Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 1989 - n° 502

  p. 13-20

L'auteur, qui présidait aux destinées de la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN) jusqu'au 1er juillet 1989, a prononcé le 8 juin devant les auditeurs de l'Institut des hautes études de défense nationale (IDHEN) une conférence sur un thème qu'il connaît tout particulièrement : l'évolution des facteurs stratégiques. Lire la suite

  p. 21-38

Les idées qu'expose l'auteur ici n'engagent que lui-même et ne reflètent pas un point de vue officiel. Toutefois, précisons qu'il s'agit là du texte, un peu réduit, d'une intervention faite devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale au mois de décembre 1988.

  p. 39-56

À l'occasion de la visite en France de M. Mikhaïl Gorbatchev, l'auteur, chef d'état-major général des forces soviétiques, a prononcé le 5 juillet dernier une conférence (traduite par les cadres et personnels de l'École interarmées du renseignement et des études linguistiques – EIREL) à l'École militaire devant le Centre des hautes études militaires (CHEM) et les Écoles de guerre. De cette intervention deux points importants doivent être retenus : le premier concerne la politique de défense et les conceptions stratégiques de la France, l'autre porte sur la présentation que les autorités soviétiques entendent faire de leur effort militaire, de l'évolution de leur doctrine de défense, de leurs propositions en matière d'équilibre des forces et de désarmement. Lire la suite

  p. 57-71

L'annulation ou la réduction de la dette de certains États du Tiers-Monde est sans aucun doute une excellente chose, moralement surtout. Mais cette mesure ne résout en rien les difficultés dans lesquelles ils se débattent ; pour la plupart, il serait nécessaire de transformer les mentalités et de perdre des mauvaises habitudes prises depuis quelques décennies sous prétexte de décolonisation et d'indépendance. C'est ce que nous explique l'auteur, par une argumentation « directe » mais juste.

  p. 73-79

L'Autriche ayant posé sa candidature à l'entrée dans la Communauté économique européenne (CEE), tout en continuant d'ailleurs à affirmer sa politique de stricte neutralité, l'auteur a eu l'occasion d'interviewer M. Aloïs Mock, ministre des Affaires étrangères autrichien. Voici le texte de cet entretien exclusif.

  p. 81-88

L'opinion occidentale découvre aujourd'hui avec surprise l'univers turcophone agité de mystérieuses convulsions. Les peuples touraniens méritent l'attention en raison de ce réveil du potentiel qu'ils représentent, et de l'avenir qui pourrait être le leur. C'est ce que montre l'auteur, docteur en sciences politiques, qui a parcouru presque toute la zone étudiée, notamment en URSS et dans les Balkans.

  p. 89-100

L'auteur, toujours passionné par tous les événements survenant dans cette Amérique latine qu'il connaît si bien, profite du bruit fait autour d'un général « bretteur et menteur sans vergogne » – on pourrait ajouter gangster ou bandit de grand chemin ! – et d'élections truquées, pour nous présenter une synthèse des problèmes passés, présents et futurs de ce petit État qu'est le Panama.

  p. 101-111

Passionnée par toutes les questions concernant les pays de l'Amérique latine, l'auteure y passe de nombreux mois chaque année et suit donc sur place leur évolution. Elle était encore récemment au Nicaragua ; de retour, elle nous dresse un bilan des différents sommets qui ont tenté de parvenir à la pacification d'une région économiquement effondrée.

  p. 113-121

L'auteur s'intéresse particulièrement aux situations complexes existant depuis des années au Proche-Orient. Il avait déjà publié dans notre revue un article très argumenté sur le retour de l'Égypte au sein du monde arabe. Cette fois-ci, il tente de définir la position que souhaiterait prendre l'URSS dans le règlement du conflit israélo-arabe.

  p. 123-136

Genève, 14 avril 1988, Afghanistan et URSS signent un accord (en présence du Pakistan et États-Unis) qui prévoit notamment le retrait des troupes soviétiques. Aujourd'hui le retrait est effectif, le gouvernement est toujours en place mais des combats se poursuivent sans résultat significatif : en un mot la situation s’enlise. L'auteur, qui y a effectué plusieurs séjours, dresse un bilan très complet de l’influence des diverses « résistances » et s’efforce de discerner ce que pourrait être l’avenir. Lire les premières lignes

  p. 137-152
  p. 153-159

Chroniques

Le succès du Sommet de l’Arche Lire les premières lignes

  p. 161-164

• « Un point de vue européen sur le rôle des États-Unis dans la prochaine décennie ». Dans son numéro de printemps 1989, la revue britannique International Affairs, organe de l’Institut royal d’affaires internationales (Chatham House), publie un article de Karl Kaiser, professeur à l’université de Cologne et directeur de la société allemande d’affaires internationales de Bonn. Cet article analyse la situation actuelle pour évoquer le rôle des États-Unis. Lire les premières lignes

  p. 165-171

Les déclarations de M. Gorbatchev devant le Conseil de l’Europe, à Strasbourg, méritaient sans doute une attention plus vigilante que celle que leur ont accordée les commentateurs. Le thème de la « maison commune » a seul été retenu, ou à peu près. À croire que les médias affectionnent particulièrement ces leitmotive chargés d’émotion mais peu ancrés dans la réalité. Lire les premières lignes

  p. 172-174

Jusqu’à un passé récent, l’Inde se montrait plutôt préoccupée par ses frontières terrestres : rappelons les conflits de 1962 avec la Chine, et ceux de 1947, 1965 et 1971 avec le Pakistan. À présent, elle se tourne vers l’océan qui la borde et vient, à deux reprises, de chercher à y maintenir l’ordre : au Sri Lanka (en juillet 1987) et aux Maldives (lors d’une tentative de coup d’État en novembre 1988). Lire les premières lignes

  p. 175-176

Présenté aux parlementaires et à la presse le 20 juin 1989 (Le Monde en avait divulgué les grandes lignes le 21 avril 1989), le plan Armées 2000 a fait l’objet de précisions complémentaires du ministre de la Défense et du Chef d’État-major des Armées en juillet 1989. Il vise trois priorités : Lire les premières lignes

  p. 177-179

Le 1er octobre 1988, dans la magnifique baie de Sydney, le croiseur Colbert et les avisos-escorteurs Amiral Charrier et Commandant Bory prenaient part, avec une soixantaine de navires représentant dix-sept Nations, à l’une des plus impressionnantes revues navales du monde. Lire les premières lignes

  p. 180-182

La création du service long Lire les premières lignes

  p. 183-186

Afrique : le temps de l’attente Lire les premières lignes

  p. 187-194

* Le 26 juillet, M. Jean-Pierre Chevènement fait adopter par le Conseil des ministres le plan « Armées 2000 » qui retrace la carte militaire de la France en trois zones de défense. Le ministre exposait ses intentions, le 1er juillet, dans une interview à La Croix : « Le but du projet Armées 2000 est de renforcer la capacité opérationnelle de nos forces et la cohérence de notre dispositif militaire ». Puis, le 14 juillet, il précisait, dans Le Monde : « N’est-ce pas le bon sens que de mettre toute notre défense en cohérence avec le concept de dissuasion qui la fonde, en veillant à la permanence des structures de commandement ? N’est-il pas raisonnable d’harmoniser le découpage et de réduire le nombre des grandes régions et circonscriptions de défense, correspondant chacune à une problématique militaire inscrite dans notre géographie et notre histoire : l’une tournée vers l’Europe centrale, l’autre vers la Méditerranée, la troisième vers l’Atlantique, favoriseront une utile coopération interarmées ». Lire la suite

  p. 195-195

Bibliographie

Edward N. Luttwak : Le paradoxe de la stratégie  ; Éditions Odile Jacob, 1989 ; 332 pages - Jean-Noël Pouliquen

Saluons cet ouvrage de Luttwak, du Centre d’études stratégiques de Washington. Il redéfinit la stratégie, dégage deux de ses lois caractéristiques et établit ses cinq niveaux d’application. La démarche inclut sans trop de peine l’arme nucléaire ; l’auteur en profite pour rappeler l’excellente notion de « suasion » plus complète que celle de « dissuasion ». Sa pensée est claire, sa langue compréhensible au profane. Son propos s’illustre d’exemples bien choisis dans l’histoire des conflits récents. Lire la suite

  p. 196-197

Cet excellent rapport parlementaire mérite d’être signalé. Après une analyse de toutes les technologies émergentes et de leurs applications militaires, Jacques Genton souligne les changements qu’elles introduisent dans la notion de bataille, en particulier défensive, et l’avantage que peuvent en retirer les Occidentaux. Il attire l’attention sur les efforts soviétiques en vue d’obtenir des transferts de technologie sensible à leur profit. Les technologies nouvelles permettent de renforcer la dissuasion conventionnelle et d’élever le seuil d’emploi nucléaire ; il faut prendre garde qu’elles n’incitent pas les Européens à accepter la dénucléarisation du continent. Ils doivent au contraire s’unir pour limiter les coûts de ces matériels et se concerter pour définir des doctrines adaptées.

  p. 198-198

Jeffrey Simon : Nato-Warsaw Pat-Force mobilization  ; National Defense University, 1988 ; 563 pages - Maurice Faivre

Ce livre épais publie les actes d’une conférence tenue en novembre 1987 à l’université de défense nationale de Washington. Les 20 intervenants, spécialistes des questions de défense, ou des pays de l’Est, sont, à l’exception de trois Européens, des universitaires et des officiers américains. Leurs études des systèmes de mobilisation et des réserves de la plupart des pays de l’Otan et du Pacte de Varsovie sont très documentées et constituent une source précieuse d’information. Le chapitre rédigé par D. R. Palmer (diplômé de l’IEP de Paris) décrit bien les progrès réalisés dans la coopération entre la France et les pays alliés. L’examen des problèmes de renforcements américains et soviétiques permet une évaluation comparée des forces et des vulnérabilités des deux alliances. Lire la suite

  p. 198-199

Claude Croubois (dir.) : Histoire de l’officier français  ; Éditions Bordesoules, 1987 ; 430 pages - Claude Le Borgne

Signalant aux lecteurs cet excellent ouvrage, on répare un oubli, heureusement sans conséquence : une étude historique, enrichie de nombreux textes authentiques et d’une iconographie admirable, ne se périme pas ; celle-ci a sa place dans toutes les bibliothèques militaires. Lire la suite

  p. 199-199

Bruno Étienne : La France et l’islam  ; Éditions Hachette, 1989 ; 321 pages - Claude Le Borgne

Bruno Étienne, libre penseur et libre sociologue, ne s’embarrasse pas de précautions oratoires ; ses thèses sont d’une franchise décapante. Dans son précédent ouvrage, L’islamisme radical (Hachette, 1987 ; voir compte rendu dans Défense Nationale, février 1988), il montrait la parfaite orthodoxie de la tendance dure de l’islam d’aujourd’hui, fort justement dénommée « islamisme ». Dans La France et l’islam, il se fait, sans craindre la contradiction, résolument optimiste : la France est une chance pour l’islam, et l’islam une chance pour la France. Lire la suite

  p. 199-200

Military Powers Encyclopedia  ; n° 4, 1989 ; 294 pages - Claude Le Borgne

Military Powers Encyclopedia publication française en dépit de son titre, fait paraître son quatrième volume. L’éditeur se présente justement comme « le spécialiste de l’analyse de défense des pays du Sud », se démarquant ainsi de façon précise de son prestigieux concurrent, le Military Balance, de l’Institut de Londres. Lire la suite

  p. 200-201

Henry Noullet : La pagode rouge  ; Presses de la Cité, 1988 ; 361 pages - Pierre Morisot

Henry Noullet n’en est plus à son coup d’essai. Avec La pagode rouge, il continue à passionner son lecteur et à le faire passer du rire aux larmes en lui contant les tribulations d’un sous-lieutenant (lire : Louk sa moui) frais émoulu de l’école et prenant au Cambodge le commandement d’un poste en bordure d’une plantation de caoutchouc. On reste confondu – soit dit en passant – devant l’étendue des responsabilités confiées à de jeunes cadres militaires à l’époque où les garçons et les filles de leur âge se bornaient à découvrir Saint-Germain-des-Prés et le « Tabou ». Lire la suite

  p. 201-202

Luc Chevalier et Jean-Claude Féval : Les armées en Nouvelle-Calédonie de 1853 à 1939  ; Éditions du Cagou, 1989 ; 221 pages - Jean Rives-Niessel

Sous la houlette de Hachette-Calédonie, les Éditions du Cagou se consacrent à tout ce qui intéresse la grande terre et son environnement. Il faut les remercier de publier ce très bel ouvrage qui fait revivre une page peu connue de notre histoire militaire outre-mer.
Les deux auteurs, Luc Chevalier, conservateur du musée de Nouméa (sa famille est dans l’île depuis cent vingt et un ans !) et le colonel Jean-Paul Féval, adjoint « terre » du commandant supérieur, historien titulaire d’un diplôme de 3cycle en lettres et sciences humaines, étaient particulièrement bien placés pour réunir une collection de documents officiels, de lettres privées, d’extraits de journaux, de croquis et de photos qui donnent une idée précise et vivante des activités des marsouins, des bigors, des marins, des gendarmes et du service de santé entre la prise de possession de 1853 et l’orée de la Seconde Guerre mondiale. Lire la suite

  p. 202-203

Revue Défense Nationale - Octobre 1989 - n° 502

Revue Défense Nationale - Octobre 1989 - n° 502

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.