Auteur : Georges Le Guelte

Né en 1935,  docteur en droit international, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. Directeur de recherche à l'Iris, il a été adjoint au directeur des relations internationales du Commissariat à l’énergie atomique, et secrétaire du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Il est l’auteur de L’Histoire de la menace nucléaire (Hachette, 1997), et de nombreux articles dans plusieurs publications.

 

 

11 résultats (11 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 0 articles cahiers)

N° 776 Janvier 2015 - Prolifération : mythes et réalité - Prolifération : mythes et réalité - p. 17-23

Les enjeux de la prolifération nucléaire - Georges Le Guelte

La prolifération nucléaire reste un enjeu majeur même si le débat a évolué depuis la fin de la guerre froide. La question du nucléaire iranien est ainsi centrale et de son issue, dépendront les évolutions futures, sachant que les enjeux s'appuient aussi sur des rapports de forces internes propres aux pays proliférants. Lire les premières lignes

N° 765 Décembre 2013 - p. 9-13

Préambule - ­La France indépendante en quête d’une politique de défense - Georges Le Guelte

Avec ce survol des fonctions assurées par les forces françaises depuis quelques décennies, on prend conscience du transfert qui s’est opéré progressivement de la défense des intérêts nationaux et de la raison d’État à une pratique étatique de la sécurité collective dans le système complexe de la mondialisation. Mais, c’est seule et pour elle-­même que la France doit d’abord entretenir son outil militaire, explique l’auteur.  Lire les premières lignes

N° 737 Février 2011 - Économie et défense - p. 23-34

Le budget d’armement, facteur de puissance ? - Georges Le Guelte

L’auteur analyse ici la corrélation qui existe entre la puissance d’un État et le pourcentage de PIB qu’il consacre à son armement. Loin de la dénier, il entreprend de la calibrer en mettant en évidence la dialectique qui régule les dimensions opérationnelle et symbolique, les exigences de politique industrielle et celles d’économie de défense et explore le facteur européen. Ce faisant, il ramène l’action militaire à une juste place dans les tensions stratégiques actuelles.

N° 723 Octobre 2009 - Enjeux nucléaires - p. 106-118

La non-prolifération dans l'impasse - Georges Le Guelte

En 1995, tous les pays, à l’exception de l’Inde, d’Israël et du Pakistan, avaient adhéré au Traité de Non-Prolifération (TNP), les uns parce qu’ils le jugeaient conforme à leurs intérêts, les autres sous la pression des deux superpuissances. Un autre problème se posait cependant depuis le milieu des années 70, celui de faire appliquer le traité par ses signataires. Un nombre d’infractions non négligeable a été enregistré, dans les années 80 et 90, mais jusqu’à une époque récente, les États-Unis et l’URSS étaient parvenus à les réprimer et à empêcher les fraudeurs d’arriver à leurs fins. Plus récemment au contraire, les crises nord-coréenne et iranienne semblent montrer que les grandes puissances n’ont plus les moyens d’imposer leur politique, ou d’y rallier une majorité d’États, cependant que l’ONU est paralysée.

N° HSTNP Déc 2008

Non-prolifération, état des lieux - Georges Le Guelte

En 1995, tous les États signataires du Traité de non-prolifération décidaient, par consensus, d’en proroger l’application pour une durée indéfinie. Dix ans plus tard, ils ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur quelque sujet que ce soit. Depuis lors, aucun des problèmes sur lesquels ils s’étaient affrontés n’a été résolu, et de nouvelles difficultés s’y sont ajoutées. Sauf si des mesures énergiques sont prises dans l’intervalle, leur prochaine rencontre risque de ne pas être placée sous de meilleurs auspices.

N° 674 Avril 2005 - p. 28-40

Combien d'arsenaux nucléaires dans le monde en 2015 ? - Georges Le Guelte

La Conférence d’examen du TNP, qui s’ouvrira le 2 mai prochain, sera empoisonnée par la réprobation unanime contre les cinq États dotés d’armes, qui pérennisent leurs arsenaux, alors qu’ils se sont engagés à les éliminer. Le soutien à la politique de non-prolifération s’effrite, et les possibilités d’activités clandestines s’accroissent. Lire la suite

N° 661 Février 2004 - Repères - Opinions - Débats - p. 59-73

Une stratégie contre le « terrorisme international » ? - Georges Le Guelte

Pour défendre l’Empire, l’Administration Bush s’est dotée d’un instrument militaire visant à la suprématie absolue. Elle a pris pour cible un objectif adapté à ses moyens, le renversement des régimes jugés dangereux pour la sécurité des États-Unis, et non le terrorisme international, pourtant dénoncé comme la principale menace pour le pays. Il n’est pas surprenant que les résultats obtenus sur ce plan soient très éloignés de ce qui avait été annoncé. Une autre politique, visant réellement à affaiblir le terrorisme, a été définie par la Maison-Blanche, mais elle n’a jamais été appliquée.

N° 642 Mai 2002 - Repères - Opinions - Débats - p. 100-115

Un monde nouveau - Georges Le Guelte

Alors que la fin de la guerre froide n'a pas provoqué un changement radical dans l'organisation des relations internationales, l'intervention américaine en Afghanistan a marqué un virage brutal. Désormais, ce n'est plus l'Europe occidentale qui constitue l'enjeu majeur de la politique américaine, mais une zone allant de la Turquie jusqu'au Japon ; le système d'armes employé contre les taliban a creusé un fossé entre les Américains et leurs alliés aussi bien que leurs ennemis ; l'Otan a perdu son intérêt militaire ; et les États-Unis réorientent leur politique de bases à l'étranger. Lire la suite

N° 624 Octobre 2000 - La défense nationale antimissiles américaine (NMD) - p. 69-79

Une nouvelle doctrine stratégique américaine ? - Georges Le Guelte

N° 603 Novembre 1998 - Repères - Opinions - Débats - p. 21-36

Les essais nucléaires de l'Inde et du Pakistan hier, aujourd'hui, demain - Georges Le Guelte, Marcel Duval

Après avoir évoqué assez brièvement dans nos chroniques les essais nucléaires que l’Inde et le Pakistan ont effectués au mois de mai dernier, il était souhaitable de publier des articles de fond sur cet événement et ses conséquences possibles. L'acquisition des armes, les motivations, les résultats et les potentialités, tout comme les conséquences pour la non-prolifération et les conséquences géostratégiques sont ainsi tour à tour abordées.

N° 596 Mars 1998 - Repères - Opinions - Débats - p. 49-64

Impressions d'Albanie - Georges Le Guelte

L'auteur, ancien directeur adjoint des relations internationales du CEA, a été, au mois de juin dernier, conseiller technique régional pour le compte de l’OSCE pendant les élections législatives en Albanie. Nous avons estimé que l’excellent article qu’il a rédigé sur ce pays avait parfaitement sa place après les actes de notre colloque sur la crise bosniaque. Il s’agit en effet de pays voisins au sein des Balkans, et il y a bon nombre de similitudes entre la situation en Bosnie et celle que l’auteur a pu constater en Albanie.

11 résultats