Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Novembre 1950 - n° 075

  p. 403-413
  p. 414-422

Le 11 mars 1794, la Convention décide de la création d'une École Centrale de travaux publics. L'institution accueillera des élèves destinés à être formés en ingénierie civile et militaire. Appelée d'abord « École des travaux publics », elle recevra le nom d'« École polytechnique » par la loi du 1er septembre 1795. Dans cet article, l’auteur fait un bref historique de l’évolution de l’X puis explique en quoi elle est devenue une pépinière de la défense nationale. Lire les premières lignes

  p. 423-433
  p. 434-456

La fin tragique du comte Bernadotte a ramené l’attention sur son ancêtre Jean-Baptiste, l’ex-sergent Belle-Jambe au régiment de Royal-Marine, futur maréchal d’Empire et prince de Ponte-Corvo, devenu roi de Suède et même excellent roi, fondateur d’une dynastie, dont les descendants continuent de régner avec distinction à Stockholm. Lire les premières lignes

  p. 457-475

La douloureuse journée du 27 novembre 1942, où une importante partie de la Flotte française se saborda pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi et sauver ainsi l’honneur du pavillon, a tourné une page de notre histoire navale. Des esprits chagrins pourraient se demander si elle n’en a pas fermé le livre. Certes de magnifiques faits d’armes ont pu encore s’inscrire pendant la suite des hostilités à l’actif de nos navires et de nos marins, mais, même renforcée de petites unités prêtées ou cédées par nos alliés, même complétée par l’entrée en service du Jean-Bart, un des plus beaux cuirassés du monde, la Marine française d’aujourd’hui est peu de chose à côté de ce qu’elle était en 1939, fruit d’une politique maintenue sans défaillance et d’un effort technique peut-être sans précédent. Et la difficulté extrême rencontrée chaque année pour obtenir des crédits distribués au compte-gouttes ne peut contribuer à donner des perspectives rassurantes d’avenir. Lire les premières lignes

  p. 476-488

À propos de l'article anonyme « Des chars ou des avions ? » de juillet 1950. Lire la suite

  p. 489-490

Chroniques

  p. 491-504
  p. 505-508
  p. 508-513
  p. 513-517
  p. 518-522

Bibliographie

Lieutenant-colonel (R) René Rodolphe : Combats dans la ligne Maginot  ; (préface du général Louis Fortin) ; Éditions Ponsot, 1949 ; 211 pages - Edmond Delage

Ce livre est écrit pour rendre hommage aux équipages de la Ligne Maginot qui, sans défaillance, ont lutté jusqu’au 30 juin 1940. Il ne traite, du reste, que des événements qui se sont déroulés dans le secteur fortifié d’Haguenau et qui intéressent l’artillerie. Ce sont donc comme des extraits d’un journal de bord. Les faits rapportés sont retracés heure par heure, minute par minute ; le journal a été retranscrit sous sa forme originale sans aucune recherche littéraire : contribution fort intéressante à l’histoire de la guerre. On comprend à le lire quelle fut l’admiration des occupants allemands pour le chef-d’œuvre que représentait un ouvrage comme celui du Hochwald, et pour cette colossale réalisation qui, mieux utilisée, aurait sans doute rendu d’inappréciables services.

  p. 526-526

Gaston Martin : Histoire de l’esclavage dans les colonies françaises  ; Puf, 1948 ; 318 pages - Henry Freydenberg

M. Gaston-Martin, professeur à la Faculté des lettres de Bordeaux, présente, dans un style élégant, un travail très documenté sur l’histoire de l’esclavage dans les colonies françaises – en fait dans les Antilles – et on y suit avec intérêt l’évolution des idées des créoles et des gens de couleur. Lire la suite

  p. 526-527

Sir Arthur Harris : Les bombardiers attaquent  ; Librairie Plon, 1949 ; 248 pages - Edmond Delage

Ce livre est l’œuvre d’un des grands chefs de la coalition des peuples libres venu, on pourrait dire, par raccroc, à l’aviation et du fond de l’Afrique du Sud pour défendre et la vieille Angleterre, et l’Europe occidentale. Lire la suite

  p. 527-527

Revue Défense Nationale - Novembre 1950 - n° 075

Revue Défense Nationale - Novembre 1950 - n° 075

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.