Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mars 1958 - n° 156

Traiter de politique navale est toujours hasardeux puisque c’est, pour une bonne part, anticiper sur l’avenir ; en traiter au lendemain des premiers lancements d’engins intercontinentaux et de satellites artificiels serait outrecuidant si l’on prétendait tracer un programme précis basé sur une doctrine assurée ; notre propos est heureusement plus modeste ; après avoir défini ce que nous entendons par « politique navale » et en avoir rappelé l’évolution au cours de ces dernières années, nous nous bornerons à indiquer les tâches qui incombent aux Forces Maritimes dans le cadre de notre politique militaire générale, à évoquer les principaux problèmes que leur exécution pose à l’heure actuelle et enfin à jeter un rapide coup d’œil sur les moyens qui, « demain » et « après-demain » devraient nous permettre de résoudre ces problèmes. Lire les premières lignes

  p. 385-399
  p. 400-408
  p. 409-416
  p. 417-429

Il n’entre pas dans mon propos de revenir sur les études anciennes datant de l’époque révolue où un empire français cohérent n’avait pas encore fait place à une Union française très amoindrie et qui se cherche encore. Lire les premières lignes

  p. 430-435

Parce que l’Armée n’attire plus comme autrefois l’élite de la Nation, parce que les Services d’Action psychologique s’essoufflent à forger un moral à l’usage des militaires, beaucoup d’« anciens » s’indignent et affirment que leurs mobiles d’action les plus sacrés n’éveillent guère d’échos chez les jeunes qui répondent : « Évolution » quand ils disent : « Tradition ». Il est de fait que la génération actuelle ne comprend plus le métier des armes comme l’envisageaient ses aînés, et que ces antagonismes entre générations, qui s’accentuent naturellement avec l’accélération de l’Histoire, peuvent être particulièrement néfastes à l’Armée. Lire les premières lignes

  p. 436-450
  p. 451-470

Dans une précédente étude (1), nous avons défini ce que pourrait être, dans son principe, l’organisation territoriale tactique de la défense nationale. Des régions, de dimensions très diverses, seraient délimitées de façon qu’elles puissent, sans apport notable de l’extérieur, vivre sur leurs propres ressources pendant un temps appréciable. C’est en respectant ce critère économique que seraient réalisées les organisations politique et militaire indispensables, dont la conception s’inspirerait étroitement du fait que la guerre est une combinaison, à l’intérieur d’un milieu social déterminé, en fonction des réactions probables de celui-ci, de trois éléments principaux : la force, la propagande et l’économie (2). Ainsi, le pays serait-il mis en situation de faire face à la mêlée générale, nouvelle forme des hostilités menées simultanément contre l’ennemi extérieur et l’adversaire intérieur ; la guerre compartimentée, « féodalisée », serait préparée dans ces compartiments autarciques de l’organisation territoriale, en même temps que le corps de bataille se tiendrait prêt à affronter, sur les frontières ou au-delà, le corps de bataille adverse. Lire les premières lignes

  p. 471-480
  p. 487-497
  p. 498-504
  p. 505-511
  p. 512-518

À propos d'un article du député Pierre André, rapporteur permanent des questions d'Afrique du Nord au sein de la Commission de Défense nationale, publié Jours de France du 4 janvier 1958.

  p. 519-522

Chroniques

  p. 523-526
  p. 526-528
  p. 529-533
  p. 533-538
  p. 538-544

Bibliographie

Général Alfred Conquet : L’énigme des Blindés (1932-1940)  ; Nouvelles éditions latines, 1956 ; 191 pages - M. B.

Le général Conquet, sous le titre modeste de L’Énigme des Blindés, a en réalité exposé les causes de notre déficience en matériel et de notre insuffisance de préparation militaire qui sont à l’origine du désastre de 1940. Lire la suite

  p. 545-547

Vladimir et Eudokia Petrov : L’Empire de la Peur  ; Éditions Morgan, 1957 ; 404 pages - R. G.

Trois ans après leur célèbre « évasion », Vladimir et Eudokia Petrov, enfin délivrés de la peur, parlent. Lire la suite

  p. 547-548

Revue Défense Nationale - Mars 1958 - n° 156

Revue Défense Nationale - Mars 1958 - n° 156

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.