Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juin 2009 - n° HS70

Depuis sa création en mai 1939, la revue Défense nationale et sécurité collective a été le témoin des bouleversements extraordinaires du XXe et du XXIe siècle. Il est utile, comme le fait ce numéro spécial qui célèbre le soixante-dixième anniversaire de cette revue, de souligner combien une pensée stratégique doit savoir évoluer et rester tournée vers la prospective pour donner corps à un système de sécurité collective pertinent et efficace. Lire la suite

  p. 5-6

La Revue des questions de défense nationale est née en mai 1939 au moment où les orages d’acier s’apprêtaient à s’abattre sur l’Europe et le monde. Dans ces moments d’urgence où le drame se nouait, la naissance d’une revue, même traitant de questions de défense, pouvait paraître un événement dérisoire. Et pourtant, il est apparu indispensable à cet instant de refonder le concept de défense nationale, d’affirmer son caractère central d’universalité et la nécessité d’une réflexion stratégique vivante. Lire la suite

  p. 7-9
  p. 12-13
  p. 14-15
  p. 16-17
  p. 18-19
  p. 20-21
  p. 25-28
  p. 29-30

La bombe atomique a éclaté, dans le ciel nippon, — et aussi dans l’histoire même de la guerre, — comme un engin entièrement nouveau. Quelques remarques préliminaires s’imposent cependant à son sujet. Lire les premières lignes

  p. 31-38
  p. 39-49
  p. 50-52

Dans un livre récent (Introduction à la stratégie), j’ai tenté une définition de la stratégie adaptée aux besoins de notre époque : « l’art de concourir par la force à atteindre les buts de la politique », la force n’étant pas seulement militaire, mais comportant également tous les moyens de coercition politiques, diplomatiques et économiques. Il s’agit donc d’un élargissement de la notion de stratégie à l’ensemble des facteurs participant à la décision, c’est-à-dire l’acceptation par l’adversaire des conditions politiques que l’on veut lui imposer. Au tandem classique formé par un accouplement mal défini des problèmes « civils » et des problèmes « militaires » devrait faire place une hiérarchisation très nette entre la politique, qui dirige, et la stratégie qui exécute, aussi bien dans les domaines « civils » que dans le domaine militaire. Je pense qu’il n’est pas inutile de préciser ici cette conception. Lire les premières lignes

  p. 53-60
  p. 61-71
  p. 72-77
  p. 78-83

Le titre donné à cette conférence, « Rapport des forces dans le monde actuel », pourrait s’interpréter de deux manières : ou bien il s’agit essentiellement d’une analyse conceptuelle de la notion traditionnelle de rapport de forces telle qu’elle peut être transformée par un certain nombre des caractéristiques du monde dans lequel nous vivons, ou bien la relation des forces dans le monde actuel désigne une étude de fait des forces militaires, stratégiques ou classiques qui peuvent exister dans les différents pays. Bien entendu, il s’agira surtout dans cette conférence de la première interprétation car, s’il n’était question que de recenser le nombre et les types de vecteurs ou de têtes nucléaires disponibles dans les différents pays, la lecture du Military Balance, publié chaque année par l’Institut d’Études Stratégiques de Londres, y suffirait. Lire la suite

  p. 84-102
  p. 103-109
  p. 110-120
  p. 121-130
  p. 131-141
  p. 142-150
  p. 151-167
  p. 168-172
  p. 173-180
  p. 181-187

Revue Défense Nationale - Juin 2009 - n° HS70

Revue Défense Nationale - Juin 2009 - n° HS70

Depuis sa création en mai 1939, la revue Défense nationale et sécurité collective a été le témoin des bouleversements extraordinaires du XXe et du XXIe siècle. Il est utile, comme le fait ce numéro spécial qui célèbre le soixante-dixième anniversaire de cette revue, de souligner combien une pensée stratégique doit savoir évoluer et rester tournée vers la prospective pour donner corps à un système de sécurité collective pertinent et efficace.

Chef de l’État et chef des armées, je suis le garant de la défense des intérêts vitaux et de la sécurité de la France, et je porte la responsabilité des choix stratégiques faits pour notre Nation. J’ai la conviction que notre réflexion stratégique doit rester en mouvement et être en permanence tendue vers l’avenir. Quand le monde change, il faut savoir pousser la réflexion plus avant, définir de nouvelles pistes, repenser ses certitudes et construire une nouvelle sécurité collective.

C’est une démarche de cette nature que j’ai lancée au moment de ma prise de fonctions en mai 2007. Car la politique de défense et de sécurité de la France est à la croisée des chemins. À l’ère de la mondialisation, qui marque le XXIe siècle, la France doit être à sa place, sans hésitation, sans nostalgie et sans inquiétude. Lorsque vient le temps des incertitudes, quand apparaissent des menaces nouvelles, mouvantes, elle doit savoir définir de nouvelles stratégies pour garantir son autonomie de décision et sa capacité à protéger son territoire et ses populations. Demain, une surprise stratégique peut venir bouleverser littéralement les conditions de notre sécurité. La crise financière mondiale illustre bien à quel point le monde peut changer radicalement et rapidement.

Pour répondre à ces menaces nouvelles, il nous faut une défense forte, c’est-à-dire des forces armées et de sécurité modernes, adaptées aux menaces actuelles, et dotées d’une capacité d’appréciation indépendante. Pour les construire, j’ai souhaité il y a deux ans que s’engage un débat lucide, serein et transparent, associant nos responsables politiques et militaires, les parlementaires, les chercheurs. Cela a abouti à un nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, adopté en juin 2008, qui a défini une nouvelle stratégie de sécurité nationale, et mis l’accent sur notre autonomie de décision et d’action, et sur notre capacité à garantir la résilience de notre pays.

Pour être à la hauteur des défis de ce monde nouveau, il nous faut aussi une Europe forte. Les Européens doivent pouvoir agir, par eux-mêmes si c’est nécessaire, et avec leurs alliés s’ils le décident. C’est pourquoi j’ai fait de la construction de l’Europe de la défense et de la sécurité une priorité absolue. Un nouvel esprit a soufflé en Europe depuis que la France a annoncé son rapprochement avec l’Otan. Quand la France accepte de réexaminer ses certitudes et assume de prendre toutes ses responsabilités dans l’Otan, c’est l’Europe qui devient plus influente dans l’Otan, et la défense européenne qui se renforce.

La pensée stratégique française a ainsi été considérablement renouvelée depuis deux ans. Un nouveau socle doctrinal a été constitué, sur lequel le Livre blanc, et le projet de loi de programmation militaire qui sera bientôt examiné par le Parlement, construisent la défense et la sécurité de demain. Lucidité sur le monde, vérité sur le constat, ambition sur les moyens, courage sur les réformes, tels sont les axes majeurs sur lesquels ils ont été bâtis, pour fonder le renouveau de notre outil de défense à l’horizon de 2020 et au-delà.

Nicolas Sarkozy

Revue Défense Nationale - Juin 2009 - n° HS70

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.