Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Avril 1989 - n° 497

L'auteur nous fait connaître, en un article bref et très argumenté, les conditions auxquelles la construction de l’Europe doit satisfaire pour qu’elle soit réussie. Lire les premières lignes

  p. 9-12

Dans une vigoureuse prise de position, l'auteur nous fait part de ses préoccupations devant l'évolution des idées qui fondent la défense nationale. Il soutient avec force que la politique de défense doit être essentiellement au service de la sécurité de la nation avant toute autre considération. Il met en garde les rêveurs contre le risque qu'il y aurait à brader aujourd'hui l'idée de nation, et les inconditionnels de la technique contre les dérives stratégiques. Il tente, à son tour, de définir les contours du système de forces de demain.

  p. 13-21

Les auteurs nous avaient déjà informés d'une part sur la création des centres pour la réduction des risques nucléaires, d'autre part sur le protocole d'inspection consécutif au Traité de Washington du 8 décembre 1987. Ici, ils nous mettent en garde contre une nouvelle doctrine, la stratégie nucléaire intégrale, qui pourrait bien être profitable aux deux Grands mais fort préjudiciable à l'Europe.

  p. 23-35

L'auteure poursuit sa tâche d'information en nous faisant part de ses réflexions sur l'évolution des rapports qui se sont développés entre l'éducation nationale et la défense. On pourra rapprocher ce texte de celui du général Chavanat, publié dans notre livraison de mars 1989.

  p. 37-48

Voilà une question que notre revue n'a pas abordée depuis longtemps : elle reste très embarrassante et chacun lui apporte une réponse tout à fait personnelle, en « son âme et conscience ». L'auteur nous livre ses réflexions sur ce thème quasi éternel et ne nous cache pas sa perplexité. Lire les premières lignes

  p. 49-59

L'auteur avait, dans une récente publication, dressé le bilan 1988 des mesures de confiance et de sécurité en Europe, regrettant que les travaux de la réunion de Vienne sur les Suites de la CSCE n'aient pas encore abouti. C'est maintenant chose faite : la clôture a été prononcée en janvier dernier, et les résultats sont, semble-t-il, très positifs. Spécialiste de toutes ces questions qu'il suit depuis de nombreuses années, il nous présente une synthèse des dispositions décidées ainsi qu'un calendrier des futures conférences.

  p. 61-78

L'auteur avait déjà abordé ce sujet dans notre revue en mars 1985, sous le titre : « Pour une gestion intégrée des risques d'environnement international ». Quatre ans plus tard, il nous fait le point sur le traitement de ces risques par les organismes intéressés et aussi par les pouvoirs publics.

  p. 79-94

L'Europe du grand marché de 1993 : sujet à l'ordre du jour, d'autant plus que l'échéance approche et que les difficultés ne s'aplanissent pas, tout au moins dans certains domaines majeurs. L'auteur, qui avait déjà écrit sur l'Europe dans notre revue, expose maintenant toutes les conséquences d'une union monétaire devenue indispensable. Voici une information économique fort bienvenue.

  p. 95-107

L'auteure avait publié dans notre revue en avril dernier un article très complet sur la Roumanie de Ceausescu ; elle a d'ailleurs récemment fait éditer, avec Despina Tomescu, un ouvrage qui porte ce titre. Ici, elle nous explique clairement comment il faut apprécier le grave différend roumano-hongrois né du sort fait à la minorité magyare résidant en Transylvanie. Elle nous montre aussi comment il faut interpréter les divers points de vue, en particulier celui, étonnant pour nous Occidentaux, de Ceausescu.

  p. 109-125

Depuis de nombreuses années, l'auteur nous tient informés de la vie politique thaïlandaise. Son dernier article, à la fin de 1986, avait correspondu à la mise en place du 5e gouvernement Prem. Cette fois-ci, il nous présente la situation après les dernières élections de juillet 1988, avec des facteurs nouveaux favorables à la démocratie : pas d'intervention de l'armée, stabilité et maturité croissantes du système politique. Reste néanmoins préoccupant le caractère inégalitaire du développement économique.

  p. 127-144

Cet article est tout à fait édifiant quant aux conséquences que le système très centralisé soviétique a pu avoir sur le niveau de la recherche scientifique. D'où, pour l'URSS, la nécessité de se procurer désormais en Occident les technologies qu'elle ne possède pas en raison d'un retard de plusieurs années : c'est la perestroïka informatique !

  p. 145-152
  p. 153-160

Chroniques

Une affaire malsaine : Salman Rushdie Lire les premières lignes

  p. 161-164

• La Revue de l’Otan, bimensuel franco-anglais publié à Bruxelles, attire rarement l’attention des commentateurs. Or elle contient des informations d’un grand intérêt, comme les communiqués du Conseil atlantique, des Comités des plans nucléaires et de défense, et de l’Eurogroupe (1), ainsi que le tableau comparé des budgets militaires des pays membres, de 1970 à 1988. Elle permet également aux responsables politiques et militaires de s’exprimer : on a pu relever en particulier les appréciations concordantes de l’ancien secrétaire général de l’Otan (1984-1988) Lord Peter Carrington, de l’actuel Manfred Wörner et du SACEUR (Commandant suprême des forces alliées en Europe) le général John Galvin, estimant que l’Alliance avait su résister à l’intimidation soviétique, et que les initiatives attribuées à Gorbatchev (option zéro, suffisance raisonnable, stratégie défensive, détente et coopération) étaient en fait des idées occidentales exposées dans le rapport Harmel (1967) et dans les déclarations de l’Otan. La revue n’exprime pas uniquement des points de vue atlantistes, elle donne la parole aux différentes parties sur des problèmes comme le partage des charges et la construction du pilier européen. Lire les premières lignes

  p. 165-172

Le fait marquant de ce mois de février 1989 a été le repli soviétique d’Afghanistan. Nos confrères constatent que la fin de cette aventure n’a guère soulevé d’enthousiasme en Occident, sans doute parce que Kaboul va sombrer dans l’anarchie. Ils sont alors à l’unisson pour souligner que ce n’est pas le retrait soviétique qui aura engendré le désordre en Afghanistan mais bien l’intervention et cette guerre de dix ans qui a suivi. Cela paraît incontestable. Mais quelles leçons tirer de ce revers des armées soviétiques ? Lire les premières lignes

  p. 173-176

Actuellement, seuls cinq pays dans le monde ont la capacité et les moyens industriels de produire complètement un avion de combat : les deux Grands, la France, la Grande-Bretagne et la Suède. Tous les autres pays dépendent dans ce domaine de l’un ou de plusieurs d’entre eux. Lire les premières lignes

  p. 177-179

Affirmer l’importance des hommes dans la défense peut apparaître comme un lieu commun, mais au moment où la technologie tend à envahir le domaine de l’art militaire, il n’est pas inutile de jeter un regard sur la fonction « personnels », de décrire sa spécificité, l’organisation de sa politique et de sa gestion, ses problèmes, et les études entreprises pour adapter « le système des hommes » aux systèmes d’armes. Lire les premières lignes

  p. 180-183

La Brigade franco-allemande (BFA) a été baptisée officiellement le mercredi 11 janvier 1989 à Boblingen dans le sud-ouest de la République fédérale d’Allemagne (RFA). La prise d’armes organisée en cette circonstance a été commandée conjointement en deux langues par le Chef d’État-major de l’Armée de terre française, Gilbert Forray, et son homologue de la Bundeswehr, l’inspecteur général von Ondarza. Lire les premières lignes

  p. 184-186

Le colloque « Du dreadnought au nucléaire », organisé en novembre 1988 par le Service historique de la Marine (voir la chronique « Marine » du mois de mars 1989), a montré comment l’expérience technique et historique de la première moitié de ce siècle pesait encore sur les flottes actuelles et comment l’explosion nucléaire de 1945 avait brutalement ouvert une ère nouvelle. Cette percée technologique qu’a constituée la maîtrise de l’énergie nucléaire s’est appliquée aux armes puis à la propulsion des navires. Elle a provoqué par là une rupture dans le domaine stratégique. Lire les premières lignes

  p. 187-191

L’emploi d’appareils de combat de plus en plus sophistiqués et coûteux nécessite aujourd’hui la mise en œuvre de moyens importants permettant de préserver au mieux le potentiel aérien. Lire les premières lignes

  p. 192-195

Afrique australe : les « petits pas » s’allongent… Mais vers quoi ? Lire les premières lignes

  p. 196-203

* Ouvertes en octobre 1973, les négociations sur la réduction mutuelle des forces et des armements en Europe centrale, les MBFR (Mutual and Balanced Force Reductions), ont été officiellement closes le 2 février 1989. Le communiqué publié pour la circonstance reconnaît leur échec, mais considère qu’elles ont « servi à maintenir un dialogue sérieux entre l’Est et l’Ouest ». Lire la suite

  p. 204-204

Bibliographie

Jean-Pierre Gomane : Les marins et l’outre-mer  ; Denoël, 1988 ; 287 pages - Marcel Duval

Rendons d’abord hommage à l’éditeur qui a osé intituler sa nouvelle collection : « L’aventure coloniale de la France », témoignant ainsi que pourrait enfin commencer à s’estomper cette mauvaise conscience collective qui nous a été imposée sur le sujet depuis un quart de siècle. Et cela bien que tout n’ait pas été négatif dans cette aventure, comme osait également le rappeler récemment un haut personnage de l’État, lorsqu’il soulignait les liens affectifs que nous avons le plus souvent conservés avec les populations de nos anciennes colonies. Après Jean Martin, Gilbert Comte et Paul-Marie de La Gorce, c’est Jean-Pierre Gomane qui vient nous en parler maintenant dans ce livre qui évoque l’aventure des « gens de mer » dans l’« outre-mer », avec l’autorité que lui confèrent sa connaissance personnelle de la plupart de ces régions, sa qualité de directeur des études du Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes (CHEAM), et enfin, son expérience d’homme de mer, puisqu’il fut lui-même un vrai marin. Les lecteurs de cette revue ont pu par ailleurs apprécier déjà la finesse de ses jugements et sa rigueur intellectuelle dans les analyses qu’il leur a présentées sur la géopolitique du Pacifique et la situation dans l’Asie du Sud-Est, ses sujets de prédilection. Lire la suite

  p. 205-206

Marc Ferro : Pétain  ; Fayard, 1987 ; 789 pages - Pierre Morisot

Dans une collection bien connue, qui va de Moïse à Staline, a paru un Pétain de Marc Ferro dont nous rendons compte tardivement, avec l’excuse d’avoir affaire à un sujet inusable. Lire la suite

  p. 206-208

Raoul Girardet (dir.) : La défense de l’Europe  ; Éditions Complexe, 1988 ; 175 pages - Maurice Faivre

Ce petit livre rassemble neuf communications qui ont été présentées, en septembre 1987, à un colloque de l’Association française pour la communauté atlantique. Tous convaincus de l’urgente nécessité d’une défense de l’Europe sans relâchement de la solidarité atlantique, les auteurs analysent les problèmes complexes que pose la construction de cette défense. Lire la suite

  p. 208-209

Jean Chardonnet : Taïwan, un miracle économique  ; EDIC, 1988 ; 351 pages - Jacques Goldfiem (de)

Le livre que consacre Jean Chardonnet à l’économie taïwanaise appelle irrésistiblement à la comparaison avec celui de René Dumont Taïwan, le prix de la réussite (Éditions de la Découverte, 1987). Les deux auteurs sont de toute évidence idéologiquement opposés, mais ils invitent, tous les deux, le reste du monde à renouer avec Taïwan. René Dumont, qui ne voyait autrefois le salut que dans l’écologie socialiste, recommande au Tiers-Monde, non pas de copier servilement le développement de l’île, mais d’en tirer bien des leçons : « Dur travail d’abord, grande intelligence de l’économie… Gouvernement vraiment nationaliste, plus soucieux de l’intérêt national que de celui des minorités privilégiées… ». Lire la suite

  p. 209-210

Edouard Parker : La bombe à neurones – Désinformations en chaîne  ; Puf, 1988 ; 210 pages - Jean Rives-Niessel

Ouvrage incisif, bien enlevé, décapant, qui n’hésite pas à prendre le contre-pied des médias à la mode pour rappeler un certain nombre de vérités dérangeantes, trop oubliées, voire totalement méconnues. Après une ouverture éblouissante sur « les croque-morts de la culture » – dont l’essentiel a déjà paru sous forme d’article dans la revue –, on passe aux « gentils décerveleurs », à la « chirurgie paradigmatique », avant de découvrir « les barbares médiatiques à l’assaut de l’Europe ». On en arrive alors à « l’atome exemplaire » – un peu trop beau peut-être – avant de se pencher sur « l’autre risque » – bien réel aussi –, celui de « la non-technologie ». Lire la suite

  p. 210-210

Revue Défense Nationale - Avril 1989 - n° 497

Revue Défense Nationale - Avril 1989 - n° 497

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.