Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Débat - La crise russe

La crise russe est le sujet de notre journée d’étude de mars 1999. Quand le rouble perd environ deux tiers de sa valeur en moins d’un an, je pense qu’on peut parler d’une crise financière en Russie ; quand les fonctionnaires russes ne sont pas payés depuis six mois, voire plus, je crois qu’on peut parler d’une crise sociale en Russie ; quand le président Eltsine change quatre fois de Premier ministre en moins de deux ans, sans oublier les difficultés qu’il a avec la Douma, je pense qu’on peut parler de crise politique en Russie ; quand les officiers russes vendent leur équipement, voire leur armement, à différentes maffias, je crois qu’on peut parler d’une crise militaire en Russie ; quand enfin les exportations russes chutent dramatiquement, je crois qu’on peut parler d’une crise économique en Russie. Lire la suite

  p. 5-5
  p. 6-7
  p. 8-12
  p. 13-20
  p. 21-27
  p. 28-35

Repères - Opinions - Débats

L'auteur, ambassadeur de France, nous fait part de ses réflexions sur l'affaire du Kosovo et ses conséquences possibles.

  p. 41-44

L'auteur, spécialiste des questions nucléaires, traite de la menace plus générale que fait peser la prolifération des armes de destruction massive, nucléaires en particulier, sur l'Europe.

  p. 45-59

L'auteur, lieutenant-colonel au sein de l'état-major du Commandement des opérations spéciales (Cos) nous présente l'organisation et les missions des forces spéciales, dont les actions correspondent parfaitement aux divers schémas des engagements modernes.

  p. 60-71

L'auteur nous fait part de ses réflexions sur ce domaine en pleine évolution qu'est la stratégie : le cinquantenaire de l'Otan et les évènements dans les Balkans lui donnent l'occasion de faire le point sur cette Organisation.

  p. 72-79

L'auteur aborde l'arc latin, bloc régional dont il démontre qu'il peut être au cœur d'une politique européenne tournée vers le Maghreb. Il faudra pour cela beaucoup de volonté, d'efforts et de persévérance.

  p. 80-95
  p. 96-101

L'auteur, spécialiste de l'Amérique latine, brosse un tableau sur la situation en Colombie, pays qui connaît des difficultés : catastrophes naturelles, conflits entre gouvernement et guérillas, trafic de drogue, grande misère de la moitié de la population.

  p. 102-116

Après le décès du roi Hussein de Jordanie et l'arrivée sur le trône du prince Abdallah, il paraissait judicieux de dresser un bilan politique, stratégique, économique, social même, de cet État qui joue un rôle essentiel dans l'équilibre au Proche-Orient.

  p. 117-126

L'auteur fait parfaitement le point sur la question du passage à l'an 2000 de tous les systèmes informatiques, particulièrement ceux qui intéressent les armées.

  p. 127-140

Chroniques

  p. 141-144
  p. 145-157
  p. 158-160
  p. 161-165
  p. 166-169
  p. 170-175
  p. 176-179
  p. 180-182
  p. 183-187

Bibliographie

David Yost / Bruno Tertrais : The US and Nuclear Deterrence in Europe / Nuclear Policies in Europe  ; Adelphi Papers n° 326 et n° 327, IISS, Londres, 1999 ; 85 et 96 pages respectivement - Marcel Duval

Voici deux ouvrages de petit volume, mais d’un très grand intérêt. La raison en est que, d’une part, ils traitent d’un sujet auquel nous pensons tous (même si nous n’en parlons presque plus), à savoir les perspectives d’avenir de ce que nous appellerons une « identité nucléaire européenne », et que, d’autre part, ce sujet est abordé simultanément par deux experts particulièrement avertis, et sous deux éclairages en principe opposés : l’« anglo-saxon » (comme aurait dit le Général), et le français. En effet, leurs auteurs sont, respectivement, David Yost, membre du Department of National Security de la Naval Postgraduate School et ancien professeur associé à notre Centre des hautes études de l’armement, et Bruno Tertrais, chargé de mission à notre délégation aux affaires stratégiques et ancien membre associé de la Rand, le célèbre think tank américain, très proche du Pentagone. Lire la suite

  p. 188-191

François Géré : La société sans la guerre  ; Desclée de Brouwer, 1998 ; 329 pages - Pierre Morisot

Si on a bien compris, la thèse exposée par François Géré est, au moins dans l’esprit, originale et séduisante. Selon lui, on a pris la mauvaise habitude de traiter de la paix négativement, comme un état provisoire de non-guerre « par défaut », et de ne se résigner à ne pas se battre que dans deux cas : soit la présence d’un Père Fouettard capable de faire tenir les gens tranquilles, soit l’état d’épuisement des protagonistes « fourbus, devenus post-belliques ». Si nous ne vivons actuellement « une nouvelle forme de paix » que pour déboucher dès demain sur « une autre forme de guerre », ce n’était pas la peine assurément… comme aurait dit Madame Angot. Lire la suite

  p. 191-192

Jean-Jacques Roche : Le système international contemporain  ; Montchrestien, 1998 ; 156 pages - Pierre Morisot

Après avoir chaussé de bonnes lunettes (car les caractères sont minuscules), le lecteur découvrira ici un panorama historique et géopolitique à la fois complet et synthétique de la seconde moitié du XXe siècle. Un recul suffisant, au moins vis-à-vis du fait originel, permet à l’auteur de situer en 1945 la grande rupture qui en « unifiant le devenir de la planète », portait en germe toute la suite. Les deux configurations, bipolaire puis unipolaire, qui dominent la période se situent selon lui « dans le prolongement l’une de l’autre » et les bouleversements produits par la chute du mur de Berlin ne sauraient être interprétés que comme « une simple transition infra-systémique du système hérité de la Seconde Guerre mondiale ». Lire la suite

  p. 192-194

George Bush (avec Brent Scowcroft) : À la Maison-Blanche : quatre ans pour changer le monde  ; Éditions Odile Jacob, 1999 ; 619 pages - Michel Klen

Les événements les plus décisifs de la fin du XXe siècle se sont produits pendant les quatre années (1988-1992) que George Bush a passées à la Maison-Blanche. Le livre que l’ancien président des États-Unis vient d’écrire avec l’aide de Brent Scowcroft, son conseiller à la sécurité nationale, traduit sa vision personnelle de certains faits historiques qui sont plus ou moins liés à la cessation du dernier grand affrontement de ce millénaire : la guerre froide. Pour des raisons de clarté, les auteurs ont choisi de se concentrer sur quelques épisodes marquants qui ont bouleversé les données géopolitiques de la planète : l’effondrement de l’Union soviétique et des régimes communistes dans l’Europe de l’Est, la révolte en Chine, l’indépendance des pays Baltes, la réunification de l’Allemagne, l’opération Tempête du désert et l’avènement des États-Unis en tant que puissance dominante. Les changements survenus en Amérique latine, l’intervention au Panama et la reprise du processus de paix au Proche-orient ont ainsi été laissés de côté. Lire la suite

  p. 194-196

Alain Griotteray et Jean de Larsan : Voyage au bout de l’Allemagne. L’Allemagne est inquiétante  ; Éditions du Rocher, 1999 ; 218 pages - Michel Klen

Depuis plus d’un siècle, l’ignorance des réalités allemandes a précipité la France dans de grandes tragédies. Ce terrible constat a amené Alain Griotteray à rédiger, en collaboration avec Jean de Larsan, spécialiste reconnu des questions germaniques, une étude détaillée sur notre voisin d’outre-Rhin. Les acteurs mettent notamment l’accent sur le choc psychologique créé par l’unification allemande. Deux populations dissemblables se retrouvent brusquement « mariées de force, obligées de vivre ensemble, et ce en moins d’un an » : des fiançailles (9 novembre 1989) au mariage de raison (3 octobre 1990), « le temps de la connaissance aura été bien court ». La partie orientale de l’Allemagne sort de quarante années d’absolutisme communiste ; la partie occidentale, de trente années de prospérité économique. Chacune a vécu auparavant douze années de dictature hitlérienne. Lire la suite

  p. 196-198

Serge Bésanger : Le défi chinois  ; (préface d’Alain Peyrefitte) Éditions Alban, 1997 ; 510 pages - Michel Klen

La Chine est un monde complexe, mystérieux, passionnant et tourné vers le futur. Le réveil du pays le plus peuplé de la planète constitue l’un des grands défis en cette fin de XXe siècle. Cet événement majeur ne doit cependant pas être considéré comme une menace. C’est ce que nous démontre Serge Bésanger dans ce remarquable ouvrage consacré aux grandes mutations de l’ex-empire du Milieu. En libéralisant les échanges avec l’extérieur et en se ralliant à l’économie de marché, le pouvoir communiste de Pékin a introduit dans la société chinoise « une dose énorme et indéterminée de liberté ». Lire la suite

  p. 198-200

Revue Défense Nationale - Juillet 1999 - n° 611

Revue Défense Nationale - Juillet 1999 - n° 611

La crise russe est le sujet de notre journée d’étude de mars 1999. Quand le rouble perd environ deux tiers de sa valeur en moins d’un an, je pense qu’on peut parler d’une crise financière en Russie ; quand les fonctionnaires russes ne sont pas payés depuis six mois, voire plus, je crois qu’on peut parler d’une crise sociale en Russie ; quand le président Eltsine change quatre fois de Premier ministre en moins de deux ans, sans oublier les difficultés qu’il a avec la Douma, je pense qu’on peut parler de crise politique en Russie ; quand les officiers russes vendent leur équipement, voire leur armement, à différentes maffias, je crois qu’on peut parler d’une crise militaire en Russie ; quand enfin les exportations russes chutent dramatiquement, je crois qu’on peut parler d’une crise économique en Russie.

Pourtant, aux yeux de ses partenaires européens et asiatiques, la Russie reste une puissance, un interlocuteur : alors que se passe-til ? Y a-t-il réellement une crise en Russie ?

Pour évoquer toutes ces questions, interviendront : Mme Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française ; M. Alexandre Adler, professeur, directeur du Courrier international ; M. Gérard Wild, chercheur au CEPII, chargé de conférences à l’IEP Paris ; le général Henri Paris, président de « Démocraties » ; l’ingénieur général de l’armement Paul-Ivan de Saint Germain, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) ; Mme Isabelle Facon, chargée de recherche à la FRS ; M. Yves Zlotowski, chercheur associé au Ceri ; Mme Anne de Tinguy, chargée de recherche au Ceri (CNRS) ; Mme Laure Mandeville, correspondant au Figaro.

Les actes de ce colloque seront publiés, comme chaque année, dans nos numéros de juillet et d’août-septembre. ♦

Philippe Vougny

Novembre 2020
n° 834

La relation de défense franco-britannique au temps du Brexit

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...