Auteur : G. C.

4 résultats (4 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 0 article cahier)

N° 370 Octobre 1977 - Bibliographie - p. 188-190

Pour en finir avec le Moyen-Âge - G. C.

Érudite et spécialiste affirmée du Moyen-Âge, Régine Pernoud remet en cause les préjugés les plus répandus concernant ces mille ans de notre Histoire, marqués dans l’opinion générale par l’indigence de ses arts, la médiocrité de ses idées et l’archaïsme de ses structures sociales. Lire la suite

N° 368 Juillet 1977 - Bibliographie - p. 180-181

Forteresses. Histoire illustrée des ouvrages défensives - G. C.

Poursuivant la publication de sa très intéressante série des Histoires illustrées destinée à mieux faire connaître les aspects techniques de la guerre, le groupe Edita-Vilo de Lausanne et Paris, présente une Histoire illustrée des ouvrages défensifs, de M. Ian V. Hogg, secondé, pour l’édition française, par MM. Claudel et Truttmann. Lire la suite

N° 368 Juillet 1977 - Bibliographie - p. 181-182

Antimilitarisme et Révolution. Tome II : Anthologie de l'antimilitarisme révolutionnaire - G. C.

Nous avons rendu compte dans notre numéro de janvier 1977 du premier tome de cette enquête sur l’antimilitarisme révolutionnaire qui doit, en quatre volumes, couvrir la période 1848-1975. Dans ce deuxième ouvrage, les auteurs se penchent sur l’entre-deux-guerres, depuis « la montée révolutionnaire des années vingt » jusqu’à l’aube de la seconde guerre mondiale. Lire la suite

N° 367 Juin 1977 - Bibliographie - p. 185-185

La puissance de feu, l’efficacité des armes sur le champ de bataille de 1630 à 1850 - G. C.

Dans le renouveau actuel de l’histoire militaire, des approches originales viennent compléter les études classiques sur les campagnes et les batailles de l’époque moderne. Parmi ces approches, celle du major-général B.P. Hughes retient à juste titre l’attention. L’auteur a tenté de mesurer l’efficacité des armes à feu sur le champ de bataille entre 1630 et 1850, période pendant laquelle les principales de ces armes, le fusil à pierre et le canon à âme lisse, qui se chargeaient par la bouche et tiraient un projectile plein et rond, évoluèrent peu, au moins en ce qui concerne leurs caractéristiques techniques. Ces armes étaient alors le plus souvent servies par des troupes de métier. En deux siècles, les campagnes militaires ont été nombreuses et le major-général Hughes a consulté un vaste et riche ensemble de documents, de données numériques, d’études particulières et d’ouvrages généraux, auxquels sa bibliographie nous renvoie. Lire la suite

4 résultats