Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Débat - La Communauté des États indépendants (CEI)

Peut-on dater du 12 juin 1991 la naissance de la CEI ? C’est ce jour en effet que Boris Eltsine fut élu à la présidence de la Russie au suffrage universel direct. Boris Eltsine ce jour prend le pas devant l’histoire sur son rival Mikhaïl Gorbatchev président d’une URSS moribonde. Lire la suite

  p. 7-8
  p. 9-16
  p. 17-40
  p. 41-48

• À court et moyen terme, et du strict point de vue militaire, la Russie et la CEI peuvent-elles constituer encore une menace pour nous ? Lire la suite

  p. 49-52

Nous arrivons au terme de ce débat, j’en retiens ce tableau étonnant que l’on vous a décrit, mais aussi, en fond de toile, que de points d’interrogation dans tous les domaines, sans doute même, que d’incertitudes sur l’avenir ! Et encore, que de conflits entre les dirigeants présents et futurs ! S’il ne fallait retenir qu’une seule leçon des propos qui ont été échangés ce soir, ce serait celle-ci : l’homme qui dirige la Russie et son entourage immédiat ont vraiment voulu la renaissance d’une grande nation russe, basée sur un couple russo-ukrainien, lequel est manifestement ancré dans le destin de ce pays. Lire la suite

  p. 53-54

Repères - Opinions - Débats

  p. 55-61
  p. 63-72
  p. 73-80
  p. 81-92
  p. 93-99
  p. 101-120
  p. 121-126
  p. 127-138
  p. 139-147

Chroniques

  p. 149-152
  p. 153-159
  p. 160-163
  p. 164-168
  p. 169-172
  p. 173-177
  p. 178-182
  p. 183-185
  p. 186-189

Bibliographie

Bernard Chambaz : L’orgue de barbarie  ; Seuil, 1995 ; 287 pages - Claude Le Borgne

La guerre d’Algérie n’est pas un bon sujet de roman. Bernard Chambaz l’a pourtant choisi. À Dieu vat ! Le 19 mars 1962 au matin, alors qu’à midi le cessez-le-feu entrera en vigueur, un peloton du 27e régiment de dragons, stationné à Bou Saada, tombe dans une embuscade : doublement malencontreuse, elle fait la trame du livre ; mais elle n’en occupe que quelques brefs chapitres, entre lesquels l’auteur – ou son héros Étienne – remonte le temps et brosse, en une chronologie inverse, le tableau d’une unité d’appelés ordinaires et de gradés qui le sont moins. Historien, poète et virtuose du langage, Bernard Chambaz excelle à la restitution des souvenirs en chaîne et des évocations d’enfances banlieusardes. Nous voici dans la tête des gens, séjour en soi peu confortable, et emportés attachés au char de la pensée, dont on sait, quelque pauvre qu’en soit le départ, les extravagances où sa course épuisante nous mène et dont, heureusement, la vie qui va nous épargne d’avoir conscience. Lire la suite

  p. 190-190

Mohammad-Reza Djalili (dir.) : Le Caucase post-soviétique  ; Bruylant, 1995 ; 264 pages - Pierre Morisot

Voici une belle leçon de géographie et de géopolitique sur une région pour laquelle les qualificatifs de « complexe » et d’« instable » sont à l’évidence d’aimables euphémismes. Comme les apôtres, ils se sont mis à douze (dont un anglophone) pour exposer la situation de ce millénaire « refuge des proscrits de toutes les causes et de toutes les nations », comme l’écrivait déjà Alexandre Dumas en une pertinente citation placée en épigraphe. À moins d’être agrégé de géographie ou d’avoir à la fois vu le jour à Stepanakert, passé ses vacances à Sukhumi et canoté sur le lac Sevan, le Caucase nous est passablement inconnu. Pour s’y retrouver, l’ouvrage ne fournit qu’un méchant croquis. La première précaution pour aborder ce livre est donc de courir se procurer une carte claire et lisible. Lire la suite

  p. 191-192

Gérard-François Dumont : Les migrations internationales – Les nouvelles logiques migratoires  ; Sedes, 1995 ; 223 pages - Maurice Faivre

La présence d’Africains en France, de Turcs en Allemagne ou d’Asiatiques en Grande-Bretagne est une question d’actualité qui préoccupe les opinions et les hommes politiques. Or ce phénomène n’est qu’un aspect contemporain des migrations internationales, qui font que, depuis la préhistoire, des populations se déplacent d’un territoire à l’autre. Les errances de Caïn et d’Abraham et la colonisation des Amérique sont les prémices de courants qui se sont notablement amplifiés et diversifiés au XXe siècle. En 1995, 140 millions de personnes vivent en dehors de leur pays d’origine. Lire la suite

  p. 192-193

Jean-Paul Mayer : Dieu de colère  ; Addim, 1995 ; 240 pages - Olivier Legrand

En cette fin de XXe siècle où l’hégémonie américaine à travers le monde atteint un niveau sans doute jamais égalé, cet ouvrage paru aux éditions de l’Addim dans la jeune collection « Esprit de défense » arrive à point nommé : il vise à expliquer le discours stratégique américain à partir des conceptions théologiques et morales des premiers habitants de la Nouvelle-Angleterre. Les liens entre la naissance et le développement des États-Unis et le puritanisme d’origine calviniste implanté au XVIIe siècle par les pères fondateurs du Mayflower sont bien connus. Les excès rapportés dans La lettre écarlate de Nathanael Hawthorne, dont la malheureuse femme adultère de Salem fut la victime, sont dans toutes les mémoires. De même, dans un ordre d’idée tout à fait différent et pour se limiter à des références relativement anciennes, les conceptions idéologiques d’un Wilson ou d’un Roosevelt et certaines de leurs conséquences ne sont pas près d’être oubliées dans notre pays. Par contre, présenter toute l’histoire de la stratégie américaine, et singulièrement celle de l’ère nucléaire, comme la pure et simple mise en application de cette doctrine était une œuvre originale et ambitieuse. L’auteur, ancien officier de marine, spécialiste des questions nucléaires et docteur en sciences politiques, s’y est attelé de manière circonstanciée et déterminée. Lire la suite

  p. 193-194

Dominique Prieur (avec la collaboration de Jean-Marie Pontault) : Agent secrète  ; Éditions Fayard, 1995 ; 248 pages

Dix ans après l’affaire du Rainbow Warrior qui déclencha une crise politique en France et entraîna la démission du ministre de la Défense Charles Hernu, Dominique Prieur a choisi de s’exprimer avec beaucoup de clarté et de franchise, mais jamais dans un esprit de revanche. Dans un ouvrage attendu, cet ancien officier de la DGSE nous livre le récit complet de cette incroyable mission menée à Auckland, en Nouvelle-Zélande, pour contrer les agissements de l’organisation Greenpeace à l’encontre de notre politique de dissuasion nucléaire. Dans un style très direct, l’auteur nous relate tous les faits marquants de cette expédition hors du commun : les préparatifs de l’opération, l’arrestation des « faux époux » Turenge, les conditions éprouvantes de sa détention dans la prison pour femmes à Christchurch, ses interrogatoires pénibles, son procès, le soutien moral de son avocat maître Soulez-Larivière, le réconfort sans faille apporté par son mari Joël, sa condamnation, son exil dans un îlot lointain du Pacifique (Hao) et les circonstances de sa libération. Lire la suite

  p. 194-195

Sophie de Lastours : Toukhatchevski, le bâtisseur de l’Armée rouge  ; (préface d’Alexandre de Marenches) Albin Michel, 1996 ; 334 pages - Jacques Walch

Comme elle l’avait déjà fait en 1990 avec son Koutouzov, Sophie de Lastours nous invite à la redécouverte d’une époque grâce à l’étude de la personnalité d’un chef militaire, en l’occurrence le maréchal Mikhaïl Nicolaïevitch Toukhatchevski. Lire la suite

  p. 195-196

Revue Défense Nationale - Mars 1996 - n° 573

Revue Défense Nationale - Mars 1996 - n° 573

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.