement de recueillir des données et de les analyser, mais d’agir par les moyens les plus divers pour créer l’événement et orienter les évolutions dans le sens estimé le plus favorable aux intérêts des États-Unis. Lire la suite

 

La France au bois dormant attend-elle vraiment son prince charmant ? En fait, le titre est quelque peu trompeur, car le sommeil de Marianne n’est pas cet assoupissement paisible d’une jeune fille rêvant au bonheur futur, c’est un sommeil agité par le cauchemar d’un monde troublé par la crise, sous un ciel lourd de menaces nucléaires et de tous les risques d’une société de consommation qui n’a plus d’autre loi que le profit. Lire la suite

 

Pa Kin : Pa Kin : Nuit glacée ; Éditions Gallimard, 1978 ; 328 pages ; Éditions Gallimard, 1978 ; 328 pages - André Nolde

Le romancier et essayiste chinois Pa Kin (de son véritable nom Li Feikan) est né au Sichuan en 1903. Il appartint jusqu’à l’avènement de Mao à cette intelligentsia de gauche, non communiste, fortement occidentalisée mais ardemment nationaliste, aspirant à un renouveau de la société traditionnelle chinoise mais peu soucieuse d’action politique directe, qui put assez librement s’exprimer sous le régime, cependant assez coercitif à l’égard des intellectuels, du Kuomingtang. C’est en tout cas au cours de cette période que furent édités les principaux ouvrages de Pa Kin, dont sa trilogie « La Famille » (Kia) et « Nuit glacée » (Han ye). Lire la suite

 

L’existence, surtout dans les pays européens, de très nombreux partis politiques, qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, est un fait acquis. Le pluralisme est même considéré comme la condition première de la démocratie moderne. Mais les diverses appellations qui servent à désigner ces partis, au lieu de définir clairement les principes qu’ils défendent et les attitudes qu’ils préconisent, sont à l’origine de nombreux contresens et de fréquentes confusions dont ne sont pas exempts les spécialistes eux-mêmes. Lire la suite

 

Revue Défense Nationale - Janvier 1979 - n° 384

Revue Défense Nationale - Janvier 1979 - n° 384

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Mars 2019
n° 818

MCO aéronautique : de nouveaux défis

Actualités

22-03-2019

Premier vol du prototype de l’hélicoptère SB-1 Defiant – First flight test for the new SB-1 Defiant

20-03-2019

Il y a 90 ans, la disparition du Maréchal Foch – 
90 years ago, the death of Marshal Foch

15-03-2019

Réception du 3e BSAM – la Seine – par la DGA - Third supply ship for the French Navy

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...