Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juin 1991 - n° 521

À l'occasion de la guerre du Golfe, l'auteur nous présente une remarquable synthèse des enseignements militaires qu'il en a tirés. En outre, il en déduit quelques principes nouveaux qu'il estime souhaitable d'appliquer à l'Alliance atlantique afin de la rénover.

  p. 11-21

Colloque - Le Golfe et son environnement (I)

En plein cœur de la crise du Golfe, le conseil d’administration du Comité d’études de défense nationale et la Fondation pour les études de défense nationale ont décidé d’y consacrer la journée d’études qu’ils organisent traditionnellement ensemble au mois de mars. Au moment où ils ont pris cette décision, on ne savait si cette crise aboutirait à une guerre ni quelles en seraient la date, les modalités et l’issue. Mais notre conviction était qu’au-delà de cette crise, la région dont elle était à la fois le théâtre et l’enjeu demeurerait au centre des préoccupations internationales, qu’elle pourrait être à nouveau le champ de nouvelles crises, de nouveaux conflits, et que leur règlement déterminerait, pour une grande part, le maintien de la paix dans le monde. Lire la suite

  p. 23-30

Je me sens comme le chrétien au cirque face aux lions de l’actualité, car il faut être sans complexe pour oser traiter, quelques jours après la guerre du Koweït, des rapports de forces militaires dans la région du Golfe. Aussi, ferai-je face avec prudence en développant trois points : situer le Golfe dans le « stratomonde » dans lequel nous sommes entrés par la triple clôture physique, spatiale et médiatique, qui s’est instaurée depuis les années 50 ; préciser le rôle militaire tenu sur place par trois puissances extérieures à cette région ; analyser les acteurs régionaux eux-mêmes. Lire les premières lignes

  p. 31-42
  p. 43-50
  p. 51-56

Repères - Opinions - Débats

Dans notre livraison précédente, à l’occasion de l’étude faite par l'auteur sur les armes chimiques, nous annoncions son intention de nous faire part de ses réflexions sur le non-emploi de ces armes par Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe. Voici ses hypothèses raisonnées et prudentes émises. Lire les premières lignes

  p. 57-61

En novembre 1988, à l'occasion du 25e anniversaire de la mort de Kennedy, l'auteure, directrice de recherches au CNRS et spécialiste des États-Unis, avait analysé les conséquences de la guerre du Vietnam sur un quart de siècle de politique américaine. Maintenant que la guerre du Golfe a été brillamment gagnée, il semblerait que le syndrome vietnamien soit en partie effacé, et nous retrouvons une opinion publique américaine renforcée dans ses convictions sur la grandeur retrouvée des États-Unis. L'auteure nous explique toutefois que tout n'est pas si simple et qu'il reste bien des interrogations dans la politique américaine : qu'en est-il du nouvel ordre mondial, de la Pax americana, d'une éventuelle doctrine Bush… ?

  p. 63-76

Dans cet article, nous y comprendrons la position du pape Jean-Paul II pendant la crise puis la guerre du Golfe, ainsi que la vision du Vatican sur le Proche-Orient multiconfessionnel.

  p. 77-84

Cet article est le dernier d'une série de trois dont les deux premiers, parus en mars et avril de cette année, avaient pour thèmes l'évolution générale du monde et la notion d'Europe de l'Atlantique au Pacifique. Ce dernier volet est une réflexion sur la constitution d'une entente européenne confédérale, sous deux voies convergentes, avec pour la France un rôle essentiel de moteur.

  p. 85-96

Une conférence-débat sur « l'Union politique européenne » a été organisée à Paris en mars dernier par le Nouveau contrat social et l'Institut du futur présidé par M. Irnerio Seminatore. Des personnalités éminentes s'y sont exprimées, et nous sommes particulièrement heureux de publier l'intervention de l'auteur, premier secrétaire de l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris, qui a développé un point de vue britannique sur ce thème.

  p. 97-102
  p. 103-111

L'auteur, spécialiste de la Conférence sur les mesures de confiance et de sécurité en Europe, suit toujours de très près l'évolution de ces discussions et les décisions prises en ce domaine ; il ne manque pas de nous en tenir informés par des articles très clairs et très complets. Cependant, cette fois-ci, il se demande, in fine, quel est l'avenir de toutes ces négociations en raison des bouleversements de plus en plus nombreux et graves survenant en Europe de l'Est, sans oublier les suites de la guerre du Golfe.

  p. 113-123

L'auteur, docteur es lettres et sciences humaines, spécialiste de l'Afrique australe, fait maintenant le bilan de l'action cubaine en Afrique, après nous avoir informés très clairement, en février dernier, sur l'évolution de la politique soviétique à l'égard de ce continent. Ces deux textes sont liés : ils nous montrent la faillite irrémédiable du système marxiste-léniniste, là comme ailleurs.

  p. 125-134

Le rapprochement entre la situation du sultanat de Brunei et celle de l'émirat du Koweït était tentant ; même si l'environnement n'est pas identique dans l'un et l'autre cas, des points sont très semblables : la taille, la densité de population, la richesse, une défense qui n'est pas au premier plan des préoccupations, etc. L'auteur, fidèle de la revue et spécialiste du Sud-Est asiatique, nous brosse un tableau très complet de la situation de cet État.

  p. 135-149

Dans la longue série des enseignements que nous nous efforçons de tirer de la guerre du Golfe, il ne faut point oublier la place prise par les systèmes informatisés de commandement associés aux réseaux de satellites. L'auteur nous explique fort bien, en peu de pages, que tout succès sur le champ de bataille dépend de tels systèmes et que nous-mêmes devrons faire les sacrifices financiers nécessaires à leur acquisition et à la modernisation de ceux que nous possédons déjà.

  p. 151-155

Chroniques

  p. 157-162
  p. 163-171
  p. 172-175
  p. 176-180
  p. 181-184
  p. 185-187
  p. 188-191
  p. 192-195
  p. 196-203

• La défense de l’Europe de l’Ouest ne peut, pour le temps présent et pour de longues années encore, se concevoir que dans le respect de l’Alliance atlantique… Encore faut-il que cette Alliance s’adapte. Sa stratégie, son organisation, son mode de fonctionnement, ne peuvent être les mêmes, dans l’Europe des années 1980 et la suite, que ce qu’ils ont été il y a dix ou vingt ans. Lire la suite

  p. 204-204

Bibliographie

Centre de relations internationales et de sciences politique d’Amiens :  Regards sur le changement en Union soviétique  ; Puf, 1990 ; 203 pages - Pierre Morisot

L’Université de Picardie « n’a pu résister à la tentation venue de l’Est ». Son « Crispa » (Centre de relations internationales et de sciences politiques) a réuni, sous la baguette du chef d’orchestre Cao-Huy Thuan, six textes visant à « essayer de comprendre » ce qui se passe en URSS. Équilibre exemplaire : trois traitent d’aspects internationaux, trois portent sur les aspects internes. Lire la suite

  p. 205-206

Diego Brosset : Sahara, un homme sans Occident  ; L’Harmattan, 1991 ; 257 pages - Claude Le Borgne

Tous les amoureux du désert, et ils sont nombreux en ces temps de Tour Operators et de Paris-Dakar, se réjouiront de la réédition (la seconde) de ce beau roman que clôt l’émouvante apostille : Adrar, 1930. Ce n’est pas de celui du Touat dont il s’agit, ni de celui des Iforas, mais de l’austère plateau de roches noires qui est au centre de la Mauritanie, et l’imprécision du lieu témoigne de la vie nomade qu’y menait l’auteur, méhariste de la haute époque. On connaît la riche personnalité du général Brosset, officier fort en avance sur son temps. Dans Portrait d’une amitié, court essai qui précède le roman, Vercors le fait joliment revivre. Lire la suite

  p. 206-207

Ernst Weisenfeld : Charles de Gaulle, Der Magier im Elysee  ; C.H.Beck, 1990 ; 148 pages - Jean Klein

Cet essai sur le général de Gaulle est sans doute l’une des analyses les plus pénétrantes de la politique européenne du fondateur de la Ve République, parue en Allemagne ces dernières années. Son auteur est un bon observateur des réalités françaises et en qualité de rédacteur en chef de la revue Dokumente, il a contribué d’une manière significative au développement du dialogue franco-allemand. Il s’est également signalé par des travaux historiques sur la France de l’après-guerre et son dernier livre : Quelle Allemagne pour la France ? est consacré à la vision que les Français avaient de l’Allemagne à l’époque où elle était encore divisée. Lire la suite

  p. 207-208

Jean-Moulin de Labarthète : Des marins dans la tourmente  ; Nouvelles Éditions latines, 1990 ; 150 pages - Charles-Henry Clermont-Tonnerre (de)

On assure dans les popotes que les marins sont de fortes personnalités, de fins observateurs, souvent des écrivains de talent et parfois d’honorables cavaliers. À toutes ces qualités, le capitaine de corvette (er) du Moulin de Labarthète ajoute un humour souvent féroce pour témoigner de la participation de la Marine française à la Seconde Guerre mondiale, mais aussi une grande générosité puisqu’il a attribué ses droits d’auteur aux œuvres de la marine. Lire la suite

  p. 208-209

Neil Sheenan : L’innocence perdue (A bright shining lie)  ; Éditions du Seuil, 1990 ; 659 pages - Georges Bérest

Présenté par les médias comme l’ouvrage le plus documenté (émission « Apostrophes »), le livre « définitif » sur la guerre du Vietnam, ce « pavé » de 659 pages relate la guerre américaine de 1962 à 1972, à travers les aventures de John Vann, officier américain à la personnalité riche et discutable, reconverti dans l’assistance technique. Les relations de ce personnage avec les Vietnamiens, les journalistes et les généraux américains constituent la trame de ce récit. Lire la suite

  p. 209-210

Jean-Pierre Mousson-Lestang : La Scandinavie et l’Europe de 1945 à nos jours  ; Puf, 1990 ; 205 pages - Eugène Berg

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Scandinaves étaient dans l’ensemble hostiles à un « bloc occidental » ou même à une « Union de l’Europe occidentale » (UEO). Ils s’en remettaient au mythe de la sécurité collective ou exaltaient les possibilités de la collaboration nordique, manière de se référer à un long passé commun. Avec la guerre froide, cette unité de façade s’effrite. Le Danemark, la Norvège et l’Islande entraient dans la Communauté atlantique, mais la Suède et la Finlande, cette dernière plutôt contrainte, restaient fidèles à une politique de neutralité. En 1972, le Danemark rejoignit la Communauté économique européenne (CEE) alors qu’en Norvège, le peuple choisissait, à une faible majorité d’ailleurs, l’option contraire. Lire la suite

  p. 210-210

Revue Défense Nationale - Juin 1991 - n° 521

Revue Défense Nationale - Juin 1991 - n° 521

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Juin 1991 - n° 521

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.