Auteur : Michel Sarazin

Michel Sarazin a quitté le service en 1996 comme général de brigade aérienne. Après une carrière de pilote, il a eu, durant plus de dix ans, à traiter de questions d'effectifs et de personnel, tant à l'état-major, qu'aux cabinets de l'inspecteur général et du chef d'état-major de l'Armée de l'air.

9 résultats (9 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 0 articles cahiers)

N° 738 Mars 2011 - Recensions - p. 119-121

Memento militaire - Michel Sarazin

« L’histoire de l’institution militaire n’est pas une simple affaire de batailles, loin de là, par-delà les batailles sur le terrain, il y a la Politique, c’est-à-dire une conception de la vie en société ». Cette phrase placée en début de la conclusion du livre, condense la réponse au « de quoi s’agit-il ? » que pourrait amener un rapide survol de ce curieux ouvrage à la présentation parfois touffue. Lire la suite

N° 725 Décembre 2009 - Bibliographie - p. 181-182

Aux sources officielles de la colonisation française. Vers la décolonisation : 1940-2009 - Michel Sarazin

Dans son numéro de janvier 2009, Défense nationale et sécurité collective présentait À la croisée des chemins, un précédent ouvrage, largement autobiographique, dans lequel un jeune lieutenant de réserve des tirailleurs sénégalais, perdu dans un poste quelque part au milieu du delta du Tonkin, découvrait, en lisant les cinq tomes de Jacques Pirenne sur Les grands courants de l’histoire universelle, la marche inexorable et indifférente aux contingences humaines des civilisations. Cinquante ans plus tard, devenu contrôleur général des armées (cr), le même officier débutait un « septennat » de recherches et d’écriture destiné à montrer comment l’histoire de la colonisation française n’était, somme toute, qu’un moment de cette marche des civilisations. Lire la suite

N° 715 Janvier 2009 - Recensions - p. 189-190

À la croisée des chemins - Michel Sarazin

« Les plus cons, dans le béton ! », depuis la dizaine d’années que je connais l’auteur, cette citation lapidaire m’intriguait mais, venant d’un contrôleur général des armées (2S), « taiseux » de surcroît comme le héros de son ouvrage, il m’a fallu attendre de lire ce « roman » largement autobiographique pour saisir ce qu’elle pouvait évoquer comme réminiscences. Lire la suite

N° 703 Décembre 2007 - Des hommes - p. 92-102

Retraites des militaires et gestion des agents de l'État - Michel Sarazin

En 2008, indépendamment de la question des régimes spéciaux, une nouvelle étape dans le réexamen des régimes de retraite aura lieu. À cette occasion, on peut craindre que les particularités, par trop clairement « spécifiques », de celui des militaires ne le constituent en bouc émissaire tout désigné. Après bien des rapports plus ou moins mis sous le boisseau (le dernier en date étant celui de M. Pébereau en 2006), il est maintenant admis par tous que le poids de la dette constitue le problème français central. Sachant que les salaires et les pensions des agents de l’État contribuent largement à alourdir ce poids, les réflexions suivantes s’efforcent de montrer que les principes de gestion des militaires, sans être parfaits, ont des vertus qui contrebalancent grandement leurs coûts. À défaut d’être étendus à d’autres corps des fonctions publiques, ces principes méritent au moins d’être conservés.

N° 685 Avril 2006 - p. 115-119

Parmi les livres - Scénarios pour l'après-pétrole - Michel Sarazin

James Howard Kunstler : La fin du pétrole, le vrai défi du XXIe siècle ; Plon, 2005. Robert Dautray : Quelles énergies pour demain ? ; Odile Jacob, 2005. Jean-Marc Jancovici, Alain Grandjean : Le plein s’il vous plaît ! La solution au problème de l’énergie ; Seuil, 2006.

N° 669 Novembre 2004 - p. 167-180

Révision ou « normalisation » du statut ? - Michel Sarazin

Au moment où paraîtra cet article, l'étude du projet de loi relatif au nouveau statut des militaires devrait débuter au Parlement, projet intégrant de nombreuses mesures visant à apporter plus de cohérence au sein de dispositions anciennes ou inadaptées. Par-delà cet aspect positif, force est de constater qu'en dépit des discours officiels vantant les mérites des spécificités militaires, l'ensemble s'inscrit, d'abord et sans réel souci des conditions de fonctionnement et d'efficacité opérationnelles des armées, dans un processus d'alignement, de « normalisation », du statut militaire sur celui des fonctions publiques civiles. Poussée à son terme, de manière délibérée ou non, une telle logique ne peut conduire qu'à la remise en cause de l'existence même du statut militaire.

N° 654 Juin 2003 - Repères - Opinions - Débats - p. 163-174

La face cachée du statut - Michel Sarazin

De par leur statut, et contrairement aux idées reçues, les militaires de carrière, sans parler de ceux sous contrat, font partie des agents de l'État ayant les perspectives d'avenir les plus limitées. Ces dispositions permettent aux armées de conserver une moyenne d'âge de leur personnel en rapport avec les nécessités opérationnelles, et des effectifs strictement conformes aux prévisions budgétaires. À l'inverse, le statut des fonctionnaires civils titulaires assurant à ceux-ci une carrière « à vie », il en découle un certain nombre d'effets pervers, comme l'accroissement mécanique de la masse salariale. Moins connu est celui de la diminution constante du nombre de fonctionnaires des niveaux d'exécution au profit d'une inflation continuelle des emplois d'encadrement supérieur ; alors que dans le même temps ces derniers sont en diminution dans les armées. Ces données devraient retenir l'attention des commissions étudiant l'adaptation des statuts ; il importe par ailleurs que ces études abordent sans exclusive tous les sujets intéressant la vie des militaires.

N° 637 Décembre 2001 - p. 63-71

La puissance aérienne européenne suivra-t-elle les voies de la Nouvelle-Zélande ? - Michel Sarazin

Au moment où paraîtra cet article, la Nouvelle-Zélande ne possédera plus d'avions de combat. Si les pays de l'Union européenne n'en sont pas encore là, on peut néanmoins se demander si les décisions prises ne se situent pas dans la même logique : l'absence d'une puissance aérienne européenne digne de ce nom. En effet, comme l'ont déjà démontré des articles précédemment parus dans la revue, les missions assignées à la future défense européenne n'accordent, de fait, qu'un rôle secondaire, aux forces aériennes de combat, terrestres ou embarquées. Ces choix politiques sont d'ailleurs cohérents avec les arbitrages budgétaires rendus dans les différents pays de l'UE, le déclin général des budgets de défense excluant l'espoir de voir un jour l'UE disposer des moyens nécessaires à une puissance aérienne autonome. Ce faisant, et quoi qu'on puisse penser de l'utilisation de cette puissance par les armées américaines, l'Union européenne, comme l'a montré « l'après 11 septembre », s'est ainsi condamnée, bon gré mal gré et pour longtemps, à une non-existence militaire sur la scène mondiale.

N° 626 Décembre 2000 - p. 40-57

Commentaires sur le rapport Grasset-Cova - Michel Sarazin

Extrait d'une lettre adressée aux députés par le général (CR) Michel Sarazin, et qui sera publiée dans l'édition de décembre du Piège, revue des anciens élèves de l'École de l'air.

9 résultats