Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Août/Sept 1975 - n° 347

Intervention du Cemaa à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) le 6 avril 1975. Sans doute certaines des questions évoquées ici ont-elle connu depuis de nouveaux développements – c'est le cas du fameux « marché du siècle » (la compétition entre 4 avions dont le Mirage F-1 en remplacement du F-104 pour 4 pays de l'Otan) – mais cela n'enlève rien à la pertinence générale des propos. Lire la suite

  p. 5-27
  p. 29-42
  p. 43-58
  p. 59-72
  p. 73-80
  p. 81-95
  p. 97-102
  p. 103-116
  p. 117-126
  p. 127-140

Chroniques

  p. 141-146
  p. 147-156
  p. 157-162
  p. 163-165
  p. 166-169
  p. 170-173
  p. 174-179

Bibliographie

Carl J. Burckhardt : Richelieu : la politique d’hégémonie et la mort du Cardinal  ; Éditions Robert Laffont, 1975 ; 540 pages - A. B.

Enfin accessible au public français, voici le troisième et dernier volet de l’œuvre monumentale écrite par Carl J. Burckhardt sur Richelieu, dont l’action, selon Charles de Gaulle, fut décisive « pour l’avenir du pays, en l’engageant dans la voie qui allait faire de lui un État moderne ». Lire la suite

  p. 180-181

Catherine Lamour : Enquête sur une armée secrète  ; Éditions du Seuil, 1975 ; 286 pages - André Nolde

Catherine Lamour est une journaliste qui – le fait est devenu assez rare pour mériter d’être mentionné – ne se prend ni pour un historien, ni pour un économiste, ni pour un philosophe. Elle se borne à enquêter, c’est-à-dire à recueillir sur place, auprès de ceux-là mêmes qui vivent ou ont vécu l’événement, des témoignages qu’elle analyse, critique et recoupe, pour pouvoir raconter ensuite comment, à son avis, les choses se sont réellement passées. Reconstituer le déroulement des événements et pour cela, au sens originel du mot : « inquiere », rechercher, fouiner ; ce qui paraîtra sans doute un peu simplet à certains « grands » reporters, pris trop souvent par « le vertige du scoop, ce miroir aux alouettes qui attire inlassablement les hommes de presse à la recherche de documents sensationnels, de reportages exclusifs ». Mais en fait, c’est renouer avec la grande tradition du journalisme « délaissée pour des impératifs de temps et d’argent, par peur des risques ou des conséquences politiques aussi ». Lire la suite

  p. 181-182

Jean-Paul Etcheverry : Asnabi reviendra  ; Éditions France-Empire, 1975 ; 342 pages - Georges Vincent

La guerre d’Algérie n’a sans doute pas fini d’inspirer les romanciers et parmi eux des officiers qui en furent les acteurs et s’y trouvèrent confrontés à des problèmes moraux d’une intensité dramatique jusque-là inconnue. Épreuve redoutable où certains laissèrent leur âme, où d’autres au contraire saisirent cette occasion pour remettre en question et finalement affirmer leur éthique. Tel fut le cas, on le sait, d’un Georges Buis à qui cette guerre inspira son premier roman : La Grotte. Par une coïncidence qui n’est peut-être pas tout à fait fortuite, c’est également l’un des successeurs de Georges Buis à la tête de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et, comme lui, général de corps d’armée, qui nous livre aujourd’hui son témoignage en utilisant certains éléments autobiographies tirés de son expérience passée de commandant du secteur de La Calle [NDLR 2020 : ville côtière proche de la frontière avec la Tunisie]. Dans la Messida fictive de ce roman, le lecteur connaissant quelque peu la région à l’Est de Bône aura en effet reconnu le fameux « Bastion de France », l’un de nos plus anciens établissements sur cette côte, occupé au XVIe siècle par des pêcheurs attirés par le commerce du corail. Le non moins fictif commandant de ce secteur qui a mission, tout en assurant l’ordre sur ses arrières, d’interdire le franchissement du barrage électrifié le long de la frontière tunisienne, est un lieutenant-colonel nommé Bléhaut, fort semblable à l’auteur. Lire la suite

  p. 182-183

Léon Trotsky : L’art de la guerre et le marxisme-théorie et stratégie  ; Éditions de L’Herne, 1975 ; 228 pages - P. R.

Ce titre, qui peut paraître pédant, ne reflète que très imparfaitement le bon sens et la verve qui animent ce bref recueil. Il s’agit d’allocutions et articles de Trotsky datant de 1921-1922, c’est-à-dire de l’époque de la NEP (Nouvelle politique économique). C’est un plaidoyer vigoureux – non exempt de répétitions – en faveur de l’empirisme et du réalisme dans l’art de la guerre et contre les prétentions doctrinaires de certaines personnalités soviétiques, parmi lesquelles le futur Maréchal Toukhatchevski. Lire la suite

  p. 183-184

Gaston Bouthoul : La paix  ; Puf, 1975 ; 128 pages - P. R.

Ce petit livre est une mine de réflexions et de suggestions en vue d’une recherche originale. Les premiers chapitres qui survolent l’histoire de l’humanité dans ses relations avec l’idée de paix (et, partant, de guerre) peuvent paraître au premier abord un peu théoriques, parfois même contestables. Mais au fur et à mesure que le lecteur avance, l’argumentation de l’auteur se fait plus pressante et plus convaincante. Lire la suite

  p. 184-185

Antoine Sanguinetti : Le fracas des armes  ; Éditions Hachette, 1975 ; 216 pages - Georges Vincent

La foi que les hérétiques proclament encore sur le bûcher mérite considération. Sans aller jusqu’à faire de l’ancien major général de la Marine le Jean Hus de notre armée, il faut tout de même prêter attention à la conviction qui l’anime et ne pas entendre seulement dans Le fracas des armes le bruit d’une chute spectaculaire, surtout si, comme il le prétend, l’auteur a trouvé en d’autres lieux que rue de Rivoli les remèdes qui soulageraient les maux actuels de nos armées. Lire la suite

  p. 185-186

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1975 - n° 347

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1975 - n° 347

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1975 - n° 347

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.