Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juillet 1989 - n° 500

La fission de l'atome a été découverte en 1939 et nous célébrons donc cette année le 50e anniversaire de l'acte de naissance de l'énergie nucléaire, cette énergie qui a bouleversé notre monde, par la peur qu'elle peut susciter certes, mais aussi par les progrès pacifiques considérables qu'elle nous a permis de faire dans de nombreux domaines. L'auteur fait une synthèse très complet sur cet événement et ses conséquences.

  p. 9-21

Colloque - Le Pacte de l'Atlantique Nord

Pourquoi ce colloque ? La réponse est simple : il est naturel que le Comité d’études de défense nationale ait décidé de célébrer le 40e anniversaire du Pacte de l’Atlantique Nord, à l’occasion de sa journée d’études annuelle. Lire la suite

  p. 23-25
  p. 27-43
  p. 45-57

Repères - Opinions - Débats

Pas d’avenir viable sans sécurité, pas de sécurité sans esprit de défense et pas d’esprit de défense sans cohésion nationale. Telle est l’analyse à partir de laquelle l’auteur ébauche une enquête sur l’héritage de sécurité des Français et les valeurs véhiculées, en particulier, par la Révolution française. Il tente, ce faisant, de mettre en perspective ce qui, selon lui, constitue un véritable atout à verser au crédit de l’Europe et du monde libre et à opposer aux ambiguïtés soviétiques de la maison commune. Lire les premières lignes

  p. 59-74

Après la publication en avril dernier d'un article sur la position du soldat chrétien face à la guerre, l'auteur, évêque aux armées françaises, a souhaité exprimer personnellement sa pensée sur ce sujet délicat. La légitimité reconnue de la défense et son efficacité ont toujours posé des problèmes difficiles dans le choix des moyens.

  p. 75-77

L'auteur poursuit ses réflexions et notre information sur le grand marché européen de 1993. Il s'efforce de discerner clairement les conséquences de celui-ci sur les entreprises certes, mais aussi sur les institutions et le citoyen.

  p. 79-94

Ces réflexions d'un universitaire yougoslave sont d'autant plus appréciables que nous manquons d'informations sur les réactions réelles que peut susciter la nouvelle politique annoncée par Gorbatchev, soit dans les pays du Pacte de Varsovie, soit chez les Neutres et Non-alignés. Nous voyons là qu'en l'occurrence, la Yougoslavie reste circonspecte. La traduction a été assurée par Mme Nevenka Bura.

  p. 95-110

L’auteur appelle notre attention sur l’importance, à tous points de vue, du Maghreb dans cette région méditerranéenne dont celui-ci occupe la face Sud, et ce au moment où précisément l’« union du Maghreb arabe » semble prendre réellement forme. Il insiste sur le caractère indispensable d’une alliance militaire solide pour forger cette entité et lui permettre de se faire entendre. Lire les premières lignes

  p. 111-124

Sans être l'Eldorado aperçu et conté par Yanez Pinzon il y a presque 5 siècles, l'ensemble des Guyanes mérite que l'on s'y attarde d'une façon un peu plus approfondie que celle qui consiste à guetter le prochain tir d'Ariane, ou à constater que dans cette région du monde il y a aussi, malheureusement, des réfugiés : les Surinamiens vers la Guyane française. C'est ce travail de synthèse géostratégique et géopolitique que l'auteur, spécialiste de l'Amérique latine entre autres, nous livre.

  p. 125-136

Les Philippines sont le pays le plus méconnu du public français parmi les 6 membres de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). L'auteur qui suit depuis longtemps l'évolution de cette organisation régionale (Défense Nationale, janvier et février 1980), analyse l'évolution vers le développement et la démocratie, d'un pays dont la présidente doit être, très prochainement reçue officiellement en France.

  p. 137-146

Plutôt que de commémorer la Révolution nous préférons en célébrer le bicentenaire. Le faste qu’on y met est sans doute à la mesure de l’événement mais convient-il de le réduire à des images d’Épinal ? L’illusion lyrique qu’il communiqua à tant de ses acteurs peut-elle encore nous animer ? Péguy notait, il y a bien longtemps, que la mystique républicaine s’était évanouie sous l’effet du socialisme scientifique ou purement politicien. Reste que l’orage révolutionnaire a changé nos modes de pensée. Lire les premières lignes

  p. 147-151

Chroniques

L’Antarctique à l’heure des calculs Lire les premières lignes

  p. 153-156

« Conflits du monde et paix de Dieu », tel est le titre d’un numéro spécial du trimestriel Le Supplément, revue d’éthique et théologie morale (Éditions du Cerf ; décembre 1988 ; 147 pages). Après quatre années de rencontres mensuelles, trois prêtres et quatre officiers (Pères Jean-Marie Aubert, Jean Dumort, et Jean-Paul Durand, amiral Sevaistre, généraux Metzler, de La Motte et Chavanat), amis de notre revue, nous livrent le résultat de leurs réflexions. Une première partie traite de la doctrine de l’Église face à l’évolution du monde moderne, transformé par le progrès des techniques et le poids des opinions publiques, et d’où les conflits n’ont pas disparu : 4 millions de tués depuis 1980, dans les régions ne bénéficiant pas de la garantie nucléaire. Les critères de la guerre juste selon Saint Thomas : autorité du prince, cause juste, intention droite, ne s’appliquent parfaitement ni à la dissuasion nucléaire, ni à la guerre subversive. Seule apparaît légitime la défense contre un envahisseur, dans la mesure où les moyens employés restent proportionnés au bien à défendre, sans recourir à l’attaque préventive, ni à la guerre totale. Équilibre de la prudence, plutôt que de la terreur, la dissuasion nucléaire est considérée par Jean-Paul II comme un moindre mal, une étape vers le nécessaire désarmement. Face à l’insurrection révolutionnaire, qui selon Paul VI « entraîne de nouvelles injustices », l’Église rappelle que « la violence n’est pas un moyen de construire ». Lire les premières lignes

  p. 157-163

Au début du mois de mai 1989, chacun attendait le discours qu’allait prononcer le président George Bush sur ce qu’allait être sa diplomatie envers l’Union soviétique. Or, peu de jours avant la Pravda lançait une sévère mise en garde contre la modernisation des missiles à courte portée. Dans Le Quotidien de Paris du 9 mai 1989, Hervé Laumont estime cependant que l’article du journal du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) était en priorité destiné à l’Allemagne de l’Ouest (RFA) : Lire les premières lignes

  p. 164-167

Associées dans un même tabou, les armes chimiques et biologiques ont, en commun, le triste privilège d’engendrer des réactions, quasi unanimes, d’horreur et de répulsion, qui sont révélatrices de craintes et de fantasmes enfouis depuis l’enfance au plus profond du subconscient. Lire les premières lignes

  p. 168-170

Service de la coopération Lire les premières lignes

  p. 171-176

Les matériels de pointe dont l’Armée de terre a besoin – les hélicoptères en particulier – sont de plus en plus sophistiqués, de plus en plus performants et il est permis de penser qu’ils seront de plus en plus efficaces. Cette augmentation, satisfaisante pour l’esprit, de la qualité des produits s’accompagne malheureusement d’une augmentation tout à fait exponentielle des coûts. Or partout les budgets militaires sont en stagnation, voire même dans certains cas en diminution. Si l’on ne parvient pas à infléchir cette inflation, à court terme, les Nations européennes ne pourront plus se payer – chacune prise isolément – les chars ou les hélicoptères dont leurs armées ont besoin. Lire les premières lignes

  p. 177-179

À son origine, l’aviation embarquée utilisa deux types d’aéronefs. D’une part, des hydravions répartis sur les croiseurs et cuirassés, voire des sous-marins comme le Surcouf, ou groupés sur un navire, essai tenté avec le transport d’hydravions le Commandant Teste. D’autre part, des avions à roues mis en œuvre à partir de petites plates-formes, puis de porte-avions. Avant guerre, le Béarn expérimenta cette dernière formule. Lire les premières lignes

  p. 180-184

Au cours de l’année 1991, la France recevra les Système de détection et de commandement aéroporté américains de type AWACS qu’elle a décidé d’acheter en 1987. Lire les premières lignes

  p. 185-189

Pour les Sud-Africains qui examinent le continent africain en partant du Sud vers le Nord, l’Est a beaucoup plus d’importance que l’Ouest, en raison de la géographie et de l’histoire d’abord. Les hautes terres et les voies d’eau qui pénètrent ces espaces ont attiré de tout temps les colons européens venus du Cap : les Boers ont choisi cette direction pour fuir la domination britannique, puis les regards de Cecil Rhodes se sont portés sur elle lorsqu’il rêvait de rejoindre, aux sources du Nil, ceux qui auraient remonté la vallée de ce fleuve en partant d’Égypte ; les Bantous avaient aussi emprunté cette voie à contresens lors de leur migration d’Afrique centrale vers les mers du Sud. Pretoria s’y intéresse ensuite pour des raisons de sécurité. Lire les premières lignes

  p. 190-193

* Le premier objectif de la France est de contribuer à la défense de la paix. Ce qui suppose de hâter en toutes circonstances raisonnables le désarmement qui ne peut que contribuer à la réduction des tensions. Lire la suite

  p. 194-195

Bibliographie

François de Rose : Défendre la défense  ; Julliard, 1989 ; 203 pages - Marcel Duval

Parmi tous ses talents, François de Rose, ambassadeur de France, a celui de savoir choisir de beaux titres pour ses ouvrages. Ainsi, après Contre la stratégie des Curiaces, que nous avions eu le privilège de présenter il y a six ans aux lecteurs de cette revue, nous offre-t-il maintenant Défendre la défense, et là encore dans l’excellente collection Commentaire de Julliard. Lire la suite

  p. 196-198

Collectif : Léon Pignon (1908-1976) : une vie au service des peuples d’outre-mer  ; (préface de Pierre Mesmer) Académie des Sciences d’outre-mer, 1988 ; 136 pages - Pierre Schwed

En 1945, Léon Pignon retrouve une Indochine livrée au désordre. Il est nommé conseiller politique du Commissaire de la République au Tonkin. Lire la suite

  p. 199-199

René-Jean Dupuy : La clôture du système international. La cité terrestre  ; Puf, 1989 ; 159 pages (Grand prix de philosophie de l’Académie française) - Pierre Viaud

Il est toujours émouvant de lire un bilan dressé par un homme de bien qui a consacré sa vie au service de l’intelligence et du rapprochement des membres du genre humain. C’est en 1989 que René-Jean Dupuy quittera la chaire de droit international qu’il occupe au Collège de France. La pensée qu’il livre aujourd’hui au lecteur est dégagée des scories des hésitations de la jeunesse. Son texte est dense et va à l’essentiel, simplement. Lire la suite

  p. 200-200

Raoul Girardet : Problèmes militaires et stratégiques contemporain  ; Dalloz, 1989 ; 258 pages - Claude Lachaux

Il existe de nombreux manuels d’économie politique, d’histoire, de philosophie, de mathématiques, de physique, etc. Mais il n’existe pas de manuel de « défense ». Ou plutôt si, il en existe un, un seul : celui du professeur Raoul Girardet. Lire la suite

  p. 201-201

Ce livre constitue le second volume d’une série dont le tome I a porté sur la période 1945-1959, « ère de la guerre froide », et dont le tome III sera consacré à « l’ère de l’ouverture chinoise, 1979-1989 ». Lire la suite

  p. 201-202

Revue Défense Nationale - Juillet 1989 - n° 500

Revue Défense Nationale - Juillet 1989 - n° 500

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.