Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juin 1976 - n° 356

Exposé du Chef d’état-major des armées, le 15 mars 1976 aux auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et du Centre des hautes études de l’armement (Chear). Lire la suite

  p. 11-34

Exposé à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) le 20 avril 1976 par le député (R.I.) maire de Neufchâteau, quelques jours après qu’il ait quitté la présidence de la Commission de la défense nationale et des forces armées, qu’il exerçait depuis avril 1973 et à laquelle lui a succédé M. Raymond Dronne (Réformateur). Lire la suite

  p. 35-48

L’élection de M. Elias Sarkis à la présidence de la République, bien que clarifiant une situation encore très confuse, n’apporte qu’une solution précaire à la guerre civile au Liban. Après plus d’un an de combats meurtriers, la poussée des forces islamo-progressistes, qui récusent cette solution, a conduit le camp chrétien conservateur à renforcer les positions qu’il occupe dans le pays. Refusant longtemps l’idée d’une partition, la communauté maronite en vient, en désespoir de cause, à ne plus rejeter cette solution. L'auteur, spécialiste des questions arabes, suit l’évolution des pays du Proche-Orient. Après avoir situé la place des chrétiens dans l’histoire libanaise, il expose quelles seraient les chances d’un « État chrétien » au sein d’un monde musulman hostile. Lire les premières lignes

  p. 49-58

Journaliste allemand implanté de longue date à Paris, l'auteur dresse ici un tableau des forces politiques en présence en Allemagne de l'Ouest dans la perspective des élections au Bundestag qui auront lieu en octobre prochain. Les socialistes conserveront-ils le pouvoir ou devront-ils le céder aux démocrates-chrétiens ? Les libéraux qui sont en position d'arbitres peuvent, au prix d'un divorce avec les socialistes que certains seraient prêts à consommer, provoquer l'alternance. Celle-ci, en tout cas, ne poserait aucun problème grave en raison de l'état satisfaisant de l'économie et de l'existence d'un certain consensus sur les objectifs de la politique étrangère de Bonn. Poursuite de l'Ostpolitik avec une certaine fermeté à l'égard de l'Est, recherche d'une marge d'indépendance plus grande vis-à-vis de Washington et priorité accordée à la construction européenne basée sur un renforcement de la coopération franco-allemande, ces objectifs, à quelques nuances près, seront poursuivis quelle que soit la coalition gouvernementale qui sortira des élections d'octobre prochain.

  p. 59-68

Quels objectifs jalonnent la voie yougoslave vers le socialisme et à travers quelles organisations se réalise-t-elle ? Est-elle atteinte par la crise économique ? Est-elle menacée par la renaissance de menées kominformistes ? Autant de questions auxquelles répond l'auteur qui souligne le dynamisme de la Yougoslavie dans l'Europe méridionale, son influence sur le Tiers-Monde et le rôle quelle joue dans l'équilibre triangulaire Moscou-Pékin-Washington. L'auteur est un jeune chercheur de Sciences politiques dont les études sont orientées vers le monde slave. Son article permettra au lecteur de supputer les chances et les faiblesses du socialisme yougoslave pour l'avenir.

  p. 69-82

Commandant en chef des forces des Nations unies en Corée, mais ne relevant en fait que de l’Exécutif américain, le général MacArthur entra en conflit avec le Président non pas à propos d’un éventuel emploi de l’arme nucléaire, mais de l’attitude à adopter à l’égard de la Chine. Truman ne recherchait pas en Asie une décision militaire, il voulait faire la démonstration de la volonté américaine de ne pas s’incliner devant l’agression. MacArthur, au contraire, pensait la guerre en termes de victoire militaire, une victoire qui aurait marqué le début de la reconquête du continent et à laquelle devraient participer les forces de Tchang Kaï-chek. En bref le généralissime était totalement opposé à la politique asiatique du Président et rendit publique cette opposition. Longtemps Truman toléra les incartades de MacArthur. Les imprudences de celui-ci déclenchèrent l’intervention en force des divisions chinoises qui faillit être fatale au corps expéditionnaire interallié. Rien n’illustre mieux la nécessité, déjà affirmée par Clausewitz, de la subordination du militaire au politique et de leur commune adhésion à des buts de guerre clairement définis. Lire les premières lignes

  p. 83-98

L’auteur, qui est expert à la Conférence sur le Droit de la Mer, a dépouillé les statistiques des transits par le Canal de Suez depuis sa réouverture jusqu’à décembre 1975 et il en tire les conclusions. Il souligne notamment le problème que pose à l’Égypte le passage des superpétroliers. Lire les premières lignes

  p. 99-102
  p. 103-108

Depuis la fin des vols APOLLO et malgré le regain d’intérêt apporté par le vol commun APOLLO-SOYOUZ de juillet 1975, l’opinion publique manifeste une grande indifférence pour l’actualité spatiale. L’espace a cependant ouvert à la science un champ considérable de recherche et a permis d’importantes découvertes et réalisations dans tous les domaines : observation de la terre, géologie, météorologie, télécommunications, navigation, astronomie, cosmologie, médecine, biologie, défense, etc. Nous voudrions seulement, ici, faire l’inventaire des progrès accomplis dans les domaines scientifiques intéressant les armées (navigation, météorologie, télécommunications) et signaler les applications militaires des satellites artificiels. Lire les premières lignes

  p. 109-121
  p. 123-130

Chroniques

  p. 131-137
  p. 138-145
  p. 146-155
  p. 156-159
  p. 160-165
  p. 166-171

Bibliographie

Philip Agee : Journal d’un agent secret. Dix ans de CIA  ; Éditions du Seuil, 1976 ; 607 pages - P. H.

Après avoir accompli brillamment ses études secondaires au sein de collèges catholiques dans un milieu marqué par un ardent patriotisme, l’auteur entreprend sans conviction des études de droit faute de vocation bien déterminée puis se laisse recruter par la CIA dans laquelle il voit initialement un moyen de satisfaire à une vague attirance pour la politique et les relations internationales. Il devra effectuer un an de plus de service, mais il sera officier, percevra une bonne solde, aura un travail intéressant et disposera de davantage de temps pour décider de ce qu’il fera dans la vie. Les motivations, au début un peu minces, de ce « bon élève » se renforceront au fur et à mesure qu’il franchira avec succès les différentes étapes de la formation qui lui sera dispensée pendant trois ans par la centrale de 1957 à 1960. Lire la suite

  p. 172-173

Carl von Clausewitz : De la Révolution à la Restauration. Écrits et lettres  ; Éditions Gallimard, 1976 ; 516 pages - Angelica Karolyi

Alors que dans son Traité de la Guerre (Vom Kriege) Clausewitz est un stratège, un théoricien de la guerre, il apparaît dans ce recueil également comme un penseur politique et même un historien. Des écrits divers y sont regroupés (mémoires, manifestes, plans de campagne, encore inédits en France et même peu accessibles en Allemagne) ainsi que des lettres à sa femme, à Gneisenau et un compte rendu d’un ouvrage de von Bülow. Lire la suite

  p. 173-174

Xavier de la Fournière : Giscard d’Estaing et nous  ; (préface de Raymond Tournoux) Éditions Plon, 1976 ; 279 pages - F. M.

Agent de change, vice-président du Conseil économique et social, conseiller de Paris, Xavier de la Fournière est aussi l’un des fondateurs des clubs « Perspectives et Réalités », dont il fut naguère président national. Connaissant depuis longtemps Valéry Giscard d’Estaing, nul n’était mieux placé que lui pour rassembler une telle quantité d’informations, de citations et de souvenirs relatifs à l’actuel président de la République. Lire la suite

  p. 174-175

Claude Julien : Le rêve et l’histoire. Deux siècles d’Amérique  ; Éditions Grasset, 1976 ; 360 pages - F. M.

L’écrivain américain Herman Melville disait : « Nous portons l’arche des libertés du monde ». Mais cette arche est-elle en de bonnes mains, assez fortes pour un tel poids, et surtout dignes d’un tel fardeau ? Et si Georges Washington a dit, comme l’ont pensé et parfois répété tous ses successeurs, que la cause de son pays était celle de l’humanité, cela veut-il dire que tout ce qui est bon pour l’humanité est bon pour les États-Unis, ou l’inverse ? Lire la suite

  p. 175-176

Henri Nogueres et Marcel Degliame-Fouche : Histoire de la Résistance en France. Tome 4 : octobre 1943-mai 1944  ; Éditions Robert Laffont, 1976 ; 711 pages - Angelica Karolyi

La parution du quatrième et avant-dernier volume de l’Histoire de la Résistance en France montre que ses auteurs sont restés fidèles à leur entreprise et respectueux de la forme choisie. En effet, on pouvait lire dans l’avertissement du premier volume qu’ils souhaitaient faire un tableau aussi complet et richement documenté que possible de la Résistance en France et en évoquer les vicissitudes aussi bien intérieures qu’extérieures. Lire la suite

  p. 176-177

Robert C. Tucker/Albert Seaton : Staline révolutionnaire 1879-1929 / Stalin as Warlord   ; (traduit de l’anglais par Éric Diacon) Éditions Fayard, 1975 ; 434 pages/Éditions B.T. Bastford, 1976 ; 312 pages - André Nolde

Le personnage de Staline, tel qu’il était réellement, commence peu à peu à sortir de l’ombre où le maintenait, de son vivant, la terreur physique qu’il inspirait à son entourage et, après sa mort, l’inhibition persistante de la plupart des témoins de son règne, inhibition que le XXe Congrès ne devait pas suffire à dissiper. Lire la suite

  p. 177-178

Revue Défense Nationale - Juin 1976 - n° 356

Revue Défense Nationale - Juin 1976 - n° 356

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Juin 1976 - n° 356

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.