Résultats de votre recherche sur 'Marc Geneste'

5 résultats

N° 394 Décembre 1979 - p. 29-41

Libre opinion - De l'anti-cités à l'anti-forces - Marc Geneste

Nos lecteurs savent, par ses articles précédents, que cet officier – aujourd'hui en retraite – s'est toujours intéressé aux problèmes de stratégie et d'emploi des armes nucléaires. Ses idées sont assez voisines de celles de certains atomistes américains du Centre de recherches de Los Alamos, soucieux de doter leur pays d'une « War Fighting Capacity » (la capacité de mener effectivement une guerre, qu'elle soit classique ou nucléaire). Il partage en effet avec eux l'insatisfaction de voir la défense reposer uniquement sur une dissuasion par le spectre de représailles anti-cités, plutôt que sur une capacité de défense effective mettant en jeu la puissance écrasante de l'atome sur le champ de bataille. Lire la suite

N° 372 Décembre 1977 - p. 43-57

Libre opinion - La « bombe à neutrons », la défense de l'Europe et la « Flexible Response » - Marc Geneste

Le vote par le Sénat américain, le 13 juillet, des crédits destinés à la production de la bombe à neutrons a suscité aux États-Unis et en Europe des réactions contradictoires et passionnées (voir notre chronique « Défense dans le monde » dans notre numéro de novembre). D'aucuns ont vu dans cette arme – dont l'auteur rappelle l'origine, il y a 20 ans – un danger d'effacement du seuil qui sépare les armes nucléaires des armes conventionnelles et un pas de plus vers le risque d'apocalypse. Pour l'auteur, au contraire, de telles armes en favorisant le défenseur et en pénalisant l'assaillant, même blindé, sont de nature à permettre une défense nucléaire tactique avancée infranchissable par des moyens terrestres.  Lire la suite

N° 362 Janvier 1977 - p. 63-73

« Blitzkrieg nucléaire » et dissuasion  - Marc Geneste

Si bataille il y a un jour en Europe, elle sera d'emblée nucléaire, tout l'indique dans la littérature militaire soviétique. Comment nous préparer à ce « Blitzkrieg nucléaire » dont nous sommes clairement avertis ? Comment surtout rétablir au niveau européen une dissuasion qui, si elle échouait, ne nous laisserait guère le choix qu'entre la capitulation et le suicide ? Cet article ne préjuge nullement des causes qui pourraient conduire à un tel conflit et il ne prétend pas désigner à l'avance un agresseur. Il se borne à écouter les maîtres de l'art militaire soviétique et à en tirer les implications logiques pour notre propre tactique et pour la consolidation de la dissuasion.

N° 359 Octobre 1976 - p. 81-92

Pour une nouvelle stratégie de l'avant : le projet de Los Alamos - Marc Geneste

La « riposte graduée », qui reste la doctrine officielle de l'Otan, est dangereuse et périmée. Telle est la conclusion à laquelle est parvenue une équipe de spécialistes américains du Laboratoire scientifique de Los Alamos. Face à un adversaire dont les forces sont équipées d'armes nucléaires, il est vain, affirment-ils, d'espérer pouvoir se défendre d'abord avec des moyens classiques pour faire appel ensuite, lorsque ceux-ci s'avèrent insuffisants, au feu nucléaire tactique. On risque de tout compromettre et, dans la débâcle, d'être acculé très vite à l'échange stratégique dont la riposte graduée voulait précisément retarder l'échéance fatale. Lire la suite

5 résultats