Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juillet 1975 - n° 346

Extraits d'une conférence donnée dans le cadre des Cercles universitaires d'études et de recherches gauliennes (CUERG) réunis à Strasbourg le 17, 18 et 19 mai 1975 sur le thème « De Gaulle et l'Europe ». Lire la suite

  p. 3-15

Le 7 avril 1975, peu après sa nomination aux hautes fonctions de Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, le général d’armée de Boissieu est venu répondre aux questions que les auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) avaient préparées à son intention quelques semaines auparavant, alors qu’ils abordaient l’étude de la défense militaire de notre pays. C’est cet échange de questions et de réponses que nous reproduisons ici sous leur forme d’origine. L'auteur a tenu à souligner au début de son intervention qu’il ne parlait plus en tant que Chef d’état-major de l’Armée de terre — son successeur étant déjà entré en fonctions — mais comme un homme ayant été responsable, pendant quatre ans, des problèmes de cette Armée. Lire la suite

  p. 17-44

Staline vit-il dans la guerre de Corée l’occasion d’éliminer Mao Tsé-toung ? Ce qui est certain, c’est que ce conflit eut des conséquences dépassant largement le cadre asiatique : il provoqua l’antagonisme sino-américain pour vingt ans, modifia la structure et l’autorité des Nations unies, accéléra la mise sur pied de la défense occidentale et posa pour la première fois le problème tactique de l’arme nucléaire. Lire les premières lignes

  p. 45-56
  p. 57-65
  p. 67-77

Le passage de la manœuvre conventionnelle à l'action nucléaire pose un problème difficile en raison des contraintes politiques auxquelles elle reste soumise et de l'incertitude quant au moment où interviendra la décision d'emploi des armes nucléaires tactiques. C'est au fond ce qui est en question ici. L'auteur s'en prend à la pratique que révèlent certains exercices dans lesquels les tacticiens plaquent sur des chevauchées blindées un épisode nucléaire dont ils seraient les seuls maures. Rappelant que l'ennemi possède lui aussi l'arme nucléaire tactique, il exhorte ces théoriciens à plus de prudence et suggère une nouvelle articulation du corps de bataille en unités centrées autour du vecteur terrestre PlutonLire la suite

  p. 79-87
  p. 89-94
  p. 95-104
  p. 105-110
  p. 111-123
  p. 125-137

Chroniques

  p. 139-144
  p. 145-148
  p. 149-156
  p. 157-161
  p. 162-165
  p. 166-169
  p. 170-175
  p. 176-177

Bibliographie

Olivier Guichard : Un chemin tranquille  ; Éditions Flammarion, 1975 ; 214 pages - André Nolde

Qui se plaindrait d’être convié à deviser amicalement, un peu de tout, avec un homme intelligent, fin et disert, expérimenté dans les affaires de l’État, sans préjugé, un tantinet sceptique et tout le contraire du pédant, ayant le sens de l’humour, sachant placer à propos une histoire drôle qui fait sourire plutôt que rire aux éclats, trouvant le mot juste, évitant toute rhétorique, mesuré dans ses jugements, honnête homme sans être pour autant « rétro » ? Tous ces agréments sont à portée de la main dans le livre d’Olivier Guichard. Lire la suite

  p. 179-179

Michel Massenet : La nouvelle gestion publique  ; Éditions Hommes et Techniques, 1975 ; 145 pages - J.-P. B.

Si la France n’aime pas son industrie, il semble qu’elle n’aime pas davantage son administration. Celle-ci est souvent décrite comme un monde clos et paperassier, et des charges de Courteline aux analyses de Crozier (1), tout paraît confirmer l’image de marque défavorable de cette « bastille administrative » (2), critiquée à la fois de l’extérieur et de l’intérieur (3), taxée et de bureaucratie et de technocratie. Les concepts de gestion rationnelle et de management efficace sont en effet réservés au secteur privé, l’administration n’étant guère étudiée qu’au niveau général et sociologique de la science administrative (Bernard Gournay, Lucien Sfez, Charles Debbasch, etc.). C’est cette lacune qu’a voulu combler, en praticien, l’actuel directeur général de l’administration et de la fonction publique, M. Michel Massenel, auteur du premier ouvrage consacré à la nouvelle gestion publique. Lire la suite

  p. 179-181

José Fralon : L’Europe c’est fini  ; Éditions Calmann-Lévy, 1975 ; 256 pages - H. R.

Ce constat de décès de l’Europe n’est-il pas quelque peu prématuré ? Faut-il attribuer la responsabilité de cet échec aux groupes multinationaux qui ont favorisé la constitution d’une certaine Europe, mais se sont opposés victorieusement à l’installation à Bruxelles « d’un pouvoir politique fort, capable de leur tenir tête, de les empêcher-de dicter leur loi » ? Telle est du moins l’opinion de ce journaliste accrédité à Bruxelles auprès des institutions européennes et spécialiste des questions agricoles et des relations avec les pays en voie de développement. Lire la suite

  p. 181-181

Jean-Pierre Derriennic : Israël en guerre  ; Éditions Armand Colin, 1974 ; 134 pages - André Nolde

À voir ce titre, on pourrait redouter qu’il ne s’agisse, une fois de plus ! du livre d’un journaliste, c’est-à-dire d’impressions superficielles hâtivement rassemblées entre deux avions, corsées de quelques anecdotes et de deux ou trois interviews de « personnalités », comme il en paraît tant en France (sans doute pour des raisons mercantiles parce que les éditeurs ont constaté qu’un nom souvent répété dans la presse, à la radio ou à la télévision pouvait parfois assurer un meilleur démarrage de la vente). Il n’en est rien cette fois-ci, fort heureusement ! et le patronage de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) suffit pour nous rassurer. L’ouvrage de Jean-Pierre Derriennic est d’une exceptionnelle densité, bourré de faits significatifs, d’idées originales, de rapprochements fructueux et d’analyses pertinentes. Il a certainement demandé beaucoup d’étude, de travail et de réflexion et suppose d’ailleurs chez l’auteur tout un acquis scientifique préalable dans les différentes disciplines de rattachement des problèmes de défense nationale qui paraissent constituer pour lui une véritable spécialité, à voir l’aisance avec laquelle il les domine. Lire la suite

  p. 182-182

André Chamson : La Reconquête (1944-1945)  ; Éditions Plon, 1975 ; 224 pages - Georges Vincent

Au moment où la 1re Armée française vient de reprendre pied en Provence, un commandant aux galons gagnés dans les maquis toulousains, se présente au général de Lattre sous les ordres de qui il a déjà servi en 1940 à Opme en Auvergne. Il vient lui offrir un bataillon d’Alsaciens et de Lorrains dont la seule ambition, après avoir fait partie de « l’armée des ombres », est de combattre jusqu’à la libération de Strasbourg. Ce commandant c’est André Chamson, un chartiste, né à Nîmes, futur académicien et romancier déjà célèbre, chantre du pays cévenol et de ses rudes paysans qui ont tant lutté pour leur foi et leur liberté. Voilà donc cet ancien conservateur adjoint du musée de Versailles qui, il y a peu encore, était chargé de la préservation des œuvres d’art, lancé dans les combats de la brigade Alsace-Lorraine aux côtés d’André Malraux et du futur général Jacquot. Son livre, nous dit-il, n’est pas un livre de guerre. Lire la suite

  p. 182-182

Amiral Lepotier : Dunkerque  ; Éditions France-Empire, 1974 ; 482 pages - Y. B.

Dunkerque, ce fut à la fin du mois de mai 1940, ce « cul de sac enflammé » d’où l’on s’efforcera de sauver tout ce qui pouvait l’être des armées françaises du Nord. Ce fut, dans le même temps, le théâtre de l’opération Dynamo qui couvrait le réembarquement du corps expéditionnaire britannique. Et ce furent au total près de 340 000 hommes qui furent ainsi évacués. Lire la suite

  p. 183-183

Revue Défense Nationale - Juillet 1975 - n° 346

Revue Défense Nationale - Juillet 1975 - n° 346

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Juillet 1975 - n° 346

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.