Résultats de votre recherche sur 'Claude Delmas'

140 résultats

N° 435 Août/Sept 1983 - Bibliographie - p. 194-195

Les alliances dans le système mondial - Claude Delmas

La « pactomanie » est parfois présentée comme l’une des caractéristiques de notre temps, qui ne concevrait les relations internationales qu’en fonction des alliances. Il est vrai que l’accession à l’indépendance de tous les pays a multiplié le nombre des alliances, mais en tant que tel le phénomène est aussi ancien que la cohabitation des groupes humains. Charles Zorgbibe rappelle qu’en 1278 avant notre ère, le pharaon Ramsès II déclara « paix et fraternité » au roi des Hittites Hattousilis III par un traité gravé en hiéroglyphes dans le temple d’Amon à Kamak, dans lequel se trouve l’essentiel des stipulations des traités modernes. Lire la suite

N° 413 Août/Sept 1981 - p. 109-125

Il y a vingt ans… Le mur de Berlin - Claude Delmas

Bien des données de la situation actuelle se trouvent dans les événements qui se sont déroulés depuis 1945. Dans cet article, l'auteur nous fait remonter vingt ans en arrière, dans une des périodes chaudes des relations Est-Ouest, et même beaucoup plus loin. Au fond, il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Périodiquement, les tentatives de normalisation de ces relations viennent buter contre un emploi de la force, mur de Berlin ou Afghanistan. L'intervalle de temps qui s'écoule entre deux actions de ce genre nous fait souvent oublier la véritable nature de ce que sont, pour les Soviétiques, coexistence pacifique ou détente.

N° 404 Novembre 1980 - Bibliographie - p. 180-182

Le rôle du député et ses attaches institutionnelles sous la Ve République - Claude Delmas

C’est en sa qualité de juriste – il est maître-assistant à l’Université Paris-I – que M. Masclet pose le thème de sa thèse de doctorat : « Il est fréquent en droit constitutionnel de constater l’écart qui existe entre les institutions et leur pratique, entre les conceptions juridiques et leur incarnation dans la réalité. Il en va ainsi pour le rôle du député et pour le mandat parlementaire. Lire la suite

N° 402 Août/Sept 1980 - Bibliographie - p. 182-184

La Méditerranée sans les Grands ? - Claude Delmas

« La Méditerranée appartiendra à un seul maître, tombera sous l’hégémonie d’une puissance dominante qui poussera ses avantages dans toutes les directions, ou sera le théâtre d’un conflit permanent ». Cette prophétie lancée en 1902 par l’amiral américain Alfred Mahan a été confirmée par les événements : la Méditerranée est devenue un champ de tensions, un des théâtres de l’affrontement Est-Ouest. C’est à propos de la Grèce et de la Turquie qu’en 1947 le président Harry Truman inaugura la politique d’« endiguement ». Lire la suite

N° 402 Août/Sept 1980 - Bibliographie - p. 180-182

Le rôle du député et ses attaches institutionnelles sous la Ve République - Claude Delmas

Maître-assistant à l’Université Paris I, M. Jean-Claude Masclet pose en juriste le thème de sa thèse de doctorat : « Il est fréquent en droit constitutionnel de constater l’écart qui existe entre les institutions et leur pratique, entre les conceptions juridiques et leur incarnation dans la réalité. Il en va ainsi pour le rôle du député et pour le mandat parlementaire. Certes, le mandat représentatif a toujours donné lieu à des accommodements. Ceux-ci ont pris un caractère habituel dans tous les régimes où existent des assemblées, qu’ils soient présidentiels ou parlementaires. Mais il semble que, sous la Ve République, la distance entre le rôle réel du député et son rôle institutionnel se soit considérablement accrue et que la théorie du mandat représentatif connaisse des altérations profondes ». Lire la suite

N° 396 Février 1980 - Bibliographie - p. 181-184

L’anarchisme au XXe siècle / Le terrorisme / Le défi terroriste. Leçons italiennes à l’usage de l’Europe / Le terrorisme - Claude Delmas

« Le détournement d’un avion, l’enlèvement d’otages sont devenus en cette seconde moitié du XXe siècle des faits divers, au même titre que l’agression de vieillards, les meurtres d’enfants, les viols ou les attaques d’individus isolés en pleine rue ». Il s’agit « de faits caractéristiques d’un même climat de violence, et l’opinion publique les distingue mal des crimes de droit commun, comme s’y perdent aussi les législateurs de toute appartenance qui ont tenté, tentent de définir le terrorisme ». Ce sont les premières lignes du livre que M. Jean Servier, professeur à l’Université de Montpellier, vient de consacrer au terrorisme. Lire la suite

N° 395 Janvier 1980 - Bibliographie - p. 176-178

Marie-Claude Smouts : La France à l’ONU. Premiers rôles et second rang ; Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1979 ; 392 pages
Armand Berard : L’ONU. Oui ou non, 1959-1970 ; Éditions Plon, 1979 ; 410 pages
- Claude Delmas

Le précaire équilibre que doit garder tout État-membre des Nations unies entre les nécessités de la coopération internationale et la volonté de mener une politique autonome a été d’autant plus difficile à maintenir pour la France que plusieurs axes de sa politique extérieure ont fait l’objet, malgré elle, d’interventions de l’ONU alors que n’ayant, pour influencer ses partenaires, que les moyens d’une puissance de second rang, elle a été souvent amenée à tenir les premiers rôles dans les débats. L’étude de Mme Smouts repose ainsi sur un paradoxe, mais en même temps elle met en lumière une évolution. Lire la suite

N° 394 Décembre 1979 - Bibliographie - p. 183-184

La démocratie libérale - Claude Delmas

« La démocratie libérale, volonté de la liberté et gouvernement du peuple par lui-même, est la conjonction voulue du libéralisme et de la démocratie. Les nations où elle est pratiquée sont celles où la liberté est la plus développée et les besoins économiques des humains les mieux satisfaits »… « Le monde né en 1789 vient de finir. Un autre commence. Il nous appartient de le subir sous la domination des autres ou de le créer selon notre volonté ». Lire la suite

N° 394 Décembre 1979 - Bibliographie - p. 185-186

L’Internationale après Staline - Claude Delmas

Il y a deux ans, Mme Marcou, du Centre de recherches internationales (CERI) de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), a soutenu une thèse de doctorat sur le Kominform, lequel a remplacé le Komintern comme cadre institutionnel et politique de l’unité de pensée et d’action des partis communistes (PC). Dissout en 1956, le Kominform a été remplacé par la « Conférence mondiale des partis communistes », qui a été le théâtre de l’affrontement des divers courants entre lesquels se partage aujourd’hui le mouvement communiste. Lire la suite

N° 391 Août/Sept 1979 - p. 5-18

1919 – 1939 – 1979 - Claude Delmas

Historien et journaliste, particulièrement attentif aux problèmes européens et aux relations internationales dominées par le fait nucléaire, l'auteur dresse ici un panorama allant d'une après-guerre à l'autre avec les similitudes que celles-ci présentent : l'anxiété d'un monde qui ne connaît toujours pas la paix et qui est, en 1979 comme en 1929, ébranlé par la crise économique. Mais il souligne aussi les différences fondamentales distinguant ces deux périodes : la volonté des partenaires-adversaires de maintenir l'équilibre de la terreur nucléaire et les profonds changements qui ont modifié l'échiquier mondial avec l'émergence de nouvelles puissances détentrices de la technologie ou des sources d'énergie.

N° 387 Avril 1979 - p. 9-22

4 avril 1949… Il y a trente ans… le Traité de Washington - Claude Delmas

1979 sera l'année de l'Assemblée européenne mais aussi celle du 30e anniversaire du Traité de l'Atlantique Nord qui devait donner naissance à l'Alliance puis à l'Otan. Ces deux événements évoquent des problèmes qu'on ne peut disjoindre. Les Européens, en effet, qui se plaignent souvent du rôle majeur que jouent les États-Unis dans l'Alliance, n'ont pas fait les efforts – exception faite de la France – qui leur eussent permis de se dégager de cette tutelle. Ils ne se sont pas organisés politiquement pour mettre en face des États-Unis un « partenaire », un « pilier » européen sur lequel puisse se fonder une défense européenne dans un cadre atlantique qui demeure pourtant nécessaire.

N° 382 Novembre 1978 - Repères - Opinions - Débats - p. 69-73

Rêves et réalités du désarmement - Claude Delmas

Paix par la force, paix par la foi, paix par le droit, toutes ces tentatives ont échoué, et l'absence de guerre nucléaire aujourd'hui ne semble reposer que sur la terreur. L'humanité connaitra-t-elle enfin la paix par la raison ? Avant d'aborder l'article suivant consacré, dans ce même cahier, à la session spéciale des Nations unies sur le désarmement, le lecteur trouvera ici un rappel historique des tentatives antérieures de désarmement, de limitation ou de maîtrise de armements ainsi que des raisons diverses de leur échec.

N° 379 Juillet 1978 - Bibliographie - p. 177-180

Comment Israël fut sauvé. Les secrets de l’expédition de Suez / Vérité sur Suez 1956 - Claude Delmas

L’« opération Suez » – l’intervention militaire franco-britannique contre l’Égypte à l’automne 1956 – avait déjà fait l’objet de plusieurs études. Le hasard fait que deux livres viennent de paraître à peu près au même moment, qui en éclairent singulièrement la genèse, le développement et la signification. L’un est de M. Abel Thomas, à l’époque directeur du cabinet de M. Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de la Défense nationale. L’autre est du général Jacques Massu, auquel le colonel Henri Le Mire a apporté une précieuse collaboration – le général Massu qui, commandant la 10e Division parachutiste (DP), dirigea, aux côtés de son collègue anglais Butler, les forces terrestres engagées dans l’opération. Lire la suite

N° 378 Juin 1978 - p. 73-84

Il y a trente ans… Le « non » de Tito à Staline - Claude Delmas

L'auteur nous rappelle que, pour importantes que soient les idéologies, elles ne sauraient cependant faire oublier la part déterminante prise par certains hommes d'État sur l'infléchissement du cours de l'histoire. C'est ainsi qu'il y aura trente ans, un homme, le maréchal Tito, eut le courage de braver Staline. Cet événement affecta une histoire qui paraissait devoir respecter une implacable logique, et il développa des conséquences dont on mesure encore aujourd'hui les effets. Cette rupture s'inscrivit dans les grandes tensions des débuts de la, guerre froide, elle eut des répercussions directes sur la stratégie soviétique, elle permet à certains de penser que Tito fut le précurseur de l'eurocommunisme. À ce titre, elle mérite une double attention : d'une part, elle permet de mieux comprendre une phase particulièrement importante de l'histoire du monde issu de la Seconde Guerre mondiale, d'autre part, elle se projette sur l'histoire présente. 

N° 377 Mai 1978 - Bibliographie - p. 177-178

Demain… l’armée soviétique - Claude Delmas

Comme il l’avait fait il y a quatre ans pour l’armée chinoise, M. Brulé a voulu s’appuyer d’abord sur les faits et sur les chiffres, mais s’en sans tenir à eux, car les problèmes qu’il aborde comportent des données politiques sans la considération desquelles toute étude reste très incomplète. Pourquoi l’Union soviétique a-t-elle construit une armée aussi puissante ? « Bien que l’Occident n’en ait retenu que l’art, la musique et la littérature, l’histoire de la Russie a toujours été dominée par son aspect militaire : l’armée des tsars fut, durant deux siècles, le fondement de l’ordre intérieur de la société russe. Lire la suite

N° 376 Avril 1978 - Bibliographie - p. 174-175

La construction politique de l’Europe - Claude Delmas

Le Professeur Charles Zorgbibe, que nos lecteurs connaissent par ses articles, a voulu non seulement rappeler ce que furent les efforts de construction politique de l’Europe depuis la fin de la seconde guerre mondiale, mais surtout en dégager les lignes de force et en éclairer la logique. Cette intention apparaît dans les titres des trois chapitres – « Le temps des chantiers » (1947-1958), « Le temps des controverses » (1958-1969), « Le temps des relances » (1969-…) – de la première partie de son ouvrage, « Les trois âges de l’Europe politique ». Au-delà des faits, il va ainsi jusqu’aux motivations. Lire la suite

N° 375 Mars 1978 - p. 23-37

Il y a trente ans… Le Traité de Bruxelles - Claude Delmas

Né de la réaction des Européens effrayés par l'expansionnisme soviétique et notamment par le « coup de Prague » de février 1948, le Traité d'alliance signé à Bruxelles en mars 1948 avait fait lever l'espoir d'une union politique de l'Europe. Le projet avorta en raison du refus que lui opposa la Grande-Bretagne. Privé ainsi de sa perspective essentielle, le Traité, modifié par les Accords de Paris, permit cependant la réhabilitation de la République fédérale d'Allemagne (RDA) et sa participation à la défense dans le cadre du Traité de l'Atlantique. Mais l'Union de l'Europe occidentale (UEO), dont la filiation remonte au Traité de Bruxelles, se démit de ses responsabilités essentielles en matière de défense au profit de l'Otan, qui avait été mis sur pied entre-temps et qui apportait à l'Europe l'appui substantiel des forces américaines. C'est toute cette évolution historique que rappelle ici l'auteur. C'est une tout autre Europe qui aurait vu le jour si le courant atlantique ne l'avait ainsi emporté sur le courant proprement européen en raison du temps perdu de 1948 à 1954.

N° 370 Octobre 1977 - p. 9-24

Il y a vingt ans… Le Spoutnik - Claude Delmas

26 août 1957 : essai réussi d'une superfusée soviétique ; 4 octobre 1957 : lancement du Spoutnik. Accédant la première à la puissance de frappe intercontinentale, l'Union soviétique en tire vis-à-vis du Tiers-Monde un prestige considérable et manifeste dès lors sa volonté de traiter en position de force avec le rival américain. La course aux armements surpuissants est ainsi lancée, la situation des rapports Est-Ouest – et par voie de conséquence celle de l'Europe – va en être profondément modifiée.

N° 364 Mars 1977 - Bibliographie - p. 184-184

Géographie des frontières - Claude Delmas

« Les frontières découpent l’espace géographique ; elles délimitent le contenu des États et font naître, sur leur tracé et à leur voisinage, une foule de phénomènes politiques, économiques et sociaux ». Plus encore sans doute, « la frontière appartient à ces concepts qui engendrent, presque toujours, des réactions émotives dont se nourrissent les passions nationales, voire nationalistes ». Ainsi posé, le problème des frontières apparaît avec ses deux dimensions majeures : la frontière délimite un État en même temps qu’une communauté humaine qui ne définit pour elle-même au moins autant que pour son cadre juridique. Lire la suite

N° 362 Janvier 1977 - Bibliographie - p. 186-187

Le défi de la guerre. 1970-1974 - Claude Delmas

Nous avons déjà donné un premier aperçu de cet ouvrage dans notre numéro de mai 1976. Mais l’importance de l’étude à laquelle se sont livrés ses auteurs à propos des conflits depuis plus de deux siècles mérite que nous y revenions une seconde fois, même si nous ne partageons pas entièrement leurs conclusions. Lire la suite

N° 359 Octobre 1976 - Bibliographie - p. 174-175

L’antimilitarisme en France, 1810-1975 - Claude Delmas

N° 359 Octobre 1976 - Bibliographie - p. 175-176

La politique militaire de la Ve République - Claude Delmas

N° 357 Juillet 1976 - Bibliographie - p. 178-178

Légitime défense - Claude Delmas

N° 356 Juin 1976 - p. 83-98

Il y a vingt-cinq ans : le conflit Truman-Mac Arthur - Claude Delmas

Commandant en chef des forces des Nations unies en Corée, mais ne relevant en fait que de l’Exécutif américain, le général MacArthur entra en conflit avec le Président non pas à propos d’un éventuel emploi de l’arme nucléaire, mais de l’attitude à adopter à l’égard de la Chine. Truman ne recherchait pas en Asie une décision militaire, il voulait faire la démonstration de la volonté américaine de ne pas s’incliner devant l’agression. MacArthur, au contraire, pensait la guerre en termes de victoire militaire, une victoire qui aurait marqué le début de la reconquête du continent et à laquelle devraient participer les forces de Tchang Kaï-chek. En bref le généralissime était totalement opposé à la politique asiatique du Président et rendit publique cette opposition. Longtemps Truman toléra les incartades de MacArthur. Les imprudences de celui-ci déclenchèrent l’intervention en force des divisions chinoises qui faillit être fatale au corps expéditionnaire interallié. Rien n’illustre mieux la nécessité, déjà affirmée par Clausewitz, de la subordination du militaire au politique et de leur commune adhésion à des buts de guerre clairement définis.

140 résultats

Été 2020
n° 832

Économie de défense : problématiques contemporaines

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...