Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

La Constitution ne sauvera pas le projet politique européen. L'Union franco-allemande proposée récemment doit constituer le noyau dur dont Strasbourg et l'Alsace seraient le coeur et le centre de décision politique.

 

La difficile élection présidentielle en Abkhazie, cette petite République sécessionniste géorgienne, a encore montré combien la Russie restait impliquée dans cette partie du monde. Tout semble pourtant indiquer que ce sécessionnisme abkhaze va aujourd'hui à l'encontre des intérêts stratégiques de Moscou. Dès lors, il convient de souligner toute l'ambiguïté de la politique étrangère russe. En ce sens, la question abkhaze apparaît aussi comme un révélateur des erreurs politiques russes dans le Caucase, et en Géorgie plus particulièrement.

 

Les sanctions internationales contre la Birmanie et la junte militaire, présentées comme le moyen de faire émerger la démocratie dans ce pays, ont eu pour effet d'aggraver la pauvreté de la population et de renforcer considérablement le poids de la Chine populaire sur cette région hautement stratégique. Les États-Unis et l'Union européenne devraient renoncer à cette politique contre-productive pour privilégier le soutien aux investissements étrangers durables et revenir à une action d'influence constructive.

 

Sous différentes formes, les compagnies privées de sécurité américaines sont présentes partout dans le monde où il est question de défense des intérêts stratégiques nationaux. Elles ont pignon sur rue aux États-Unis et sont à ce point liées à l’appareil militaire ou à l’Administration que l’on pourrait parler de « mercenariat institutionnel ». Comment expliquer ce développement et quelle est son ampleur ?

 

Phénomène récent, l'externalisation a pris en quelques années un essor considérable. Parée de nombreuses vertus - plus économique, plus efficace, plus moderne - elle est aujourd'hui envisagée dans les domaines les plus variés. Plusieurs interrogations subsistent cependant s'agissant de cette pratique nouvelle. La première est relative à son domaine : certaines activités, au motif qu'elles sont dites régaliennes, peuvent-elles être exclues a priori de l'externalisation ? La seconde concerne la mise en oeuvre : est-il possible de procéder à une évaluation réelle des économies réalisées grâce à l'externalisation ? Cet article souhaite apporter des éléments de réponses à ces deux questions.

 

Au coeur d'un environnement géopolitique transformé par l'hyper terrorisme, face à des contraintes économiques supranationales nées du Traité de Maastricht et devant l'ambitieuse réforme budgétaire, la fonction militaire évolue. La démarche ministérielle de réforme, le recours à l'externalisation et la professionnalisation des armées sont donc autant de facteurs contribuant à orienter la défense vers davantage de performance. Le débat est nouveau et les idées parfois avant-gardistes, mais l'enjeu est considérable : à l'image de toutes les autres politiques publiques, la défense est désormais soumise à évaluation. S'amorce donc une réflexion insolite où les considérations économiques n'auront jamais été aussi présentes, au risque de laisser l'efficacité opérationnelle au second plan...

 

Chroniques

 
 
 
 
 

Bibliographie

Récemment, nous avons présenté à nos lecteurs l’édition 2004 de la Revue française de géopolitique qui avait pour thème « la géopolitique de l’énergie ». C’est aussi un sujet d’une particulière actualité que traite l’édition 2005 de cette revue. Il ne peut être question de tenter de résumer ici les contributions de ses 34 coauteurs lesquelles s’étendent sur 414 pages, aussi allons-nous nous borner à signaler les apports qui nous ont paru les plus novateurs. Lire la suite

 

Benoît Durieux : Relire De la guerre de Clausewitz  ; Economica, 2005 ; 171 pages - Vincent Desportes

Quel était le centre de gravité de la coalition conduite par les États-Unis en Irak ? Les technologies de l’information permettront-elles de dissiper le brouillard de la guerre ? Le terrorisme est-il une forme de poursuite de la politique par d’autres moyens ? Alors que l’on souligne à l’envi la caducité des théories de Clausewitz, jamais sans doute son empreinte dans le discours stratégique n’a été aussi forte, sous l’influence notamment de la réflexion américaine qui se l’est réappropriée dès les lendemains de la guerre du Viêt-nam. Pourtant, ce monument de la pensée militaire reste mal connu ; il est vrai que le Traité De la guerre se présente sous une forme parfois hermétique, ses quelque 750 pages rassemblant selon une logique parfois déroutante une pensée dont la richesse n’a d’égal que le caractère inabouti, le général prussien ayant disparu avant d’avoir pu achever son œuvre. Lire la suite

 

Alexandre Adler : L'Odyssée américaine  ; Grasset & Fasquelle, 2004 ; 326 pages - François Goguenheim

Suite attendue de J’ai vu finir le monde ancien (1), L’Odyssée américaine d’Alexandre Adler ne pouvait pas décevoir ; et les lecteurs n’ont pas été déçus. Écrit avant la réélection de George Bush, l’ouvrage jette un éclairage personnel et brillant non seulement sur la question américaine, mais également sur le monde qui lui sert de matrice. Il présente donc un double intérêt, en proposant une grille de lecture globale des événements internationaux dont le sens échappe souvent aux nombreux visionnaires autoproclamés du monde ancien, et en écornant le monopole des thuriféraires bien pensants de l’antiaméricanisme, par l’intelligence du propos. Lire la suite

 

Jean-Marie Le Breton : Grandeur et destin de la vieille Europe : 1492-2004 (essai historique)  ; L'Harmattan, 2004 ; 303 pages - Jacques Walch

L’auteur se propose d’inscrire la construction européenne dans une perspective diplomatique et politique séculaire. L’échec final de toutes les tentatives impérialistes sur le continent a donné aux Européens la certitude que leur pérennité et leur indépendance ne peuvent être assurées que collectivement et dans la concertation. Lire la suite

 

Jean-François Daguzan et Pascal Lorot : Guerre et économie  ; Ellipses, 2003 ; 221 pages - Christophe Charnay

Depuis le 11 septembre 2001, la guerre que l’on croyait d’un autre monde, est de retour. Or si elle n’est pas sans impact sur l’économie, cette dernière peut également en être la cause. Cette simple constatation ne saurait suffire à épuiser le sujet, et précisément, cet ouvrage, par une approche théorique d’abord, puis par une approche sectorielle, ensuite, fait le point sur les rapports de la guerre et de l’économie. L’approche théorique tente de décrypter les origines économiques de la guerre et les liaisons étroites qui les unissent. À tel point qu’il est aujourd’hui nécessaire de repenser le concept de guerre économique. Les approches sectorielles complètent et affinent la théorie dans les domaines de l’environnement, des conflits régionaux, de la conflictualité du pétrole, du terrorisme ou des transferts de technologie sensibles.

 

Revue Défense Nationale - Mars 2005 - n° 673

Revue Défense Nationale - Mars 2005 - n° 673

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Juin 2019
n° 821

L’affirmation stratégique des Européens

Actualités

17-06-2019

Discours de Florence Parly, ministre des Armées, 53e Salon international de l'aéronautique et de l'Espace

17-06-2019

Baptême du Patrouilleur Antilles Guyane (PAG) La Combattante à Saint-Malo

16-06-2019

Par décret du président de la République du 14 juin 2019, le remplacement en 1re section de l'amiral Bernard Rogel est prorogé jusqu'au 1er mai 2020 avec maintien dans ses fonctions de chef de l'état-major particulier du président de la République.

10-06-2019

« Cette disparition tragique provoque une immense émotion dans la famille des Sauveteurs en Mer et nous rappelle les risques que prennent chaque jour nos bénévoles, pour secourir les personnes en difficulté en mer. Je pars retrouver les membres de la station des Sables-d'Olonne pour les entourer dans cette terrible épreuve. » Xavier de la Gorce, président de la SNSM.

06-06-2019

Moins connus que les 177 commandos Kieffer, des marins et des bâtiments de la France libre ont également participé au débarquement de Normandie le 6 juin 1944 à l'instigation du contre-amiral Lemonnier, Chef d'état-major général de la Marine de 1943 à 1950. À cette occasion, nous vous proposons son article d'août 1946 intitulé « Débarquements et défense des côtes ».

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...