Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mars 1950 - n° 068

  p. 255-270
  p. 271-284
  p. 285-298
  p. 299-314

Spectacle curieux que celui de l’armée française, dite « des Pyrénées », rassemblée aux environs de Bayonne dans les premiers jours d’avril 1823. Les mesures incohérentes du gouvernement, des influences politiques divergentes l’avaient réduite à un tel dénuement que, l’avant-veille même de l’entrée en campagne, elle ne disposait que de quelques jours de vivres et qu’elle n’avait ni fourrages, ni moyens de transport, ni services administratifs, ni un nombre suffisant de médecins et de chirurgiens. Lire les premières lignes

  p. 315-326
  p. 327-337

À propos de l’article du général Gérardot dans la Revue de Défense nationale d’octobre 1949 (p. 291). Lire la suite

  p. 338-339

Chroniques

  p. 340-343
  p. 343-347
  p. 347-352
  p. 352-356
  p. 356-360
  p. 360-363

Bibliographie

Hubert Deschamps : Les pirates à Madagascar au XVIIe et XVIIIe siècles  ; Éditions Berger-Levrault, 1949 ; 244 pages - Henry Freydenberg

M. Hubert Deschamps présente sous ce titre une analyse des mœurs des pirates en s’appuyant sur diverses biographies. Madagascar et les îles voisines sont devenues des refuges de pirates quand, à la suite de Vasco de Gama, le commerce avec les Indes s’est fait par voie de mer ; les vaisseaux des compagnies des Indes passaient à proximité de la grande île et étaient une proie encore plus tentante que les bateaux indiens ou arabes qui sillonnaient la mer Rouge. L’auteur indique quatre périodes d’extension de la piraterie : celle du milieu du XVIIe siècle entre le Traité de Westphalie et les guerres de Louis XIV, puis, de 1685 à 1701, la période des grands pirates, Avery, Misson et Kid, celle des petits pirates, qui culmine vers 1705, enfin, celle des derniers forbans, qui commence en 1718 et se termine vers 1726. Ces périodes correspondent assez exactement aux difficultés que les pirates rencontraient aux Antilles où la piraterie avait pris naissance. Lire la suite

  p. 364-364

Jacques Chastenet : La France de M. Fallière  ; Librairie A. Fayard, 1949 ; 241 pages - Edmond Delage

Notre collaborateur, M. Jacques Chastenet, de l’Institut, qui s’était surtout consacré à l’étude des problèmes britanniques, vient de faire paraître un livre fort intéressant, aussi documenté qu’intelligent, selon sa coutume, sur la France de M. Fallières. Sans doute, il trace du président de la République de cette époque un portrait doucement humoristique ; nous voyons M. Fallières en frac, en redingote, en feutre mou, en chapeau de pêcheur à la ligne et cravate à petits pois, mais la bonhomie de son comportement ne dissimule pas la gravité des événements qui, dès ce moment, menaçaient. Lire la suite

  p. 364-365

Pierre Lyautey : Gouraud  ; Éditions Julliard, 1949 ; 263 pages - Henry Freydenberg

Ce livre de Pierre Lyautey sur Gouraud trace un portrait magnifique de ce grand Français dont toute la carrière fut vouée à la grandeur du pays et de l’Union. Il a eu, pour se documenter, accès aux archives de famille du général. Il a dépouillé ses lettres à ses parents, ses carnets, ses notes de guerre, ses correspondances adressées à ses compagnons d’armes, à ses confidents et au maréchal Lyautey qui lui gardait une amitié fraternelle. Lire la suite

  p. 365-365

Auguste Thomazi : La bataille de l’Atlantique  ; Librairie Plon, 1949 ; 244 pages - Edmond Delage

Le commandant Auguste Thomazi, dont l’œuvre est déjà considérable, poursuit dans sa retraite l’étude minutieuse de la guerre sur mer 1939-1945. Après avoir narré le tragique destin des cuirassés allemands, les exploits des sous-marins et croiseurs français, il donne de la bataille de l’Atlantique un récit objectif et détaillé. Ce qui intéressera surtout les marins, c’est la façon, encore bien plus scientifique que dans la dernière guerre, dont fut organisée la vie des convois et l’offensive déclenchée contre elle par les sous-marins allemands. Toutes les ressources de la technique et de la tactique les plus modernes sont ici démontées comme un véritable mécanisme d’horlogerie. Cette précision ne nuit, d’ailleurs, en aucune façon, à l’élégance entraînante du récit. Le livre intéressera aussi bien le profane cultivé que le spécialiste.

  p. 365-366

Robert Burnand : Le duc d’Aumale et son temps  ; Librairie Hachette, 1949 ; 251 pages - Edmond Delage

Robert Burnand, dont on connaît le talent, et qui a déjà publié à la Librairie Hachette plusieurs ouvrages remarquables par leur esprit et leur documentation, sur la Cour des Valois, sur la vie quotidienne en France en 1830 et de 1870 à 1900, ainsi que sur Napoléon III et les siens, a donné récemment, dans la même collection, un joli livre sur le duc d’Aumale et son temps. Comme ces prédécesseurs, il repose sur une documentation solide, mais il n’y paraît guère tant est vif et amusant le récit. Lire la suite

  p. 366-366

Colonel Jean Marchand : L’Indochine dans le cadre de l’Asie et ses problèmes actuels  ; Éditions Peyronnet et Cie, 1949 ; 215 pages - Edmond Delage

Sous un format réduit, le colonel Marchand, qui a passé dix ans dans les différentes contrées de l’Indochine et a fait plusieurs séjours dans la plupart des pays baignés par le Pacifique et l’océan Indien, qui, d’autre part, a acquis une expérience récente dans l’action en Cochinchine, aux pays Moï et au Laos, donne une synthèse précise de tous les problèmes géographiques, démographiques, politiques et économiques, qui se posent dans chacun des États constituant le Vietnam. C’est de l’excellente vulgarisation. Cet ouvrage sera fort utile à tous ceux que préoccupe le maintien de l’Indochine dans l’Union française.

  p. 366-366

Marthe Barbance : Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail  ; Éditions Crépin-Leblond, 1948 ; 636 pages - R. J.

Mme Marthe Barbance, agrégée d’histoire et de géographie, docteur es lettres, vient de publier un important volume sur le grand port de la basse Loire. Fondé sur des documents qui ont en grande partie disparu lors de la destruction de la ville, il retrace l’histoire de cette « cité champignon » qui, à l’instar de tant de localités américaines connut, pendant un certain temps, un développement d’une rapidité inouïe. Lire la suite

  p. 366-367

Capitaine de frégate Albert Vulliez : Analyse des conférences navales du Führer  ; Grandes Éditions françaises, 1949 ; 139 pages - Edmond Delage

C’est une très heureuse idée qu’a eue le capitaine de frégate Albert Vulliez de réunir en un volume les analyses des conférences navales tenues par le Führer, qui avaient déjà paru dans plusieurs numéros successifs de la Revue MaritimeLire la suite

  p. 367-367

Jean Gottman : L’Amérique  ; Librairie Hachette, 1950 ; 450 pages - Edmond Delage

La Librairie Hachette vient de commencer la publication d’une importante collection géographique destinée à offrir au grand public, sous une forme aussi attachante que scientifique, un tableau du monde contemporain. Lire la suite

  p. 367-368

Georges Blond : Le survivant du Pacifique  ; Librairie A. Fayard, 1949 ; 349 pages - Edmond Delage

Ce livre est l’œuvre d’un marin qui est en même temps un excellent écrivain, et a déjà fait ses preuves dans le roman. Aussi le récit de la vie miraculeuse du porte-avions l’Enterprise, qui a survécu parmi tous ses congénères à la terrible campagne du Pacifique, est-il véritablement passionnant. L’Enterprise a, en effet, participé à toutes les rencontres de l’océan Pacifique, sauf à la bataille de la mer de Corail. Nous ne revivons pas seulement avec l’auteur l’agression de Pearl Harbor, les premiers raids contre le Japon, la bataille de Midway, opérations purement maritimes ; nous assistons, grâce à lui, aux luttes acharnées de Guadalcanal, défendu et attaqué avec un acharnement sauvage, mètre par mètre, aux débarquements sanglants sur les atolls, à ceux d’Iwo Jima et d’Okinawa. Lire la suite

  p. 368-368

Pierre Jolly : Necker  ; Les Œuvres françaises, 1947 ; 373 pages - Edmond Delage

M. Jolly qui, non content d’occuper de hautes fonctions à la Chambre de Commerce de Paris, s’est spécialisé dans l’étude de la période qui précède immédiatement la Révolution, nous a donné un Necker fort intéressant. C’est le résultat de longues recherches et de l’exploitation d’une littérature considérable. Nous y voyons évoqué avec bonheur ce génie de la banque qui ne réussit pas, malgré tout, à sauver la monarchie de la détresse financière. Nous y voyons, aussi, décrites avec compétence, des controverses techniques qui n’ont malheureusement pas perdu aujourd’hui tout intérêt. Lire la suite

  p. 368-368

Stefan Zweig : Le Brésil, terre d’avenir  ; Éditions Albin Michel, 1942 ; 393 pages - Edmond Delage

Stefan Zweig, beaucoup plus connu pour son œuvre littéraire, s’était, comme on sait, réfugié en Amérique du Sud où, pour des raisons mystérieuses et, sans doute, par suite d’une incurable nostalgie, il mit fin à ses jours. Lire la suite

  p. 369-369

Général Raoul van Overstraeten : Albert 1er, Léopold III  ; Éditions Desclée de Brouwer, 1946 ; 745 pages - E. M.

Conseiller militaire d’Albert Ier et de Léopold III, le général van Overstraeten ne fut pas seulement, de 1920 à 1940, le témoin averti des événements qui intéressèrent la Belgique, mais, par ses conseils et ses initiatives, il exerça, dans l’orientation de la politique militaire de son pays, une influence qui, sous le règne de Léopold III, se révéla prépondérante. Son Journal de paix et de guerre offre au lecteur des témoignages abondants, précis et objectifs, susceptibles d’asseoir et d’étayer son jugement personnel. C’est, au premier chef, un document d’histoire. Lire la suite

  p. 369-370

Jacques Le Bourgeois : Saïgon sans la France  ; Éditions Plon ; 247 pages - Edmond Delage

Le livre de M. Jacques Le Bourgeois évoque avec beaucoup de précision les événements qui se déroulèrent en Indochine de 1939 à 1945 et montre à quelles difficultés insoupçonnées durent faire face les autorités responsables de la paix française en Indochine. À mesure que cette histoire lointaine sort des mystères où elle était enveloppée, on comprend mieux quelles fautes ne devaient pas être commises en ces parages lointains et les causes de la situation aujourd’hui si scabreuse dans laquelle la France doit lutter en Indochine pour la défense de ses intérêts les plus sacrés.

  p. 370-370

Revue Défense Nationale - Mars 1950 - n° 068

Revue Défense Nationale - Mars 1950 - n° 068

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.