Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 1996 - n° 580

L'Asie orientale

L'Asie orientale

  p. 3-18

L’auteur nous rappelle la chronologie des relations diplomatiques souvent houleuses entre la Chine et les États-Unis en s’attardant particulièrement sur les deux dernières décennies. Taïwan et Tibet ; droits de l’homme et libertés démocratiques ; Tien-an-Men ; non-prolifération balistique, chimique, biologique et nucléaire ; accords de sécurité américano-nippon ; etc. autant de sujets réguliers de frictions pour les deux grands que l’auteur explique tout en indiquant également les 3 éléments d’un rapprochement nécessaires à savoir les responsabilités globales (OMC, ONU), les responsabilités en Asie et la vertigineuse croissance du marché chinois.

  p. 19-29
  p. 31-43
  p. 45-60
  p. 61-69

Repères - Opinions - Débats

Cette étude, particulièrement approfondie, nous fournit les éléments nécessaires à la construction de l’Espace militaire futur et à l’élaboration d’une Europe de la défense. Lire les premières lignes

  p. 71-86
  p. 87-102
  p. 103-112
  p. 113-119
  p. 121-132

L'auteur, spécialiste du monde anglo-saxon, n'avait jamais traité − du moins dans notre revue − du Canada. En fait, dans cet immense pays, la communauté anglo-saxonne est fortement contrebalancée par, une population canadienne francophone très active et très attachée à sa province du Québec en pleine expansion. L’auteur nous brosse une synthèse de tous les éléments en présence dans la « Belle Province », après ce référendum qui a vu les « souverainistes » échouer de peu. Lire les premières lignes

  p. 133-144
  p. 145-154

Chroniques

  p. 155-159
  p. 160-166
  p. 167-169
  p. 170-174
  p. 175-180
  p. 181-185
  p. 186-188
  p. 189-191
  p. 192-194

Bibliographie

Jean-Louis Dufour : Les crises internationales. De Pékin (1900) à Sarajevo (1995)  ; Complexe, 1996 ; 185 pages - Marcel Duval

Il est inutile de présenter le colonel Jean-Louis Dufour aux lecteurs de cette revue, puisqu’elle a publié plusieurs de ses articles traitant des conflits régionaux et de la sécurité intérieure, et qu’elle a aussi présenté ses précédents ouvrages, à savoir : Les vraies guerres et la Guerre au XXe siècle, ce dernier écrit en collaboration avec le professeur Maurice Vaïsse. Ces deux livres s’étaient proposé d’analyser, à partir de l’étude de cas concrets, les spécificités politiques et stratégiques du phénomène « guerre » à notre époque, alors que le nouvel ouvrage de notre auteur entreprend de théoriser le phénomène « crise », c’est-à-dire cette situation qui surgit brusquement, comme un spasme, dans les relations internationales, lorsque les parties concernées hésitent entre la guerre et la paix pour régler leur différend ; ou plus exactement, entre l’emploi de la force militaire et la négociation, puisque, à notre époque, on ne déclare pas plus la guerre que l’on conclut la paix, au sens juridique qu’on donnait autrefois à ces deux termes. Lire la suite

  p. 195-197

Maurice Bertrand : La fin de l’ordre militaire  ; Presses de Sciences Po, 1996 ; 132 pages - Jean Klein

Le dernier essai de Maurice Bertrand a d’ores et déjà suscité des réactions contrastées, les uns considérant que sa vision d’une société planétaire réconciliée relève de l’utopie alors que d’autres rendent hommage à sa tentative de résoudre l’antinomie entre une économie mondialisée et un système de sécurité fondé sur la défense du territoire. Le fait est que le titre de l’ouvrage prête à confusion dans la mesure où il évoque le dépérissement du rôle du facteur militaire dans les relations internationales et prévoit l’instauration d’un nouveau mode de penser la sécurité des États et du monde. Or, force est de constater que la guerre continue de faire des ravages sur tous les continents, que la violence collective est loin d’être maîtrisée et que la compétition pour l’acquisition et la modernisation des armements n’a pas disparu en dépit du fléchissement des dépenses militaires mondiales. Lire la suite

  p. 197-198

Sun Bin (traduction de Valérie Niquet) : Le traité militaire  ; Économica, 1996 ; 124 pages - Pierre Morisot

Ainsi l’inusable Sun Tse, alias Sun Zi, avait pris soin d’assurer sa descendance. L’affaire demanda toutefois du temps, car à en croire la biographie de Sun Bin, celui-ci naquit « plus de cent ans après la mort » de son grand-père, ce qui indique dans les ménages de stratèges chinois une durée de gestation nettement supérieure à celle des éléphants. Le document date sans doute du IVe siècle av. J.-C., c’est-à-dire de la période des « royaumes combattants », après quoi les lettrés confucéens ont admis que « la guerre n’était pas une activité méritant qu’on y réfléchisse ». Il a été découvert récemment, un peu à la façon des manuscrits de la mer Morte. Lire la suite

  p. 198-200

Richard F. Staar : The New Military in Russia: ten Myths that shape the Image  ; Naval Institute Press, Annapolis, 1996 ; 248 pages - Éric Denécé

La relecture des événements et l’analyse des faits auxquelles Richard F. Staar se livre remet en question des idées trop largement acceptées par les hommes politiques occidentaux et le public au sujet de la Russie. L’auteur réfute un grand nombre d’idées reçues qui déforment la perception que l’on a de ce pays et grâce à une argumentation de grande qualité – due à une très solide expérience en la matière – il présente une vision de la réalité sans concession, mais sans paranoïa. Lire la suite

  p. 200-200

Revue Défense Nationale - Octobre 1996 - n° 580

L'Asie orientale

Revue Défense Nationale - Octobre 1996 - n° 580

L'Asie orientale

L'auteur, spécialiste du monde anglo-saxon, n'avait jamais traité − du moins dans notre revue − du Canada. En fait, dans cet immense pays, la communauté anglo-saxonne est fortement contrebalancée par, une population canadienne francophone très active et très attachée à sa province du Québec en pleine expansion. L’auteur nous brosse une synthèse de tous les éléments en présence dans la « Belle Province », après ce référendum qui a vu les « souverainistes » échouer de peu.

Bernard Bressy du Guast (de)