Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mars 1976 - n° 353

  p. 7-24
  p. 25-42
  p. 43-54
  p. 55-68
  p. 69-86
  p. 87-98
  p. 99-113
  p. 115-126
  p. 127-136
  p. 137-146
  p. 147-158

Chroniques

  p. 159-165
  p. 166-171
  p. 172-179
  p. 180-185
  p. 186-189
  p. 190-195

Bibliographie

Arthur Koestler : Face au néant  ; Éditions Calmann-Lévy, 1975 ; 254 pages - Patrice Romet

L’ouvrage rassemble sous ce titre des conférences, des articles et des notes de voyages. L’éventail des sujets traités par l’auteur est assez large puisqu’il s’étend de sa captivité en Espagne en 1937 à la question de savoir si l’art peut ou non progresser à travers l’histoire, et de la tendance constante de l’humanité à s’autodétruire, aux étranges manies du Mahatma Gandhi en passant par les émerveillements de Marrakech et l’ennui de la société australienne. Lire la suite

  p. 196-196

Daniel Reichel : Davout et l’art de la guerre  ; Éditions Delachaux et Niestlé, 1975 ; 420 pages - P. L.

Le colonel Daniel Reichel est le directeur de la Bibliothèque militaire fédérale suisse, organisme analogue à notre Service historique des armées. Son livre intéressera aussi bien les historiens militaires que les lecteurs soucieux de découvrir des aspects nouveaux de l’histoire de la Révolution et de l’Empire. Lire la suite

  p. 196-197

Jacques Ellul : La trahison de l’Occident  ; Éditions Calmann-Lévy, 1975 ; 224 pages - André Nolde

Ce nouvel ouvrage de Jacques Ellul fait apparaître l’auteur sous un aspect inhabituel : celui d’un polémiste. Jusqu’à présent cet historien et sociologue se présentait plutôt comme un impavide clinicien des maladies et troubles de la société. Il cherchait à analyser le phénomène révolutionnaire, en étudiait l’évolution, désignait par le terme de révoltes ses manifestations modernes… Cette fois, il ne se contente plus de diagnostics et de nomenclatures. Il dénonce avec passion les causes profondes du mal dont souffre notre civilisation. Lire la suite

  p. 197-198

Albert Speer : Journal de Spandau  ; (traduit de l’allemand par Dominique Auclères et Michel Brottier) Éditions Robert Laffont, 1975 ; 554 pages - André Nolde

Le Journal de Spandau, tenu au jour le jour pendant les vingt années de son emprisonnement par Albert Speer, est un ouvrage émouvant, quelle que soit l’opinion qu’on puisse avoir sur son auteur. Celui-ci, en tant qu’homme public a d’ailleurs soulevé peu de controverses. Il était très exactement tel que l’a montré le procès de Nuremberg – un homme totalement absorbé par sa tâche : architecte de Hitler, ayant partagé sa vision des villes allemandes remodelées dans un style classique revu et corrigé à la lumière de la notion du Deutschtum [culture allemande] ; ministre de l’Armement des années de détresse, ayant réussi à canaliser vers l’effort de guerre la totalité des ressources d’une économie découragée et exsangue. Le talent et l’efficacité dont il fit preuve dans ces fonctions n’ont jamais été contestés. Lire la suite

  p. 198-199

Nahum Goldmann : Où va Israël ?   ; (traduit de l'anglais par Michel Carrière) Éditions Calmann-Lévy, 1975 ; 188 pages - André Nolde

Encore un livre sur Israël ! Journaux, revues, télévisions et radios ne nous ont-ils pas tout dit sur le sujet ? Sans doute… mais nous croyons que jamais le problème juif dans son ensemble n’a été mieux et plus complètement exposé que par Nahum Goldmann. Du moins sur le plan politique. Pour ce qui est des événements, il les suppose connus. Lire la suite

  p. 199-200

Stanley Hoffmann : Sur la France  ; Éditions du Seuil, 1976 ; 312 pages - Georges Vincent

La nouveauté de cette réédition des « Essais sur la France. Déclin du Renouveau » (parus aux éditions du Seuil en 1974 et dont nous avions rendu compte dans notre bibliographie de mai 1975) tient dans la préface et la postface dont elle s’est enrichie. Dans la première, l’auteur, politologue américain, né à Vienne, aujourd’hui professeur à Harvard, et qui doit beaucoup à la formation qu’il a reçue à notre Institut d’études politiques (IEP), fait part de ses considérations rétrospectives sur l’esprit dans lequel il avait composé les trois analyses rassemblées dans son ouvrage initial et marquant trois étapes de sa réflexion sur les rapports entre la société, la nature et l’État dans la France contemporaine. Lire la suite

  p. 200-201

Edmond Alphandery et Georges Delsupehe : Les politiques de stabilisation  ; Puf, 1974 ; 188 pages - J. P.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, dans le prolongement de ce que les économistes ont appelé la « révolution keynésienne », les expériences de stabilisation se sont multipliées, dans la plupart des pays occidentaux, pour lutter contre ce fléau moderne qu’est l’inflation. Les événements de ces deux dernières années, notamment avec le relèvement du prix des matières premières, ont une fois de plus fait passer au premier rang de l’actualité les politiques qui inspirent ces expériences. Lire la suite

  p. 201-201

Michel Bassi : La République des petits papiers  ; Éditions Grasset, 1975 ; 190 pages - André Nolde

Sur un ton de badinage superficiel qui serait sans doute mieux à sa place dans un dîner en ville que dans un ouvrage imprimé, Michel Bassi, journaliste politique chevronné et apprécié, aborde un sujet plus sérieux qu’il ne paraît, puisqu’il s’agit d’un élément très essentiel de la structure du pouvoir en France. Les cabinets ministériels (et présidentiel), qui sévissent depuis fort longtemps dans nos régimes républicains successifs, apparaissent à travers les analyses souvent subtiles que leur consacre Michel Bassi, à la fois comme une nécessité moderne du régime et un fléau national. Lire la suite

  p. 202-202

Revue Défense Nationale - Mars 1976 - n° 353

Revue Défense Nationale - Mars 1976 - n° 353

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Mars 1976 - n° 353

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.