Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mai 1986 - n° 465

Dans la livraison de mars 1985, l'auteur nous avait fait connaître ses réflexions sur les perspectives d'évolution de la dissuasion française. C'est à nouveau ce sujet qu'il aborde brièvement ici, en notant toutefois « le cheminement malaisé, étroit, mais praticable, que suit la dissuasion du faible au fort », et en insistant justement sur l'indispensable capacité technologique qu'il nous faut acquérir. D'ailleurs, les moyens souhaitables de notre politique de défense feront l'objet d'un prochain texte.

  p. 9-13

Au début du mois de janvier 1986, le Centre d'étude des problèmes stratégiques (CEPS) organisait un colloque sur ce sujet d'actualité qu'est l'avenir de la défense de l'Europe face aux nouvelles technologies. L'article qui suit — et qui sera présenté en deux livraisons — est une synthèse de différents témoignages apportés par les personnalités ayant participé aux débats.

  p. 15-24

L'auteur s'attache à nous expliquer comment a évolué l'élaboration de notre politique étrangère, initialement apanage du Quai d'Orsay, maintenant domaine réservé du président de la République. Écrit avant mars 1986,  cet article mentionne le « ministère des Relations extérieures », rebaptisé désormais « ministère des Affaires étrangères ».

  p. 25-35

Cet article a été élaboré par un groupe de travail comprenant MM. Jacques de Dumast et Claude Lachaux, présidents, Christian Lamoureux, rapporteur, ainsi que Christian Bexon et Georges Kobaladze.

  p. 37-50

L'auteur avait écrit dans notre revue en juin 1986 un article fort détaillé sur le régime des matériels de guerre, armes et munitions. Il le complète maintenant par une étude sur le régime des poudres et substances explosives. Il y précise bien que la nouvelle organisation, définie par la loi du 3 juillet 1970, présente, après quinze années de service, un bilan positif ; néanmoins, il note qu'elle comporte deux défauts majeurs : sa complexité et la pluralité des contrôles due aux exigences de la sécurité.

  p. 51-66

L'auteur nous montre notamment que, de plus en plus, tout ingénieur, quels que soient ses travaux, doit se rapprocher des « opérationnels », a fortiori lorsqu'il est militaire. Il développe de surcroît, dans cet article qui paraîtra en trois parties en raison de sa longueur, la place « rénovée » que les ingénieurs doivent tenir face aux problèmes de défense pris dans leur acception la plus étendue.

  p. 69-78

Les deux auteurs étudient avec soin l'histoire de la coexistence entre catholiques et musulmans en Espagne, et ont soumis leurs réflexions à la lecture de M. Jordi Gali, professeur à Barcelone. Leur conclusion, tout à fait objective, est à méditer.

  p. 79-88
  p. 89-102

Le Liban : Nation déchirée par la guerre depuis des années pour laquelle la France, entre autres puissances, multiplie les tentatives de conciliation, qu'elle paie d'ailleurs tragiquement. L'auteur nous livre ses réflexions dans un article publié en deux parties.

  p. 103-115

Lors d'une mission récente aux États-Unis et au Canada, l'auteur, membre du groupe de recherche et d'étude sur la stratégie chinoise au sein de la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN), a rencontré de nombreuses personnalités spécialistes de la politique étrangère chinoise, tels MM. Nethercut, Klein, Pye, Oksenberg, Zagoria, Barnett, Robinson, Cline, etc. C'est une synthèse de ces opinions autorisées qu'il nous livre.

  p. 117-130

Les progrès récemment accomplis dans les sources de rayonnement X et ultraviolet ont ouvert la voie à de nombreuses applications dans les domaines les plus divers. L'auteur fait le point sur ce sujet en évolution rapide qui concerne des secteurs stratégiques de la défense et de l'industrie. Des miroirs X sont par exemple à la base du développement des lasers X à pompage nucléaire, dont on parle beaucoup dans l'Initiative de défense stratégique (IDS).

  p. 131-143
  p. 145-154

Chroniques

La baisse du pétrole satisfait l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) mais pas les pays de l’Est Lire les premières lignes

  p. 155-157

• Fondé en 1979 à Londres pour « étudier le changement politique en Europe et son impact sur la stratégie et la défense », l’Institute for European Defence and Strategic Studies (IEDSS) a publié en décembre 1985 une courte étude (35 pages) intitulée Les héritiers de Clausewitz : changement et continuité dans la machine de guerre soviétique. Cette analyse est due à Christopher N. Donnelly, chargé des études soviétiques à l’Académie militaire de Sandhurst (formation des sous-officiers de la British Army). Spécialiste reconnu du système militaire de l’URSS, Donnelly souligne les particularités d’un État qui doit son existence et sa survie à la guerre. Pour le parti, la puissance militaire est un outil politique, d’intimidation vis-à-vis de l’extérieur (l’Union soviétique ne veut pas la guerre en Europe, mais les conditions politiques peuvent changer), et de contrôle à l’intérieur. Il ne faut donc pas s’attendre à des concessions en matière de défense. L’idéologie conflictuelle se traduit par l’autocratie du pouvoir, la militarisation de la jeunesse et la préparation de la nation entière à la guerre. Les conditions géographiques, humaines et climatiques enfin, déterminent certains aspects du système militaire : les opérations restent dominées par l’occupation terrestre des grands espaces ; le mélange des races et des langues explique le manque de souplesse de la tactique (le niveau de la manœuvre opérationnelle est celui du front) ; la rigueur hivernale impose des activités discontinues (« stop-go syndrom »). Lire les premières lignes

  p. 158-163

Les attentats qui se sont multipliés à Paris ou dans les moyens de transport indignent l’opinion probablement plus qu’ils ne l’effraient. Les puissances occidentales sont trop fortement assises pour avoir à redouter l’anarchie, mais le terrorisme est sans doute le problème d’importance qu’il convient d’aborder avec le plus de netteté et de sens critique. Lorsque les nations européennes instruisaient d’autres peuples à l’usage des armes, elles leur communiquaient aussi les principes moraux qui en font la valeur. Le commerce effréné des armements de tous genres et l’apparition de certaines idéologies ont mis fin à cette initiation : on assiste de ce fait à un retour à la barbarie. Lire les premières lignes

  p. 164-167

La guérilla fait partie du paysage politique de l’Amérique du Sud, ponctuant la vie des jeunes démocraties (Pérou, Équateur) comme celle des dernières dictatures militaires (Chili). Historiquement, le latino-américain a dû s’affirmer par le combat des peuples hispaniques colonisateurs, et la guérilla d’aujourd’hui s’abreuve encore abondamment aux sources de cette identité originelle. Mais la décolonisation a exacerbé le nationalisme des nouveaux États et cette « pugnacidad » héritée de l’histoire a connu des destins divers au gré de la récupération idéologique qui en a été faite par les différents mouvements subversifs nationaux. Plurale, multiple et multiforme aussi bien par ses revendications idéologiques que par ses modes d’action, la guérilla d’Amérique du Sud semble manifester actuellement des velléités d’unification. Doit-on y voir l’émergence d’une force fédérée de guérilla latino-américaine, véritable pôle de déstabilisation sur le continent ? Lire les premières lignes

  p. 168-170

Du nouveau pour les engagés volontaires de l’Armée de terre Lire les premières lignes

  p. 171-174

Coût de possession Lire les premières lignes

  p. 175-178

Il y a une dizaine d’années, alors qu’il était encore au stade du développement, le programme AWACS (Airborne Warning and Control System) a dû faire face à de nombreuses critiques de la part de certains membres du Congrès américain. Des parlementaires de l’opposition de l’époque n’hésitaient pas à affirmer que l’AWACS n’était qu’un « jouet » coûteux sans véritable intérêt opérationnel. Lire les premières lignes

  p. 179-181

Nigeria : pétrole, facteur de sous-développement Lire les premières lignes

  p. 182-189

* Dans une lettre adressée à M. Gorbatchev, le président Reagan propose à l’Union soviétique la mise en service immédiate d’une nouvelle méthode améliorant la vérification de la détection des essais nucléaires souterrains (méthode Corrtex) : « J’appelle l’Union soviétique à se joindre à nous sans délais dans des discussions bilatérales en vue de parvenir à un accord sur des améliorations essentielles de la vérification des traités ». Lire la suite

  p. 190-190

Bibliographie

Pascal Boniface et François Heisbourg : La Puce, les Hommes et la Bombe  ; Éditions Hachette, 1986 ; 321 pages - Marcel Duval

Que voilà d’abord un excellent titre, non seulement parce qu’il est accrocheur, mais surtout parce qu’il exprime parfaitement le dilemme stratégique de notre époque, celui de l’homme confronté à la terreur de la bombe et à l’espoir dans les « technologies émergentes » issues de la « puce », et qui hésite sur le meilleur choix à effectuer pour préserver la paix. Quant aux problèmes qui en résultent et aux solutions qui peuvent être envisagées par nous Français, et aussi par nous Européens, les auteurs les analysent avec une particulière compétence, puisqu’ils ont participé de très près à la conception de notre politique de défense pendant ces cinq dernières années. François Heisbourg a été en effet le conseiller pour les affaires internationales de M. Charles Hernu, et Pascal Boniface est le secrétaire général du groupe de planification et d’études stratégiques, très proche également de l’ancien ministre de la Défense. Lire la suite

  p. 191-194

Richard F. Staar (dir.) : 1985 Yearbook on international communist affairs  ; Hoover Institution Press, 1985 ; 593 pages - Maurice Faivre

L’Institution Hoover sur la guerre, la révolution et la paix, de l’Université de Stanford, publie tous les ans un annuaire décrivant l’évolution récente des partis communistes du monde entier. Cette œuvre collective fait appel au concours de 80 universitaires spécialisés. Regroupés par région géographique, 106 partis communistes ou mouvements révolutionnaires sont étudiés dans cette édition, qui pour chacun d’eux indique les effectifs, les noms et les fonctions des membres du bureau politique et du secrétariat, les dates des congrès, le résultat des élections, la liste des journaux et revues, et des organisations « auxiliaires ». Lire la suite

  p. 194-194

Ce livre est essentiellement un recueil de communications faites par des personnalités politiques, universitaires et militaires au cours d’un colloque sur l’armée de métier créée en 1972, tenu en novembre 1983 à l’Académie navale d’Annapolis. Lire la suite

  p. 195-195

Ces deux brefs volumes – le texte, traduit par Raymond Manicacci, est dû à un universitaire du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ; il a été publié par l’International Institute for Strategic Studies (IISS) en 1983, avant donc la reprise des pourparlers de Genève – n’apportent guère, sur le sujet stricto sensu, d’éléments nouveaux à La bataille des euromissiles de Michel Tatu (Seuil, 1983). Par contre, sans craindre de remonter fort loin, voire avant (1945), Stephen Meyer étudie en détail le rôle assigné aux armes nucléaires dans la bataille par la doctrine militaire soviétique et les conséquences qui en découlent pour la stratégie et « l’art des opérations » de l’Armée rouge, appliqués au théâtre européen. Lire la suite

  p. 195-196

Jean-Alphonse Bernard : L’Inde. Le pouvoir et la puissance  ; Éditions Fayard, 1985 ; 394 pages - Eugène Berg

En un fort volume, bien découpé, écrit avec grâce, agrémenté de tableaux ou schémas peu lourds. Jean-Alphonse Bernard a réuni une synthèse très complète sur le fait indien contemporain. Lire la suite

  p. 196-196

Revue Défense Nationale - Mai 1986 - n° 465

Revue Défense Nationale - Mai 1986 - n° 465

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.