Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juillet 1955 - n° 127

  p. 3-7
  p. 8-21
  p. 22-36
  p. 37-49
  p. 50-67
  p. 68-78
  p. 79-85
  p. 86-90
  p. 91-97

Chroniques

  p. 98-102
  p. 102-106
  p. 106-113
  p. 114-118
  p. 118-121

Bibliographie

Jean Boulouis : Essai sur la politique des subventions administratives   ; Éditions Armand Colin, 1951 ; 334 pages - P. C.

Les collectivités locales ont à peu près toujours eu besoin de l’aide financière de l’État pour couvrir les charges qui leur incombent. Mais cette dépendance envers l’autorité centrale n’a fait que s’accentuer depuis le début de ce siècle par suite de la croissance continue des besoins auxquels les collectivités locales doivent faire face, sans que leurs ressources se développent parallèlement. Lire la suite

  p. 122-122

Yves Bouthillier : Le drame de Vichy. II – Finances sous la contrainte   ; Plon, 1951 ; 552 pages - P. C.

Le premier tome de cet ouvrage, intitulé Face à l’ennemi, face à l’allié, avait exposé les circonstances de l’armistice de 1940 et la politique « d’attente » choisie par le gouvernement de Vichy. Le présent tome explique et s’efforce de justifier la politique économique et financière de la France occupée. Lire la suite

  p. 122-123

Ludwig Erhard : L’expansion économique allemande  ; Éditions Domat, 1953 ; 351 pages - P. C.

La lecture de cet ouvrage, écrit en partie par le ministre allemand de l’Économie nationale, ne peut manquer de plonger le lecteur français dans la plus grande inquiétude. Il s’agit, en principe, d’expliquer comment l’Allemagne a pu connaître la prospérité en adoptant systématiquement la doctrine libérale, et de faire, en quelque sorte, campagne pour que les autres pays d’Europe – et avant tout la France – se convertissent aux mêmes idées. Lire la suite

  p. 123-124

Guy de Carmoy : Fortune de l’Europe  ; Éditions Domat, 1954 ; 402 pages - P. C.

L’auteur, inspecteur des finances, a été administrateur suppléant à la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (Bird) puis, de 1948 à 1952, directeur à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE). Son livre repose donc, comme il nous le dit dans son avant-propos, sur une expérience directe de la vie économique internationale. Il constitue, est-il besoin de le préciser, une défense et illustration de la thèse européenne dans l’acception la plus achevée de ce terme. Lire la suite

  p. 124-124

Edmond Giscard d’Estaing : La France et l’unification économique de l’Europe   ; Éditions Médicis, 1953 ; 269 pages - P. C.

Cet ouvrage constitue un échantillon de la thèse libérale en faveur de l’unification européenne. L’auteur considère cette unification comme « un progrès infiniment souhaitable » et examine les différents moyens d’y parvenir, compte tenu des expériences déjà réalisées. Lire la suite

  p. 124-125

Le journaliste autrichien, qui a écrit ce livre, appartenait au Parti nazi. Il a été mobilisé dans une unité SS ayant fait la campagne de Grèce, et a pris part ensuite avec la division Adolf Hitler à la guerre contre la Russie, en plusieurs points du front, avec deux ou trois séjours intermédiaires à Vienne. Lire la suite

  p. 125-126

Revue Défense Nationale - Juillet 1955 - n° 127

Revue Défense Nationale - Juillet 1955 - n° 127

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.