Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Août/Sept 1976 - n° 358

Le Centenaire de l’École supérieure de Guerre a été marqué les 13 et 14 juin 1976 par des cérémonies officielles et un colloque auxquels participait le général d’armée de Boissieu, ancien Chef d’état-major de l’Armée de terre et aujourd’hui Grand Chancelier de la Légion d’Honneur. Le général de Gaulle, durant son passage à l’École de Guerre, de 1922 à 1924, supporta mal l’enseignement suranné qui y était alors dispensé. Dans La France et son armée, il n’en a pas moins rendu hommage au rôle éminent qui lui incombe dans la formation des chefs. Devenu président de la République, il aimait à se retrouver, à l’occasion de la visite qu’il faisait chaque année à l’École militaire, au milieu des stagiaires qui lui rappelaient ses jeunes années. Lire la suite

  p. 7-19

Directeur des recherches à la Fondation pour les études de défense nationale, l'auteur a toujours marqué sa prédilection pour la logique des systèmes évolutifs et conflictuels (v. notamment son essai sur L’épreuve de force dont nous avons rendu compte dans notre bibliographie de mai, page 179). Dans ses ouvrages, il a également souligné l’importance des dimensions éthiques et religieuses qui sont inséparables de toute réflexion politique et stratégique. Dans cet essai, dont le titre est emprunté au néologisme créé par Jean Guitton – la stratégie de nos jours appelle une métastratégie comme la physique d’Aristote appelait une métaphysique – l’auteur s’interroge sur les perspectives critiques du monde actuel parvenu aujourd’hui à un seuil qui peut être explosif. Lire les premières lignes

  p. 21-42
  p. 43-52

Substitut ou prélude à la violence, la crise, vieille notion historique, revêt à l'ère nucléaire des formes et prend des significations nouvelles. Après en avoir établi une brève phénoménologie, l'auteur pose les bases d'une méthodologie des crises du point de vue du chef militaire et définit les principes éthiques auxquels celui-ci doit se plier. Cet essai se situe dans le droit fil de la pensée de Carl von Clausewitz.

  p. 53-64

La progression parallèle des deux grands partis italiens, la Démocratie-chrétienne et le Parti communiste, aux élections législatives du 21 juin n'a pas permis l'alternance au pouvoir et rend difficile dorénavant tout gouvernement au centre. Comment gouverner dans ces conditions ? Selon l'auteure, spécialiste des problèmes italiens à la Fondation nationale des sciences politiques, les partis pourraient s'orienter vers la recherche d'un accord sur un certain nombre de grandes options et affirmer leur volonté de résoudre avant tout la crise économique qui sévit depuis cinq ans. Mais le Parti communiste, s'il ne participe pas au gouvernement, consentira-t-il à cautionner pareille formule de démocratie contractuelle ?

  p. 65-72

Entre la brouille égypto-syrienne qui a suivi la signature par Le Caire, en septembre 1975, de l'accord sur le Sinaï, et le rapprochement des deux pays intervenu tout récemment, toute une série d'événements ont eu lieu qui sont en relation directe avec le drame libanais et le problème palestinien. L'auteur retrace ici cette évolution du monde arabe toujours à la recherche de son unité et souligne le rôle important joué par la Libye et son Premier ministre, M. Abdesselam Jalloud.

  p. 73-84

Séduisante dans son principe, la coopération en matière d'armement ne va pas sans aléas, même lorsque les objectifs en sont clairement définis dès le début. L'auteur indique, sur la base d'expériences vécues, comment minimiser les risques de cette nécessaire coopération et comment en tirer le meilleur parti.

  p. 85-94
  p. 95-108
  p. 109-116
  p. 117-125
  p. 127-140

Chroniques

  p. 141-146
  p. 147-152
  p. 153-154
  p. 155-157
  p. 158-163
  p. 164-168
  p. 169-174

Bibliographie

François de Rose : La France et la défense de l’Europe  ; Éditions du Seuil, 1976 ; 124 pages - Georges Vincent

Cet ouvrage vient opportunément apporter un éclairage intéressant à la controverse suscitée par les récents propos du général Méry sur l’emploi de nos forces en Allemagne. L’auteur est un diplomate particulièrement averti des problèmes de nos relations avec nos alliés puisque avant de terminer sa carrière comme ambassadeur de France, il représenta notre pays de 1970 à 1975 au Conseil de l’Atlantique Nord. Lire la suite

  p. 175-176

Alfred Fabre-Luce : La crise nous révèle  ; Éditions Robert Laffont, 1976 ; 242 pages - J.-F. A.

Avant d’écrire son dernier livre, Alfred Fabre-Luce a lu ou relu tous les ouvrages parus récemment sur l’inflation. Dieu sait s’ils sont nombreux ! Bien que non spécialiste de ces problèmes, l’auteur a une culture économique suffisante pour lui permettre de restituer brillamment en quelques pages l’essentiel des analyses des plus savants docteurs ès-sciences économiques et financières. Lire la suite

  p. 177-178

Roger Garaudy : Le Projet Espérance  ; Éditions Robert Laffont, 1976 ; 218 pages - Angelica Karolyi

C’est moins en homme politique et davantage en philosophe que Roger Garaudy aborde ici le problème de la création d’un monde meilleur. Car si tous les aspects du « système » qu’il conteste sont essentiellement politiques, la perspective finale paraît relever d’un certain humanisme. Lire la suite

  p. 178-179

Général Maurice Durosoy : Avec Lyautey  ; Nouvelles Éditions latines, 1976 ; 215 pages - André Nolde

Indépendamment de son œuvre créatrice et exemplaire au Maroc, le maréchal Lyautey a exercé une profonde influence sur plusieurs générations d’officiers dont il fut un véritable maître à penser. La pléiade de jeunes chefs qui s’affirmèrent au cours de la guerre 1914-1918 : les Gouraud, Heurys, Mangin, Humbert et tant d’autres, furent formés directement à son école, au Maroc. La plupart des commandements importants de la dernière phase de la guerre 1939-1945 furent exercés par des officiers ayant fait leurs premières armes dans les années 1920, également au Maroc, dans cette extraordinaire ambiance d’action et d’efficacité qui fut celle du Protectorat sous le proconsulat de Lyautey : nous pensons à Juin, de Lattre, Leclerc pour ne citer que les plus réputés. Lire la suite

  p. 179-180

Michel de Enden : Raspoutine et le crépuscule de la monarchie en Russie  ; Éditions Fayard, 1976 ; 367 pages - André Nolde

Les dernières années du pouvoir impérial en Russie ont fait l’objet d’études innombrables. La quasi-totalité des documents d’archives est en effet, depuis pas mal d’années, dans le domaine public. Les témoignages des acteurs du drame, qu’il s’agisse de correspondances ou de mémoires, ont été publiés pour la plupart, en Russie même et en Occident. Très peu de choses manquent aux historiens pour se prononcer. Lire la suite

  p. 180-180

Han Suyin : Lhassa, étoile-fleur  ; Éditions Stock, 1976 ; 168 pages - M. J.

Le Tibet, soudainement, a été ouvert à quelques visiteurs privilégiés. Comme si la Chine désirait attirer l’attention sur son flanc sud. Plusieurs chefs d’États situés dans le sous-continent indien ont été reçus en Chine : le Premier ministre du Pakistan, M. Bhutto, un allié privilégié, a été accueilli chaleureusement dans la capitale chinoise ; le roi Birendra du Népal est le premier souverain qui se soit rendu à Lhassa. Les Chinois montrent tout l’intérêt qu’ils portent au royaume himalayen, « État-tampon » par excellence entre la Chine et l’Inde. Tourné tout naturellement vers l’Inde pendant de nombreuses années, le Népal cherche actuellement à trouver un équilibre politique et économique entre ses deux grands voisins. Par cette invitation, les Chinois manifestent également une grande confiance dans la situation au Tibet et à l’égard des responsables locaux. Lire la suite

  p. 181-182

Stockholm Peace Research Institute (SIPRI) : World armaments and disarmament ; 1976 ; 500 pages Lire la suite

  p. 182-182

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1976 - n° 358

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1976 - n° 358

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1976 - n° 358

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.