Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mars 1991 - n° 518

L'auteur, dont les compétences en stratégie sont universellement reconnues, a rédigé une synthèse des remarques que lui a suggérées l’utilisation des Scud et des Patriot dans la guerre du Golfe. Lire les premières lignes

  p. 9-14

La péninsule indochinoise

Le sujet de cette soirée est : « La péninsule indochinoise ». Il y avait des raisons pour ne pas faire ce choix et d’autres, au contraire, qui le dictaient. Il est vrai que l’attention est fixée aujourd’hui sur une autre partie du monde, mais pendant très longtemps l’actualité politique et stratégique a porté sur la région dont nous allons parler : comme il arrive fréquemment dans l’histoire, la page a été tournée. Lire la suite

  p. 15-17
  p. 18-23
  p. 25-28
  p. 29-34

• Au Tonkin, les travaux que nous avons effectués permettent aux gens de se nourrir, en Cochinchine on a toujours tablé sur l’ingéniosité de la population, mais la région la plus à plaindre, celle vers laquelle il conviendrait de se tourner, ne serait-ce pas l’Annam ? Lire la suite

  p. 35-38

Il est difficile d’énoncer une conclusion spontanée ; aussi bien ne ferai-je qu’un commentaire. Il est vrai qu’au fil des années nous avons perdu de vue le Sud-Est asiatique, et c’est fort regrettable car il s’agit d’une région qu’on ne saurait négliger tant en raison de son poids démographique que pour le caractère industrieux de ses habitants, son importance économique aussi bien que stratégique, une région qui se situe à la charnière de deux océans dont l’un va prendre de l’importance à mesure que se développera l’Inde, et l’autre qui est appelé à devenir l’océan numéro un de la planète. Lire la suite

  p. 39-40

Repères - Opinions - Débats

Le 11 décembre 1990, s’est tenu à Paris un colloque organisé par M. François Fillon, député-maire de Sablé-sur-Sarthe, ancien président de la commission de Défense nationale de l’Assemblée nationale, avec le concours de Thomson-CSF, sur le thème : « Les perspectives de coopération franco-britannique en matière de sécurité ». Voici l’intervention de M. Philippe Séguin, ancien ministre, député-maire d’Épinal, qui présidait ce colloque. Lire la suite

  p. 41-50

Les stratèges sont de bons professionnels. À peine remis du traumatisme qu’avait créé chez eux la disparition du « grand ennemi », ils s’en sont trouvé d’autres, de moindre taille mais nombreux, et leur diversité, le flou de leurs contours, font regretter l’ordre binaire. La multiplicité malcommode des menaces nouvelles peut pourtant se regrouper sous un vocable unique le désordre. Lire les premières lignes

  p. 51-59

Après avoir brossé un tableau de l'évolution du monde, l'auteur propose la création d'une « entente atlantique » dont les attributions se situeraient à la fois dans les domaines militaire et économique. Dans celle-ci, il montre le rôle éminent que notre pays doit jouer : nos capacités le permettent, notre devoir l'impose.

  p. 61-72

L'auteur, professeur à l'Institut de hautes études internationales de Genève, politologue et spécialiste des questions traitées par les diverses conférences sur la sécurité en Europe, nous présente ici une synthèse du contenu de la Charte de Paris, document capital définissant les buts et moyens de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe jusqu'à la fin de notre siècle. Malheureusement, à peine deux mois après ce sommet de Paris, l'Armée rouge intervenait en Lituanie !

  p. 73-82

Les responsables des politiques de défense et les experts qui s'intéressent à la sécurité de l'Amérique du Nord et de l'Otan oublient souvent d'apprécier à sa juste valeur l'obsession du Canada pour sa souveraineté. L'auteur a étudié les effets de cette souveraineté sur la défense de l'Arctique et sur le choix, puis l'abandon, du programme canadien de sous-marins nucléaires. Son ouvrage sur le sujet, Arctic Leverage: Canadian Sovereignty and Security (Praeger, New York), a été publié en août 1990. Les idées exprimées ci-après sont celles de cet officier et ne reflètent en rien la politique officielle ou la position du gouvernement des États-Unis. La traduction a été assurée par le capitaine de frégate Régis Philippon, de la Marine nationale.

  p. 83-94

L'auteure a séjourné plusieurs fois longuement en Union soviétique où elle a d'ailleurs été assistante à la faculté des langues étrangères de Pskov. Elle nous fait part de ses réflexions sur l'évolution actuelle de l'URSS, en particulier sur l'interaction entre réformes économiques et décentralisation.

  p. 95-106

En janvier 1988, l'auteur nous avait déjà fait une synthèse très complète de l'islam en Tunisie ; il concluait par son espoir de voir la mise en place de réformes permettant l'instauration d'un islam équilibré respectant coutumes et modernité. Trois ans plus tard, il fait le point de la situation : de nombreux événements se sont produits, des institutions souhaitables ont été créées ou réactivées ; dans ces conditions, le « peuple tunisien, féru d'esprit critique », ne devrait pas être séduit par un extrémisme islamiste.

  p. 107-117

L'auteur, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer, spécialiste du sous-continent indien, nous avait déjà fait profiter de ses réflexions sur cette région qui prend une importance toujours plus grande au fil des ans. Il nous présente une étude approfondie des données très spécifiques qui constituent la vie des Indiens dans « la plus grande démocratie du monde ». Mais, comme le remarque l'auteur, il s'agit d'une « démocratie à l'indienne ».

  p. 119-134

En novembre 1984, nous avions publié un excellent article de l'auteure sur les recherches pétrolières offshore et les efforts – ainsi que les réussites – faits par la France en ce domaine. À l'occasion de la crise – puis du conflit – du Golfe, elle nous rappelle l'importance majeure de ces recherches qui doivent permettre de diversifier les sources d'approvisionnement, donc d'éviter les chocs pétroliers dus aux crises politiques et par là même les variations brusques et prohibitives des coûts des carburants.

  p. 135-141
  p. 143-149

Chroniques

  p. 151-154
  p. 155-159
  p. 160-163
  p. 164-167
  p. 168-170
  p. 171-175
  p. 176-183
  p. 184-185

Bibliographie

Hervé Coutau-Bégarie : Le problème du porte-avions  ; Crest et Économica, 1990 ; 191 pages - Marcel Duval

Avant de présenter cet ouvrage, qui est le premier d’une nouvelle collection intitulée « Stratégies et Technologies » et publiée par le Crest (Centre d’études des relations entre technologies et stratégies), il convient probablement de rappeler quel est l’objectif de cet organisme, et aussi de préciser le but qu’il s’est proposé en lançant cette collection. Créé en 1987 par l’École polytechnique et dirigé par Jean-François Delpech, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Crest effectue des analyses d’évaluation et de prospective dans les secteurs comportant des technologies de pointe, priorité étant donné à ceux concernant la défense. Ses orientations et son fonctionnement sont supervisés par un conseil, qui est actuellement présidé par Thierry de Montbrial, président du département des sciences économiques à l’École polytechnique et aussi directeur de l’Institut français des relations internationales (Ifri). Lire la suite

  p. 186-188

Jean Callet : L’honneur de commander  ; Lavauzelle, 1990 ; 145 pages - Pierre Morisot

Ce ne sont pas des « Mémoires » que le général Callet a rédigées. Le lecteur y apprend au passage, comme fortuitement, que l’auteur est devenu grand-père ou a accédé aux étoiles. La vie familiale est occultée. La Seconde Guerre mondiale tient en quelques lignes. On ne peut vraiment pas dire que, pour faire partie d’une génération d’officiers dont le parcours se déroula presque entièrement sous les orages, l’intéressé « raconte ses campagnes ». Quant aux véritables déceptions qu’engendre toute carrière, elles sont évoquées avec une résignation souriante ; les contemporains ne trouveront pas ici motif à jubilation, au récit des insuffisances de chefs incapables ou des turpitudes de camarades déloyaux. Lire la suite

  p. 189-190

Vladimir Volkoff : Le bouclage  ; Éditions de Fallois-L’Âge d’Homme, 1990 ; 590 pages - Claude Le Borgne

Vladimir Volkoff est de ces auteurs, rares aujourd’hui, qui recueillent la faveur de la critique et celle des militaires. Sa guerre d’Algérie lui a inspiré La leçon d’anatomie. Il s’est fait ensuite le veilleur vigilant des menaces qui nous guettent (Le retournement ; Le montage ; La désinformation, arme de guerre (1)). Avec Le bouclage, c’est à la plus récente qu’il s’attaque : la délinquance, symptôme évident de la crise de l’Occident. Lire la suite

  p. 190-191

Jean-Paul Charnay : Critique de la stratégie  ; L’Herne, 1990 ; 325 pages - Claude Le Borgne

L’époustouflante érudition de Jean-Paul Charnay et la rigueur de sa pensée feraient hésiter le chroniqueur s’il n’était encouragé dans sa tâche par l’humilité toute scientifique de l’auteur, livrant en conclusion ses « doutes ultimes ». Lire la suite

  p. 191-191

Hélène Carrère d’Encausse : La Gloire des nations, ou la Fin de l’Empire soviétique  ; Fayard, 1990 ; 428 pages - Maurice Éloy

Auteur, il y a 12 ans, d’un ouvrage très important et qui connut un succès mérité (L’Empire éclaté ; Flammarion, 1978), Hélène Carrère d’Encausse tente maintenant de répondre, dans ce nouveau livre, à une question fondamentale : Comment l’URSS va-t-elle évoluer ? Lire la suite

  p. 191-193

Nicolas Tenzer : La société dépolitisée  ; Puf, 1990 ; 335 pages - Pierre Morisot

Cet ouvrage est un « plaidoyer pour la politique ». Dans un vigoureux avant-propos l’auteur donne le ton : « Fonder la politique sur l’homme n’est envisageable que si l’homme est fondé sur la politique », et il conclut sur le thème : avec la disparition de la politique, « le pire devient possible », à savoir « la dislocation des fondements communs de notre société ». Lire la suite

  p. 193-194

Erwan Bergot : Sud lointain. Tome 1 : Le courrier de Saïgon. Tome 2 : La rivière des parfums  ; Presses de la cité, 1990 ; 533 et 548 pages - Pierre Morisot

Les fidèles lecteurs d’Erwan Bergot ont du pain sur la planche. Après tant de relations guerrières, l’auteur donne dans la « saga ». Le récit couvre plus d’un demi-siècle d’Indochine française, jusqu’au départ définitif de la blanche Marseillaise, profitant de la marée pour sortir de la rivière de Saïgon et emmener à son bord un petit sac de terre entre les mains d’un personnage qui n’a plus que ses souvenirs et ses larmes. Lire la suite

  p. 195-196

Collectif : Le journal de l’année 1989 Revue politique et parlementaire Kiosk 90-91 : guide de l’actualité de l’année  ; Larousse, 1990 ; 384 pages / Puf, 1990 ; 118 pages / (préface de Jean Fourastié, introduction de Jean-Marie Albertini) 403 pages - Eugène Berg

L’année charnière que fut 1989 a produit bien des chroniques, annuaires ou synthèses plus ou moins développés. En dehors de ceux déjà cités dans les précédents numéros de la revue, on pourra se référer utilement aux trois présentes synthèses. La Revue politique et parlementaire (Puf diffusion) résume en 118 pages de manière très claire et thématique les faits marquants de l’année (politiques, internationaux, économiques et sociaux, culturels). L’originalité de ce bref recueil est qu’il contient quelques documents intéressants, quoique bien entendu en nombre très limité, comme la lettre de Mikhaël Gorbatchev, adressée le 14 juillet à François Mitterrand, à l’occasion du sommet des sept principales démocraties industrialisées : « Une économie mondiale unique exige de passer à un niveau de partenariat économique multilatéral… ». Lire la suite

  p. 196-197

Annie Lennkh et Marie-France Toinet (dir.) : L’état des États-Unis  ; La découverte, 1990 ; 484 pages - Eugène Berg

La collection « État du monde » s’enrichit d’un nouveau et fort volume consacré aux États-Unis, en tout point fidèle à la formule largement consacrée (Chine, Japon). Première puissance économique mondiale avec, en 1989, un PNB de 5 234 milliards de dollars (21 037 par tête), quatrième rang pour la population (248,8 millions, 4,8 % du total mondial) et la superficie (9,4 M de kilomètres carrés, 9,4 % des terres émergées), les États-Unis ont toutes chances de garder leur place prépondérante sur l’échiquier mondial jusqu’en 2010, estiment les auteurs. Lire la suite

  p. 197-198

En février 1988, un véritable raz de marée humain envahit les rues d’Erevan, la capitale de l’Arménie, la plus petite des républiques soviétiques (29 800 kilomètres carrés, 3,5 millions d’habitants). Claire Mouradian y voit le « prélude » à une véritable révolution dans tout le « bloc socialiste », cette sorte de printemps des peuples maintes fois décrite depuis. Cette vision, quelque peu idéalisée, correspond-elle à la réalité ? L’auteur n’étaye guère son propos qui est tout autre. Lire la suite

  p. 198-198

Andrea Giardina, Mario Liverani et Biancamaria Scarcia Anoretti / Jean-Paul Chagnollaud : La Palestine. Histoire d’une terre / Intifada. Vers la paix ou vers la guerre ?  ; L’Harmattan, 1990 ; 222 pages / L’Harmattan, 1990 ; 254 pages - Eugène Berg

Siège des premières expériences de domestication des plantes et des animaux, de la production de céramique, de métallurgie, d’urbanisation, de la constitution d’États territoriaux, la Palestine a toujours occupé une place centrale dans le devenir régional et souvent planétaire. Pointe extrême de l’Asie, elle est par là même un pont vers l’Afrique, par lequel ont transité dans les deux directions les expériences culturelles, les rapports politiques et commerciaux. Mais c’est surtout en tant que « façade » de l’Asie que la Palestine a été plus familière aux Européens. Quant aux données géographiques permettant de délimiter la région, elles sont largement connues : déserts de Judée et du Sinaï qui se parcourent à pied en deux jours ; Jourdain, fleuve dont la traversée n’offre guère de problèmes techniques, alors que son « passage » comporte une telle empreinte idéologique. C’est au sud que la Palestine manque de frontière bien délimitée : il a fallu inventer un « fleuve d’Égypte », Wadi el Arish, qui coule quelques heures par an dans un lit la plupart du temps à sec. Lire la suite

  p. 198-199

Maurice Flory, Bahgat Korany, Robert Mantran, Michel Camau et Pierre Agate : Les régimes politiques arabes  ; Puf, 1990 ; 558 pages - Eugène Berg

Le monde arabe représente un ensemble de plus de 180 millions d’habitants en augmentation démographique rapide, dans une zone géographique de communication située à la jonction de trois continents, bordée par deux océans et la mer Méditerranée. Malgré la très forte aspiration à l’unité reposant sur la commune référence à l’islam et sur la tradition califale, le monde arabe, morcelé par la colonisation, est partagé entre États souverains et indépendants. Le temps d’une umma unitaire et homogène est révolu. C’est donc à l’étude des régimes politiques des vingt et un pays membres de la Ligue arabe que s’attache ce riche ouvrage collectif. Il le fait selon un plan géographique régional qui distingue quatre zones : la vallée du Nil, le croissant fertile, le Maghreb, la péninsule Arabique. Lire la suite

  p. 200-200

Revue Défense Nationale - Mars 1991 - n° 518

Revue Défense Nationale - Mars 1991 - n° 518

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Mars 1991 - n° 518

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.